1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Violences à Barcelone à l'issue d'une manifestation monstre des indépendantistes
Reuters18/10/2019 à 23:01

 (.)
    par Jon Nazca, Jordi Rubio et Isla Binnie
    BARCELONE, 18 octobre (Reuters) - De violents affrontements
ont éclaté vendredi à la nuit tombée au centre de Barcelone au
soir d'une journée marquée par une manifestation monstre des
indépendantistes et une grève générale.
    Pour le cinquième jour depuis la condamnation de neuf
dirigeants séparatistes pour la tentative de sécession de 2017, 
   plusieurs centaines de manifestants ont affronté les forces
de l'ordre, érigeant des barricades et jetant des projectiles
dans leur direction.  
    Dans la journée, des centaines de milliers de personnes
s'étaient rassemblées dans la ville, en scandant "Indépendance!"
et "Libérez les prisonniers politiques."
    Les syndicats avaient appelé vendredi à la grève générale et
les indépendantistes, engagés depuis mercredi dans des "marches
de la liberté", ont convergé vers la capitale catalane pour
protester contre la condamnation de neuf dirigeants séparatistes
pour la tentative de sécession de 2017.  
    La police a dénombré 525.000 manifestants, et la
manifestation s'est globalement déroulée dans le calme.
    Mais les choses ont dégénéré après la tombée de la nuit. Les
forces de l'ordre ont répliqué aux jets de projectiles et feux
de poubelle par des tirs de balles caoutchouc et de grenades
lacrymogènes.
    Des incidents ont été recensés dans au moins quatre autres
villes de Catalogne, selon les autorités.
    La contestation a pris un tour radical en Catalogne depuis
que le Tribunal suprême espagnol a condamné lundi pour
"sédition" neuf dirigeants indépendantistes catalans à des
peines de prison allant de neuf à treize ans pour leur
implication dans le référendum d'autodétermination d'octobre
2017 et la déclaration unilatérale d'indépendance qui a suivi.
    "Les incidents ont été menés (...) par des groupes
minoritaires mais très organisés. Ces actions ne resteront pas
impunies", a déclaré le ministre espagnol de l'Intérieur,
Fernando Grande-Marlaska, lors d'une conférence de presse.
    Evoquant des "violences sans précédent en Catalogne", il a
ajouté que 207 policiers avaient été blessés depuis lundi et que
les forces de l'ordre avaient procédé à 128 interpellations dans
la région.
    Le ministère de l'Intérieur a annoncé qu'il était prêt à
envoyer des renforts policiers de la "Guardia civil", corps de
sécurité publique de statut militaire, aux abords de Barcelone.
    
    LE "CLASICO" REPORTÉ
    Plusieurs rues de Barcelone avaient été fermées à la
circulation et le métro et les trains régionaux avaient réduit
leur trafic en raison de la grève.
    Des manifestants ont bloqué l'accès à la Sagrada Familia, la
basilique inachevée d'Antonio Gaudi, dans le centre-ville et
l'édifice a été fermé au public.
    La Fédération espagnole de football a annoncé que la
rencontre Barcelone-Real Madrid prévue le 26 octobre au Camp Nou
était reportée pour des raisons de sécurité. Les deux clubs ont
proposé que le "Clasico" se dispute le 18 décembre.
    Cinquante-sept vols ont été annulés vendredi à l'aéroport El
Prat de Barcelone, a indiqué l'opérateur Aena.
    La ville de Barcelone évalue à plus de 1,5 million d'euros
les dégâts causés depuis lundi. Une estimation qui ne prend pas
en compte les violences de ce vendredi soir.
    L'ancien président indépendantiste catalan Carles
Puigdemont, réfugié en Belgique fin 2017 pour échapper à des
poursuites judiciaires, s'est vu signifier à Bruxelles le
troisième mandat d'arrêt délivré par la justice espagnole pour
"sédition et détournements de fonds publics", a précisé vendredi
le parquet belge, qui l'a laissé libre sous conditions.
    Une audience est prévue à Bruxelles le 29 octobre pour
statuer sur le mandat d'arrêt.

 (Sophie Louet et Henri-Pierre André pour le service français)
 

Valeurs associées

Sibe +0.54%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer