1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

EDF
11.2700 (c) EUR
+1.21% 
indice de référenceSBF 120

FR0010242511 EDF

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    11.2000

  • clôture veille

    11.1350

  • + haut

    11.3450

  • + bas

    11.0250

  • volume

    3 551 877

  • valorisation

    34 978 MEUR

  • capital échangé

    0.11%

  • dernier échange

    20.01.20 / 17:35:02

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    10.7100

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    11.8300

  • rendement estimé 2020

    3.41%

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    14.09

  • dernier dividende

    0.16 EUR

  • date dernier dividende

    22.05.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet EDF

EDF : ARENH, le scandale

axialof7
03 déc. 201909:18

La loi stipule 25% de la production nucléaire.... avec 100 TWh max si la production dépasse les 400 TWh.... et ce n'est pas le cas depuis 3 ans...
Aujourd'hui, au regard de la loi ce ne sont que 25% de 385 TWh.....soit moins de 100 TWh.

Seulement EDF couvre encore 75% des clients en France... de quel droit, EDF doit donner 33% de sa production à la concurrence et aller chercher sur le marché à la place de cette fausse concurrence, alors que celle-ci ne couvre même pas 25% de clients français.....

EDF n'a pas a fournir à moins du tarif régulé à la concurrence.... si ça ne plait pas.... il y a le marché où se servent tous les opérateurs y compris EDF.....

Scandale étatique, la Nation française, les clients d'EDF se font littéralement plumer et voler.... La rente d'EDF est dilapidée au delà même de nos frontières

L'ARENH est déjà un scandale national, pour des concurrents qui ne produisent RIEN, mais en plus on oblige EDF de céder à des opérateurs européens moins cher qu'à ses propres clients en France...

Honte à cet exécutif.. totalement asservi, inféodé à Bruxelles...

Que fait le conseil d'Etat..??? lui qui est payé pour veiller aux grains de la Nation....

Cour des Comptes, Conseil d'Etat... A quoi nous servent ces hauts fonctionnaires... ???

L'ARENH, coûtera près de 3 milliards par an en cash à EDF et ses 25 millions de clients en France, si le MWh cédé à des revendeurs privés qui n'ont rien d'opérateurs concurrents, si ce n'est que le nom donné pour faire croire à une concurrence vertueuse, continue à être bardé 30% en dessous du coût de revient et du tarif régulé.

33% du nucléaire ne provisionne plus pour les démantèlements, ni pour la gestion des déchets, puisque l'on donne 33% des RN de son CA en cadeau à la concurrence....

Écologie d'irresponsables, politique énergétique soudoyée, l'outil de service public littéralement spolié, et les clients français floués, volés.... au nom d'une Bruxelles corrompue à un libéralisme irrationnel, démesuré à la solde de la thune et non des peuples d'Europe.

Je ne pense pas avoir connu de gouvernance aussi peu vertueuse depuis un demi siècle... une honte étatique jamais égalée...

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

22 réponses

  • pallach
    03 décembre 201909:25

    Reco axialof !

    Signaler un abus

  • Jack_
    03 décembre 201909:47

    l'Exécutif marche sur la tête et sans aucun scrupule !
    Je voudrais bien connaitre les affiliations concernant ces Directeurs revendeurs alternatifs d'électricité par rapport aux parentés de nos Elus ?

    Il y a une es.cro.querie volontaire de détourner le travail des Agents EDF aux profit des sangsues qui revendent l'électricité appartenant à EDF. C'est encore de la cuisine familiale douteuse, un jour Médiapart mettra au grand jour ce scandale d'Etat.

    Signaler un abus

  • kissamos
    03 décembre 201912:08

    et les hausses vont arriver !

    Signaler un abus

  • kissamos
    03 décembre 201912:13

    Avec une demande de 147 TWh, c'est pratiquement un tiers de ces 147 TWh que nos "amis" revendeurs alternatifs vont être obligés d'aller acheter sur le marché spot qui lui est actuellement bien au-dessus des 42 centimes imposés par l'ARENH depuis 2011 ......

    Signaler un abus

  • yzotop
    03 décembre 201913:33

    Double scandale car en même temps, ils arrêtent la centrale de Fessenheim pour des raisons de basse politique électoraliste afin de séduire les verdâtres, alors que l'ASN avais donnée son autorisation pour qu'elle puisse produire en toute sécurité encore pendant des années !

