1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vente à découvert : mode d'emploi
Café de la Bourse04/10/2019 à 11:20

La vente à découvert est une pratique controversée, accusée de tous les maux en période de crise financière, et notamment d'accélérer la chute des indices.(Crédits photo : Unsplash - Adeolu Eletu )

La vente à découvert est une pratique controversée, accusée de tous les maux en période de crise financière, et notamment d'accélérer la chute des indices. Si elle permet en effet aux traders de spéculer sur la baisse de certains actifs, elle offre aussi de la liquidité aux marchés et donne la possibilité aux investisseurs de protéger leur portefeuille. Au-delà de la dangerosité réelle ou supposée de cette pratique pour les marchés financiers, nous vous proposons dans cet article d'explorer le fonctionnement de la vente à découvert, les avantages que l'investisseur particulier peut trouver à avoir recours à ce procédé ainsi que les limites et risques induits par la vente à découvert.

Vente à découvert : fonctionnement

La vente à découvert, aussi appelée VAD, est un procédé par lequel un investisseur qui anticipe la baisse d'un actif vend un titre qu'il ne possède pas, du moins pas au moment de la vente. Le vendeur à découvert, aussi appelé vadeur, s'engage à fournir le titre à un prix convenu à une date déterminée, en faisant le pari que le cours de l'actif va baisser entretemps. En partant du principe qu'ils seront capables de racheter l'action à un prix plus bas que celui auquel ils ont vendu, c'est-à-dire en pariant sur la baisse du titre, les vadeurs sont par nature des bears.

Dans le jargon financier, vendre à découvert un actif revient à le shorter. Ce procédé également appelé « short selling « ou « shorting » a été remis sur le devant de la scène ces dernières années avec le film The Big Short qui revient sur ces traders qui ont vu venir l'explosion de la bulle immobilière et ont vendu à découvert les actifs à haut risque à l'origine de la crise des subprimes.

La vente à découvert est le contraire de l'achat classique. De fait, dans un trade long, l'investisseur réalise des gains en anticipant une hausse du titre. Lorsque le cours grimpe, l'investisseur vend le titre en réalisant une plus-value (la différence positive entre le prix d'achat et le prix de vente). Or, dans un trade short, l'investisseur réalise des gains en anticipant une baisse du titre. Lorsque le cours baisse, l'investisseur vend le titre à découvert puis le rachète moins cher et réalise une plus-value (la différence positive entre le prix de vente et le prix d'achat).

En France, la vente à découvert est essentiellement pratiquée par les investisseurs particuliers via le Service de Règlement Différé (SRD). Chaque année, Euronext publie une liste de tous les titres cotés éligibles à ce service. L'intermédiaire chez qui vous détenez votre compte-titres (banque ou courtier) peut vous autoriser le passage d'ordre en SRD moyennant le prélèvement d'une commission de règlement différé.

Mais l'investisseur particulier pourra aussi s'adonner à la vente à découvert en s'appuyant sur des produits dérivés sous forme de contrats obligeant le vendeur à payer à l'acheteur la différence entre la valeur du sous-jacent présente et la valeur du sous-jacent à la date du contrat. En cas de différence négative, c'est alors l'acheteur qui paie la différence au vendeur.

Les avantages de la vente à découvert

La vente à découvert a une double utilité : comme nous l'avons vu précédemment, elle permet de profiter de la baisse d'un marché mais ce procédé permet aussi de couvrir des positions existantes. Elle est d'ailleurs, dans la majorité des cas, utilisée comme couverture. Dans ce cas, les investisseurs protègent une position « acheteuse » en la compensant par une position « vendeuse ».

Autre avantage considérable, la vente à découvert peut se pratiquer soit via le service de règlement différé en s'appuyant sur les services d'un courtier, soit en ayant recours à des produits dérivés. Cette dernière alternative permet de ne pas se cantonner aux grandes capitalisations couvertes par le SRD et de pratiquer la vente à découvert sur de très nombreux marchés (actions, obligations, matières premières, etc.).

Enfin, la vente à découvert permet d'avoir recours facilement à l'effet de levier et donc d'investir un capital bien plus conséquent que celui investi initialement. Par exemple, dans le cas de la vente à découvert d'une action via le SRD, l'investisseur peut ne détenir que 40 % du montant à régler lors de la liquidation. En outre, l'effet de levier permet d'accroître considérablement ses gains.

Les risques de la vente à découvert

L'effet de levier représente toutefois un risque. Il peut en effet être favorable ou défavorable à l'investisseur et, en cas de scénario contraire à l'anticipation, l'investisseur peut être confronté à des pertes très importantes.

De fait, l'effet de levier, en permettant au vendeur à découvert de se positionner sans posséder l'intégralité de l'argent pour l'achat des titres, le risque est grand en cas de mauvaise anticipation puisque, potentiellement, l'investisseur peut perdre bien plus que les sommes initialement investies. La perte, non limitée au capital investi, peut considérablement le dépasser. Elles sont mêmes potentiellement infinies puisque la valeur d'un actif peut en théorie augmenter indéfiniment.

La vente à découvert est donc à réserver aux investisseurs avertis qui sauront comprendre le fonctionnement de ce procédé pour bien anticiper les risques et qui seront capables de se prémunir de pertes excessives en utilisant à bon escient des ordres stop par exemple.

Enfin, sachez que la vente à découvert est impossible à mettre en œuvre dans le cadre d'un PEA. Elle ne pourra s'effectuer que sur un compte-titres.

Louis Yang (Café de la Bourse)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fan11
    04 octobre14:04

    C'est comme emprunter quand on n'a pas d'économies

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer