Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Ubisoft recule : vers de nouvelles restrictions en Chine pour les jeux vidéo
information fournie par AOF 22/12/2023 à 09:38

Un événement Ubisoft. (crédit photo : Ubisoft /  )

Un événement Ubisoft. (crédit photo : Ubisoft / )

(AOF) - Ubisoft (-4,73% à 22,94 euros) débute la séance sous pression alors que la Chine prévoit de renforcer la réglementation pour les jeux vidéo en ligne. Pékin a publié un projet de réglementation pour ce secteur qui comprend des restrictions sur les incitations à jouer ou à dépenser plus en ligne, indique le Wall Street Journal. A la Bourse de Hong-Kong, l'action Tencent, qui possède près de 10% du capital d'Ubisoft, a chuté de plus de 12%.

Les autorités chinoises se sont lancées ces dernières années dans une campagne visant à limiter le temps consacré par les chinois aux jeux vidéo. En 2021, le ministère chinois de l'Education avait déjà pris des mesures dans ce sens. Pékin s'inquiétait de l'augmentation de la myopie chez les jeunes chinois, qu'il mettait en partie sur le compte du développement des smartphones.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

-Troisième éditeur mondial indépendant de jeux vidéo créé en 1986 détenant les marques phares Assassin's Creed, Just Dance, Watch Dogs, The Division, Far Cry, For Honor, the Crew, Ghost Recon, Rainbow 6 … ;

- Chiffre d'affaires de 2,1 Md€ réparti entre l'Amérique du nord pour 51 %, l'Europe pour 30 % et le reste du monde ;

- 5 forces pour le modèle d'affaires : détention de la totalité des marques, intégration des nouveautés technologiques dans la politique R&D, maîtrise de la production interne à 96 %, montée en puissance de la récurrence des revenus (64 % apportés par le « back catalogue »), rentabilité via la digitalisation ;

- Présidence et direction générale du conseil de 11 membres assurée par Yves Guillemot ;

- Bilan solide, avec 1,8 Md€ de capitaux propres, 331M€ de dette nette et 1,5 Md€ de trésorerie.

Enjeux

- Priorités stratégiques révisées début 2023 :

- construction de marques et de services Live plus puissants, d'où l'arrêt du développement de 7 projets,

- concentration sur moins de titres, d'où la dépréciation d'environ 500 M€ de R&D capitalisée, concernant les jeux premium et Free-to-Play,

- réorganisation industrielle avec une réduction nette de + 200 M€ de la base de coûts non-variables de plus de 200 millions d'euros au cours des deux prochaines années ;

- Stratégie d'innovation :

- « Lead associate » pour les 45 studios de création,

- technologies de pointe (Anvil et Snowdrop pour les moteurs, Ubisoft connect et I3D.net pour la distribution), le Web3 ,le Voxel et le cloud computing avec Scalar…,

- soutien aux start-up : 6 à 10 incubées chaque année ;

- Stratégie environnementale pilotée par le Bilan BEGES :

- recours aux énergies renouvelables pour les centres de données français et canadiens,

- séquestration des émissions de GES et réduction des émissions par employé de 8,8 % en mars 2024 (vs 2019) ;

- Montée rapide du mobile dans le net booking (27 %), égal au chiffre d'affaires annuel.

Défis

- Activité concentrée sur septembre-janvier, d'où la clôture des comptes à fin mars ;

- Après les déceptions commerciales de l'hiver, quel accueil du public à Skull and Bones dont le lancement a été une fois de plus reporté ;

- Dégradation du climat social, notamment en France ;

- Spéculations sur les liens capitalistiques de la société holding Guillemot Brothers, fondatrice d'Ubisoft, avec le Tencent, titulaire de 49,9 % de son capital et de 5 % de ses droits de vote ;

- Après une perte opérationnelle au 1er semestre, abaissement des objectifs :

- 3ème trimestre 2022-2023 : net booking de 725 M€,

- exercice 2022-23 : recul de + 10 % des ventes, bénéfice opérationnel autour de 400 M€ et perte nette de 500 M€ ;

- Fortes attentes pour 2023-24 avec les sorties d'Assassin's Creed Mirage, Avatar : Frontiers of Pandora, Skull and Bones.

En savoir plus sur le secteur Jeux Vidéo

Le lancement par Amazon de son offre de « cloud gaming » en France souligne la diversité des approches sur ce segment de marché.

Si ce créneau ne représente aujourd'hui que 1% à 4% du marché total des jeux vidéo, son activité devrait être multipliée par 3 ou 4 dans les trois années à venir. Misant sur ce secteur, Amazon a déployé son service associé en France, après avoir visé les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne et le Royaume-Uni. De façon à rendre plus attractive son offre Prime, au cœur de son modèle économique, Amazon rendra ce service, nommé " Luna ", accessible aux abonnés. Toutefois le manque de profondeur du catalogue pourrait pénaliser le développement de cette offre. Cela a été le cas pour Google, qui s'est désengagé de ce créneau l'an passé, après trois ans d'exploitation.

Valeurs associées

Euronext Paris +2.96%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.