    Signaler un abus

  • Jack_
    03 décembre 201914:00

    Le fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim laissera environ 3000 emplois sur le carreaux, direction le Pôle-Emploi, c'est une bien mauvaise opération, très mal calculée. Dommage pour toutes ces personnes.

    Signaler un abus

  • 52pat
    03 décembre 201916:05

    "L'ARENH, coûtera près de 3 milliards par an en cash à EDF "

    3 Md€ pour 100 TWH .... soit une perte de 30 € par MWh !

    ça voudrait dire 42 + 30 = 72 € en coût de revient ?

    Signaler un abus

  • axialof7
    03 décembre 201917:35

    3 Md€ pour 100 TWH....

    Non aujourd'hui c'est près de 2 Mds pour 100 TWh, 3 Mds si l'Etat accepte l'arenh à 150TWh comme le demande les opérateurs de pacotilles qui ne produisent rien et revendent seulement le MWh EDF à 53 euros le touchant à 42 par rapport au tarif régulé à 58.

    EDF perd 16 euros du MWh, mais est obligée d'aller se servir en import sur le marché pour ses propres clients aux pics de conso, se substituant aux imports de la concurrence..... En pic hivernal, le MWh peut atteindre 8 à 900 euros le MWh, qu'EDF est obligée d'aller chercher puisque cédant aujourd'hui 25% de sa production, mais peut-être 33% si on l'oblige de donner 150 TWh.

    Signaler un abus

  • 52pat
    03 décembre 201918:12

    Ok pour ton explication !

    Maintenant faut voir la compensation qui sera prévue pour l'entreprise :
    soit augmenter ces fameux 42 € du MWh, soit une augmentation du TRV à l'image de cette année 2019 ( + 9%) ...

    Signaler un abus

  • Jack_
    03 décembre 201923:06

    Avec la loi NOME et l'ARENH, on se rend compte que l'Exécutif est capable de tout et de n'importe quoi. C'est réellement gouverner à la petite semaine.

    Signaler un abus

  • pertinch
    03 décembre 201923:17

    Ce serait un bon sujet de reportage pour Elise Lucet ou MEDIAPART afin de d 'informer au tout public ce qu 'il se passe dans les ministères et comment les revendeurs alternatifs s 'enrichissent gratos et sans projet industriel

    Signaler un abus

  • aeropelu
    04 décembre 201903:44

    "Ce serait un bon sujet de reportage pour Elise Lucet..."

    Oui mais Elise Lucet préfère baver sur le nucléaire en faisant des reportage racoleur pétri de mensonges, contres vérités, manipulations c'est plus à la mode... c'est plus politiquement correcte...

    Signaler un abus

  • Jack_
    04 décembre 201910:06

    Bruxelles joue son va-tout en créant volontairement l'étranglement de EDF, donc du personnel, avec l'ARENH servant à la revente d'électricité aux 40 revendeurs alternatifs pour tenter de déshabiller le Groupe EDF fraîchement créé en janvier 2018 par JB-Levy. Paris acquiesce les volontés de Bruxelles.

    Bruxelles pourrait bien mener notre pays à la ruine énergétique.
    Déjà en fermant la centrale nucléaire de Fessenheim sur des anciens accords électoraux de dessous de table, cette centrale possède une position stratégique de production d'électricité. l'ASN reconnait après différents contrôles que la centrale de Fessenheim est l'une des plus sûres de France.

    Ce ne sont pas les énergies renouvelables intermittentes qui sauveront la mise, face à la production continue du nucléaire disponible 24H/24 et 7J/7 La mobilité électrique arrive, nos Elus doivent réagir sans avoir l'œil constamment rivé sur leur déroulement de carrière en étant en accord parfait le dictât Bruxellois...

    Signaler un abus

  • axialof7
    04 décembre 201910:11

    La privatisation date de 2004, l'ouverture date de 2005 et la loi Nome (ARENH) date de 2011.......:o))

    Avant de l'ouvrir comme toujours, essaie de réfléchir 30 secondes si ce n'est pas trop te demander....:o))²

    De la même façon que les capitaux d'ouvertures ne sont pas allés à l'entreprise mais dans les caisses de l'Etat....:o))... pour financer la réforme des universités (entre autre)...
    Les PP sont les seuls à avoir mis de la thune dans la "babasse", mais leur thune n'est jamais arrivé à bon port...:o))... Avoir misé sur la dette d'Etat... je ne suis pas sûr qu'EDF en ait tiré profit pour son exploitation.......😂

    Pour l'ARENH,
    Un peu comme vendre le 3ème étage de la Tour Eiffel pour subventionner la réfection de châteaux privés....:o)))²², et augmenter le prix du ticket de visite pour payer la peinture de maintenance de la tour....:o))²²

    Signaler un abus

  • axialof7
    04 décembre 201911:21

    La concurrence demande 150 TWh soit 33% de la production nucléaire.....

    J'ai bien dit l'ARENH coûtera..... Depuis 2011 c'est pas loin de 2 milliards avec les 100 TWh.

    Pour ce qui est du coût de revient..... 42 € le MWh cédé par l'ARENH... tarif régulé à la production facturé 58 € par EDF....:o)).... soit:

    42/58 = 27,51% de moins que le tarif régulé.....

    De plus, 58 € /MWh, c'est le coût par empilement de charges donné par la Cour des Comptes en intégrant modifs post Fuku, et le grand carénage..

    EDF facture à 58 (production)....... mais 100 000 000 MWh sont cédés à la concurrence à 42 euros/MWh et la concurrence en demande 150 000 000 aujourd'hui....:o)))²

    Je voudrais juste savoir, si la concurrence va participer aux coûts de démantèlements et de la gestion des déchets..... surtout quand 33% du nucléaire ne provisionne plus rien, puisque cédé à raz de la touffe à nos amis du clan de homards gratuits et Hummer électriques au charbon vert....:o))²²

    Qu'est-ce qu'il en pense mon ami prof....:o))²

    Donne moi, une seule raison qui oblige EDF et ses 25 millions de clients à donner 2 et peut-être 3 milliards par an à CT, à quelques opérateurs d'opérettes.....???

    Cites moi une seule entreprise au monde que l'on oblige à céder 25 ou 33% de sa production à ses propres concurrents.....???

    Augmenter le TRV..... c'est une plaisanterie, pat.....

    Toi, tu estimes que les clients doivent casquer encore plus cher, alors qu'il suffit de demander aux alternatifs de se servir sur le marché libre....:o))²².....point.

    Ils prônent la libre concurrence et ne produisent pas le moindre MWh...

    Si on enlève les 2 milliards de ponction d'EDF et les 7 milliards de CSPE chaque année, le cirque des alternatifs de la plaisanterie énergétique disparaît avant la fin 2020...

    Depuis 2011, EDF et ses 25 millions de clients français ont donné déjà 18 milliards aux alternatifs pour RIEN de RIEN....

    9 années que l'Etat oblige EDF service public national à servir 2 milliards sans aucune légalité à une poignée d'intérêts privés..

    Que le Conseil d'Etat est en mesure de faire rembourser à la concurrence ou à l'Etat ces 18 milliards de versés illégalement..
    Et oui, si le conseil d'Etat prenait un peu plus à cœur le job que lui a confié la Nation pour lui assurer que l'Etat ne sorte pas de ses prérogatives...:o))²

    Que choisir, 67 millions de consommateurs.... qu'est-ce qu'ils attendent pour saisir le conseil d'Etat pour mettre un peu d'ordre dans le financement sous forme de subventions illégales par de l'argent public de cette fausse concurrence privée

    Marrant que depuis une petite paire d'années, ces revues qui s'étaient lancées dans la critique du monopole national face à la vertueuse concurrence... se faxent comme de grosses -erdes aujourd'hui, la tête en l'air, les 2 mains dans les poches en sifflotant....
    Qui, quoi, c'est moi qui est dit ça...
    Ils ont du confondre la défense et la défonce du consommateur.. Incroyable.
    Il faut voir aussi, qu'il sont monter en puissance, choisir son grille-pain ou sa lessive à choisir son opérateur d'énergie... Ils ont juste oublié de monter en puissance côté compétences...:o))²²


    En aucun cas, l'argent public ne peut servir à financer des intérêts privés, même en détournant la loi en se servant d'EDF comme écran...

    EDF c'est 75% de clients citoyens français qui subventionnent......( illégalement au travers de faux impôts ou de taxes sur le tarif de leur kWh, parce que ces taxes n'ont rien à voir avec le coût de revient réel et légal du produit), quelques intérêts privés qui de plus, produisent moins de 7% de la production globale....

