Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coronavirus: Inutile de fermer les écoles en France, dit Delfraissy
Reuters13/01/2021 à 10:05

PARIS (Reuters) - Le conseil scientifique français juge qu'il n'est pas utile de fermer les écoles à ce stade en France, malgré l'apparition d'un variant anglais plus contagieux du coronavirus sur le territoire qui va nécessiter de nouvelles mesures de restriction, a déclaré mercredi son président, Jean-François Delfraissy.

Le conseil scientifique français, qui a remis mardi soir un nouvel avis au gouvernement avant un conseil de défense sanitaire ce mercredi matin, préconise en revanche une surveillance accrue des établissements, a précisé Jean-François Delfraissy au micro de franceinfo.

Le mutant anglais, plus contagieux mais pas plus pathogène, a été identifié dans 1% de quelque 100.000 tests PCR pratiqués en France, soit un millier de cas sur le territoire national, a-t-il déclaré, confirmant des chiffres donnés la veille par le ministre de la Santé Olivier Véran devant le Sénat.

D'autres variants ont été identifiés, en Suisse, au Japon et en Afrique du Sud.

Les premières données suggèrent que les deux vaccins actuellement disponibles pour protéger contre les formes graves du COVID-19, fabriqués par Pfizer-BioNTech et Moderna, "neutralisent le variant anglais, ce qui n'est pas totalement prouvé pour le variant sud-africain", a rappelé Jean-François Delfraissy.

Interrogé sur les différentes hypothèses de durcissement des restrictions que pourrait annoncer le gouvernement de Jean Castex jeudi lors d'une conférence de presse - couvre-feu national à 18h00, reconfinement -, Jean-François Delfraissy a refusé de se prononcer, renvoyant la décision au politique.

"Je suis très préoccupé par ce variant anglais. Plus vite on prend des décisions, plus elles vont être efficaces", a-t-il cependant ajouté.

SORTIE DE CRISE EN SEPTEMBRE ?

S'agissant des écoles, le président du conseil scientifique a expliqué que "les données anglaises sur la pénétration du virus dans les écoles ne sont pas suffisamment claires pour nous pousser à fermer les écoles en France".

En revanche, a-t-il poursuivi, "nous recommandons un certain nombre de mesures de surveillance beaucoup plus strictes qu'on a eues jusqu'à maintenant". "C'est de l'ouverture sous surveillance", a-t-il dit, préconisant la fermeture des classes ou établissements dès l'identification d'un premier cas de variant anglais.

Jean-François Delfraissy a également plaidé pour la reprise d'une partie des cours en présentiel à l'université à partir des vacances de février, face aux dégâts psychologiques créés par la crise sanitaire chez les étudiants. "C'est un problème de santé publique majeur. (...) On demande énormément à cette population jeune en France", a-t-il dit.

Optimiste quant aux vaccins, Jean-François Delfraissy a estimé que la France pourrait sortir en grande partie de cette crise sanitaire en septembre prochain.

"Je fais le pari qu'il y aura bien sûr toujours un certain nombre de gens qui ne voudront pas se faire vacciner mais qu'une grande partie de la population française va comprendre l'intérêt des vaccins et on pourrait sortir en grande partie de cette crise - pas totalement, on continuera à porter des masques - autour de septembre 2021", a-t-il déclaré.

"Il y a trois mois difficiles à venir, les choses iront mieux au printemps et devraient s'améliorer à la fin de l'été."

(Bertrand Boucey, Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot)

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • homlib
    13 janvier18:41

    Les cou ions qui emploient le terme complotiste sans même savoir ce que cela signifie. Marrez-vous, pauvres Cohns, vous êtes tellement à brut hi que je n'ai plus le moindre respect pour vos tronches de néandertaliens. Vous vous permettez de me dénigrer, que voulez-vous que ça me fasse, venant de vous. Je vous renvoie votre image, voilà tout.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer