Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Ubisoft en chute libre après l'émission obligataire de 494,5 millions d'euros
information fournie par AOF28/11/2023 à 17:00

Un événement Ubisoft (crédit photo : Ubisoft /  )

Un événement Ubisoft (crédit photo : Ubisoft / )

(AOF) - Plus fort repli de l'indice SBF 120, Ubisoft chute de 8,43% à 26,94 euros après avoir émis des obligations convertibles ou échangeables en actions nouvelles (Oceane) ou existantes d'un montant de 495 millions d'euros à échéance 2031 par voie d'offre publique destinée à des investisseurs qualifiés. "Les obligations auront une valeur nominale unitaire de 100 000 euros, et porteront un taux d'intérêt annuel de 2,875%, payable semi-annuellement" et pour la première fois le 5 juin 2024, a confirmé l'éditeur de jeux vidéo dans son communiqué.

Le produit net de l'émission financera les besoins généraux de la société, l'accroissement de la flexibilité financière et le refinancement de la dette existante incluant le refinancement partiel des OCEANEs en circulation venant à échéance le 24 septembre 2024 (les "OCEANEs 2024") pour un montant maximum de 250 millions d'euros de valeur nominale.

Selon Invest Securities, concernant les OCEANE 2024, "le prix de rachat sera compris entre 110,4 et 110,9 euros. Le rachat portera sur 250 millions d'euros, soit 50% de la souche. Au regard de son prix d'exercice (114,4 euros), le rachat de la moitié de la souche 2024 n'aura pas d'effet relutif, sauf à intégrer un rebond de l'action de +280%".

En outre, le prix de conversion/d'échange des Obligations a été fixé à 40,3413 euros, correspondant à une prime de 47,5% au-dessus du cours de référence. Le cours de référence est de 27,35 euros et correspond au prix par Action fixé dans le cadre du placement accéléré simultané d'Actions organisé par BNP Paribas, Crédit Agricole CIB et J.P. Morgan.

Dans le cadre du Placement Simultané d'Actions, environ 3,8 millions d'Actions ont été allouées. Guillemot Brothers Ltd, qui détient 13,4% du capital social et 17,0% des droits de vote de la société1 a participé au Placement Simultané d'Actions et a acquis 365 360 Actions, soit 9,6% du placement.

La date prévue pour le règlement-livraison du Placement Simultané d'Actions est le 30 novembre 2023. La Société ne recevra aucun produit du Placement Simultané d'Actions.

Frédérick Duguet, Directeur Financier d'Ubisoft, a déclaré : "Le succès de cette obligation convertible souligne la confiance des investisseurs dans la qualité de crédit d'Ubisoft ainsi que dans son potentiel de création de valeur à long terme."

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

-Troisième éditeur mondial indépendant de jeux vidéo créé en 1986 détenant les marques phares Assassin's Creed, Just Dance, Watch Dogs, The Division, Far Cry, For Honor, the Crew, Ghost Recon, Rainbow 6 … ;

- Chiffre d'affaires de 2,1 Md€ réparti entre l'Amérique du nord pour 51 %, l'Europe pour 30 % et le reste du monde ;

- 5 forces pour le modèle d'affaires : détention de la totalité des marques, intégration des nouveautés technologiques dans la politique R&D, maîtrise de la production interne à 96 %, montée en puissance de la récurrence des revenus (64 % apportés par le « back catalogue »), rentabilité via la digitalisation ;

- Présidence et direction générale du conseil de 11 membres assurée par Yves Guillemot ;

- Bilan solide, avec 1,8 Md€ de capitaux propres, 331M€ de dette nette et 1,5 Md€ de trésorerie.

Enjeux

- Priorités stratégiques révisées début 2023 :

- construction de marques et de services Live plus puissants, d'où l'arrêt du développement de 7 projets,

- concentration sur moins de titres, d'où la dépréciation d'environ 500 M€ de R&D capitalisée, concernant les jeux premium et Free-to-Play,

- réorganisation industrielle avec une réduction nette de + 200 M€ de la base de coûts non-variables de plus de 200 millions d'euros au cours des deux prochaines années ;

- Stratégie d'innovation :

- « Lead associate » pour les 45 studios de création,

- technologies de pointe (Anvil et Snowdrop pour les moteurs, Ubisoft connect et I3D.net pour la distribution), le Web3 ,le Voxel et le cloud computing avec Scalar…,

- soutien aux start-up : 6 à 10 incubées chaque année ;

- Stratégie environnementale pilotée par le Bilan BEGES :

- recours aux énergies renouvelables pour les centres de données français et canadiens,

- séquestration des émissions de GES et réduction des émissions par employé de 8,8 % en mars 2024 (vs 2019) ;

- Montée rapide du mobile dans le net booking (27 %), égal au chiffre d'affaires annuel.

Défis

- Activité concentrée sur septembre-janvier, d'où la clôture des comptes à fin mars ;

- Après les déceptions commerciales de l'hiver, quel accueil du public à Skull and Bones dont le lancement a été une fois de plus reporté ;

- Dégradation du climat social, notamment en France ;

- Spéculations sur les liens capitalistiques de la société holding Guillemot Brothers, fondatrice d'Ubisoft, avec le Tencent, titulaire de 49,9 % de son capital et de 5 % de ses droits de vote ;

- Après une perte opérationnelle au 1er semestre, abaissement des objectifs :

- 3ème trimestre 2022-2023 : net booking de 725 M€,

- exercice 2022-23 : recul de + 10 % des ventes, bénéfice opérationnel autour de 400 M€ et perte nette de 500 M€ ;

- Fortes attentes pour 2023-24 avec les sorties d'Assassin's Creed Mirage, Avatar : Frontiers of Pandora, Skull and Bones.

En savoir plus sur le secteur Jeux Vidéo

Un marché français en léger recul en 2022

Le marché français du jeu vidéo a reculé de 1,6 % en 2022. Il revient à son niveau de 2020 après des résultats records en 2021. D'après le SELL, syndicat du secteur, le segment des consoles constitue 46 % du chiffre d'affaires de l'industrie. Il s'est replié de 6,6% pour s'établir à près de 2,6 milliards d'euros. Cette évolution s'explique par les problèmes d'approvisionnement de consoles de dernière génération. Le chiffre d'affaires du jeu vidéo sur ordinateur, en incluant les machines, les accessoires et les jeux, a, lui, progressé de 5,8 %, pour atteindre 1,5 milliard d'euros. Celui du jeu mobile a stagné à 1,4 milliard d'euros. FIFA 23, de l'éditeur américain Electronic Arts, qui s'est écoulé à plus de 1,7 million d'exemplaires, a été de loin le plus vendu en France en 2022.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.60%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 28/11/2023 à 17:00:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.