    De toute façon, et dans tous les cas, l'argent public ne peut être utilisé par l'Etat à des fins d'intérêts privés.... c'est la loi, le B et A BA de l'utilisation des finances de l'Etat.....:o))².

    Si Total, Leclerc ou Direct Energie étaient des entreprises publiques, ça se sauraient...., alors imaginez Vattenfall....:o))²

    Même JBL s'est permis de le rappeler en audit à l'assemblée....

    Signaler un abus

  • 52pat
    04 décembre 201912:07

    Pas très claire ta démonstration axialof ...

    C'est de l'argent public ou de l'argent privé ?

    EDF est une entreprise publique ou privée ?

    Le nucléaire est un monopole d état ou pas ?

    Signaler un abus

  • axialof7
    04 décembre 201917:21

    Par la loi n° 2004-803 du 9 août 2004, EDF, d'établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), devient société anonyme (SA).

    Son capital social a été transféré à l'État, qui selon les dispositions de l'article 24 de cette loi en détient 70 % au moins. le 19 novembre 2004, EDF devient une société anonyme à capitaux publics...


    L'Etat n'a aucun droit d'utiliser des finances de l'Etat pour subventionner des intérêts privés.....point

    "Son capital social a été transféré à l'État, qui selon les dispositions de l'article 24 de cette loi en détient 70 % au moins. le 19 novembre 2004, EDF devient une société anonyme à capitaux publics..."

    Que le Conseil d'Etat est en mesure de faire rembourser à la concurrence ou à l'Etat ces 18 milliards de versés illégalement..
    Et oui, si le conseil d'Etat prenait un peu plus à cœur le job que lui a confié la Nation pour lui assurer que l'Etat ne sorte pas de ses prérogatives.

    Qu'est-ce que tu ne comprends pas.....

    Que l'Etat ne peut dépenser les deniers publics autre que pour un intérêt collectif de la Nation.... et bien c'est comme ça mon ami... et pour un prof de ne pas savoir ça..... ça craint.

    Que la rente acquise par l'outil électrique national EDF depuis 1946, soit utilisée pour des intérêts minoritaires privés est un scandale......

    La loi Nome ou l'ARENH n'a de légalité, que parce que ça sert les intérêts de Bruxelles et de sa concurrence démesurée et fortement accompagnée des lobbies capitalistiques et verts.

    Parce que quand ça ne sert pas sa gamelle, Bruxelles s'emploie vite d'amender l'Etat..... c'est ainsi que l'on doit la disparition de la SNCM qui touchait des aides de service public... et qui c'est vu contrainte de rembourser ses aides, faire mourir l'entreprise pour que la concurrence s'installe sans les mêmes services...

    EDF SA......... mais avec des contraintes de service public comme le service minimum pour éviter de se servir de ses pleins droits de grève avec coupures....:o))

    EDF SA avec une péréquation tarifaire de service public

    EDF SA avec un dispositif d'accès gracieusement au jus pour les plus démunis.

    EDF SA avec un tarif régulé imposé par l'Etat et toujours en vigueur depuis 1946

    Le nucléaire est un monopole national, géré par l'Etat sous couvert de ses responsabilités régaliennes.... ce n'est pas le cas en UK, ni en Belgique et EDF a pu acheter en libre concurrence British Energy et autre en Belgique.

    ENGIE a du nucléaire en Belgique, bref, si Leclerc veut investir dans le nucléaire, rien ne l'empêche, il suffit de convaincre de l'utilité publique du projet et de le financer, sans la thune d'EDF et sans subvention de l'Etat....:o)))²²


    Dans tout ça, tu ne réponds jamais aux questions....??


    Je voudrais juste savoir, si la concurrence va participer aux coûts de démantèlements et de la gestion des déchets..... surtout quand 33% du nucléaire ne provisionne plus rien, puisque cédé à raz de la touffe à nos amis du clan de homards gratuits et Hummer électriques au charbon vert....:o))²²

    Qu'est-ce qu'il en pense mon ami prof....:o))²

    Donne moi, une seule raison qui oblige EDF et ses 25 millions de clients à donner 2 et peut-être 3 milliards par an à CT, à quelques opérateurs d'opérettes.....???

    Cites moi une seule entreprise au monde privée ou publique, que l'on oblige à céder 25 ou 33% de sa production à ses propres concurrents.....???


    Je ne suis pas clair, mais si tu répondais à quelques questions....:o))).. tu aurais peut-être les réponses à celles que tu ne trouves pas claires.


    Tu veux un « reformuling » , que l'on utilise quand c'est trop difficile pour les petits bulbes....

    Pour l'ARENH,

    Un peu comme vendre le 3ème étage de la Tour Eiffel pour subventionner la réfection de châteaux privés, j'augmente le prix du ticket de visite de la tour, pour payer la peinture de la maintenance, mais en parallèle on m'oblige à céder aux propriétaires de châteaux privés 25% des tickets de visites de la tour, 30% en dessous du prix défini pour assurer son exploitation...

    Et bien, tu ne sais pas, les châteaux privés estiment qu'il n'y a qu'une tour Eiffel, que ce monopole de fait est insupportable, et qu'il serait normal de leur donner 33% des tickets d'entrée 30% en dessous des coûts d'exploitation de ce patrimoine national pour faire de la thune.

    Et le pire, c'est que des certains citoyens...???.... arrivent à trouver ça normal.

    Loin l'idée de se souvenir ou connaître ce que l'on appelle patrimoine national inaliénable...

    Il suffit de monter un dossier touffu, de société anonyme, à capitaux publics, pas de service public officiel, mais utilisant tous les statuts qui l'en gèrent, en fait, passer d'un fonctionnement d'EPIC en un service public national étatisé comme propriétaire, privatisée à demi mot par les actionnaires, mais plus SA dans l'ombre, juste pour passer le cran d'inaliénabilité et de pouvoir vendre un bien national en bourse, sans faire de tsunami, quelques vaguelettes bien gérées par Bruxelles..:o))²

    Je dénationalise le château de Versailles, l'Etat devient propriétaire et vend une aile au Chinois pour financer l'EPR d'OL3.... cool.

    Bon, là c'est avec EDF plutôt que Versailles, je mets un peu de flouse de la vente dans la caisse, un peu de blé à Vattenfall et autres plaisantins de l'énergie pour avoir l'aval de Bruxelles.... Je l'avoue c'est compliqué... et on est à 2 doigts de le faire avec l'hydraulique... là encore... seul pays d'Europe à ouvrir les concessions à l'international.

    On a les énarques les plus balaises au monde.... Parfois même certains profs..

    Et oui, les français sont réfractaires, certains illettrés, on ne peut même plus arranger ses pots sans que quelqu'un l'ouvre... Certains pensent même pouvoir écrire l'histoire en quelques mois...

    L'échafaud ou la pendaison..... Bien, euh... Et voilà les Français sont irréformables, rustres, primaires et réfractaires..... Mais pas totalement --ns

    Signaler un abus

  • lezinco
    04 décembre 201917:27

    sans lire toute la file voici un article
    intéressant:

    https://www.lemondedelenergie.com/perspective-reseau-electrique- blackout/2019/12/03/

    Signaler un abus

  • page47
    04 décembre 201917:59

    Merci lezinco pour le lien. Le voila en clair


    Sous la pression des Pouvoirs Publics, RTE(1), sans regimber, se résigne à l'inacceptable, alors qu'il est encore possible de réduire le risque, désormais avéré, de défaillance majeure du réseau électrique dans les années qui viennent.

    Il s'agit d'appeler énergiquement à reconsidérer des mesures de fermetures d'installations de production déjà programmées, décisions idéologiques prises par unique souci d'afficher ostensiblement l'engagement vert de la France.

    Aucun bénéfice tangible pour le climat n'est à en attendre, alors que ce faisant, on bafoue toutes les règles de prudence s'agissant de l'équilibre du réseau électrique.

    Vers un avenir électrique intermittent ?
    « Avoir les pieds dans l'eau » signifie, en général, qu'on connaît une situation d'attente inconfortable, mais RTE avait cru pouvoir inverser le sens de la formule en comptant justement sur l'éolien offshore, pour reconstituer les marges qui vont cruellement manquer au réseau national dans les années qui viennent.

    Las, les six projets éoliens offshore les plus avancés connaissent tous des retards conséquents (le premier, celui de Saint Nazaire, ne commencera à produire qu'en 2023) et on s'achemine inéluctablement vers une période de grande incertitude quant à la capacité du réseau à pouvoir accorder demande et offre avec un bon degré de confiance.

    Ce risque, puisqu'il faut l'appeler par son nom (produit de la probabilité d'un tel événement par ses conséquences) apparaît ici particulièrement élevé, sans pour cela devoir inventer des configurations abracadabrantes.

    D'un côté la possibilité d'un mode commun climatique de type lentille froide posée durablement sur la partie ouest de l'Europe et limitant notablement la puissance éolienne disponible en France et dans les différents pays qui lui sont connectés (et ce d'autant que le mix électrique de ces pays est riche en moyens éoliens).
    De l'autre la contrainte de délestages profonds, voire l'occurrence d'un blackout, dont il est loisible de penser qu'il n'affecterait pas seulement la France.
    Peut-on faire courir un tel risque à nos sociétés et à nos économies devenues totalement électro-dépendantes, surtout en s'y exposant volontairement ?

    Encore, RTE base t-il ses prévisions sur des consommations stables voire en légère baisse, ce qui peut paraître surprenant car même en considérant que l'efficacité énergétique progresse partout, l'incitation forte à transférer des usages carbonés vers l'électricité devrait, entre autres, avoir quelques conséquences, pour ne parler que de la mobilité électrique, tout à fait emblématique.

    On pourrait maintenir la tension.... en la faisant baisser !
    En regard, certaines décisions annoncées apparaissent particulièrement inconséquentes. La règle d'or de l'alpinisme est en effet de ne lâcher une prise que lorsqu'on s'est assuré d'une autre et ce principe, qui s'applique partout, semble pourtant ne pas valoir pour le réseau national

    Alors que la situation s'annonce tendue voire critique avec un jeu d'hypothèses qui n'a rien de fantaisiste, RTE n'incite pas les Pouvoirs Publics à vouloir bien reconsidérer certaines de leurs injonctions.

    Ainsi le report de l'arrêt des dernières centrales charbon n'est-il pas considéré sérieusement (sauf Cordemais (4)). Rarement utilisées (qq centaines d'heures par an, au plus), mais toujours dans des situations difficiles pour le réseau, elles restent capables d'offrir 3 GWe en soutien à la demande, ce qui est considérable.
    Ces centrales sont l'otage de notre volonté de montrer à nos voisins, voire à la planète tout entière, que la France est un bon élève climatique et qu'elle fait le ménage jusque dans les coins, chassant implacablement l'escarbille.

    Leur contribution en CO2 est marginale dans l'absolu mais peut paraître énorme en relatif dans un système électrique qui n'en produit quasiment pas et c'est cet argument de courte vue qui est brandi par les contempteurs les plus radicaux.

    Quant à différer l'arrêt des 1,8 GWe de Fessenheim, décarbonés et programmables, ce doit être un casus belli pour ces mêmes ayatollahs verts. Il est vrai que la réduction du poids du nucléaire dans le mix électrique est, depuis le départ, le passager clandestin du navire « transition énergétique » et que cet alien a pris dans l'intervalle possession de la passerelle.
    L'arrêt de Fessenheim (programmé en 2020) n'a évidemment rien à voir avec une quelconque préoccupation climatique, mais au contraire, tout à devoir aux ennemis jurés du nucléaire, qui ont réussi à mettre un pied dans la porte et ne vont pas s'arrêter en si bon chemin, la PPE (2) constituant même leur feuille de route.

    A la décharge de RTE, le nouveau retard de l'EPR de Flamanville (1,65 GWe) creuse le déficit, mais dans ce cas, pourquoi maintenir coûte que coûte le découplage entre l'arrêt de Fessenheim et l'entrée en lice de l'EPR, une clause de prudence qui avait été initialement retenue, laquelle respecte la disposition de puissance nucléaire maximale installée, contenue dans la loi de 2015.

    Mordre la main qui nourrit
    Le nucléaire gênerait-il le développement des renouvelables ? C'est en tous cas un argument répété à l'envi, comme un mantra.

    Mais la réalité est toute autre, les productions renouvelables sont prioritaires sur le réseau et les autres composantes du système doivent s'adapter en miroir, le nucléaire en premier, qui rend donc possible le développement massif des EnR sans trop grever le bilan carbone du système électrique (lequel, comme en Allemagne ou en Espagne doit recourir massivement aux sources carbonées pour palier l'intermittence des EnR).

    Le nucléaire français est souple et cette qualité insigne, qu'il lui a fallu développer du temps de son omnipotence, se retourne contre lui, sans que pour autant ses détracteurs le reconnaissent, or ce service rendu l'est clairement à son détriment.

    Moins utilisé et moins bien rémunéré, deux conséquences directes du déversement inconditionnel des EnR sur le réseau, le nucléaire dont les coûts fixes sont incompressibles et les coûts variables faibles, s'éloigne de plus en plus de l'optimum technico-économique pour lequel il a été pensé, un cadre dans lequel il a rendu d'éminents services au pays.

    Dans un tel contexte, on comprend mal la hargne des opposants ligués à la perte d'un nucléaire qui sous-tend l'épanouissement de leurs champions et leur permet de faire illusion, puisque le développement de ceux-ci progressent sans conséquences dommageables en termes de continuité de la fourniture.

    Le consommateur ignorant largement les arcanes sous-jacents, ne fait pas la bonne corrélation avec l'augmentation des prix du courant (évidemment imputée au nucléaire dont les coûts sont pourtant remarquablement stables depuis des années) et l'envol des taxes sur les carburants, désormais source du soutien de l'Etat au développement des EnR électriques.

    En fait, la véritable gêne au développement « sans entrave » des EnR, surtout de l'éolien, vient des riverains qui, de plus en plus systématiquement, lèvent les fourches contre les nuisances et pour la protection des paysages, rarement pour des raisons plus systémiques.

    Dès avant le forfait, le coupable est déjà connu
    Le pire n'est jamais sûr, certes, mais l'adage pourrait ne constituer qu'une faible protection devant l'inéluctable si on persiste à vouloir méthodiquement brûler ses atouts.

    Pourtant, il est clair que si un blackout devait advenir ou si de lourdes et longues coupures tournantes s'imposaient, un coupable est déjà tout désigné à la vindicte : le nucléaire !

    Elément dominant du mix, c'est vers lui que se tourneraient les regards inquisiteurs, arguant, entre autres, d'une moindre disponibilité constatée de l'ensemble de la flotte qui réduirait considérablement les marges.

    L'argument n'est pas sans fondement alors que depuis des années la disponibilité globale du nucléaire chute, laquelle pourra difficilement remonter dans les temps qui viennent. En effet, la famille des réacteurs de 900 MWe entre progressivement dans la séquence des quatrièmes révisions décennales, avec donc des arrêts pour maintenance prolongés du fait de l'importance des contrôles et des travaux à conduire.

    Mais RTE est bien au fait de ces éléments de politique industrielle qui sont quantifiés et planifiés depuis longtemps et qui font partie de la donne s'agissant d'équilibrer demande et offre électrique, sa mission cardinale.

    Funambules sur un fil électrique
    L'opinion, à qui on présente avec constance l'inverse de la réalité, s'est accoutumée à marcher sur la tête. Voir pousser partout les mats éoliens et s'étendre davantage les champs photovoltaïques, sans conséquence aucune sur la baisse des émissions de CO2 n'étonne donc pas et demander de faire sciemment des efforts insignes pour décarboner à prix d'or un système électrique qui l'est déjà paraît logique, même quand tout reste à faire ailleurs.

    Cette même opinion plébiscite l'exercice et en redemande, NIMBY(3), bien évidemment, mais sans réaliser vraiment qu'RTE ne pourra à la fois satisfaire aux injonctions du politique (vertes, conjoncturelles et laxistes) et à celles de la physique des systèmes électriques (incolore, immuable et implacable).

    In fine, on peut pourtant rêver qu'imposer une marche sur un fil, sur la tête et dans le noir, éveille quelques suspicions.

    Signaler un abus

  • 52pat
    04 décembre 201918:11

    LOL axialof !

    Signaler un abus

  • 52pat
    05 décembre 201908:29

    La tour Eiffel.....Le château de Versailles ..... puis l'hydraulique ?

    Une concession reste une concession !

    Signaler un abus

  • axialof7
    07 décembre 201913:50

    Une concession reste une concession..... on le voit bien avec toutes nos autoroutes....mdr²²

    D'ailleurs elles viennent de prendre une petite couche encore d'augmentations.... Dommage que salaires et pensions ne soient pas indexés à elles..

    Tu vas voir si une concession hydraulique donnée aux privés épargne autant les consommateurs que sous gestion EDF service public..mdr.

    Depuis quand au CAC il y a des philanthropes...... mdr avec "une concession reste une concession"....

    Signaler un abus

Retour au sujet EDF

22 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

6078.54 -0.36%
1.10955 -0.01%
18.67 +1.47%
4.74 +22.32%
48.57 +0.13%

Les Risques en Bourse

Fermer