Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Suède-Le Parti de gauche veut une motion de défiance contre le Premier ministre Lofven
information fournie par Reuters17/06/2021 à 12:51

STOCKHOLM, 17 juin (Reuters) - Le Parti de gauche suédois, membre du gouvernement minoritaire de coalition, a annoncé jeudi qu'il était en quête de soutiens auprès des autres formations du pays afin de lancer une motion de défiance au Parlement contre le Premier ministre Stefan Lofven.

"Nous sommes à la recherche de soutiens pour le vote d'une motion de défiance", a déclaré le chef de file du Parti de gauche, Nooshi Dadgostar, lors d'une conférence de presse.

Cette initiative, qui vise à contester un projet gouvernemental d'alléger les règles sur l'encadrement des loyers, pourrait se solder par l'organisation d'élections anticipées ou à la mise en place d'un gouvernement intérimaire.

Nooshi Dadgostar a expliqué que le gouvernement n'avait pas pris en compte les réclamations du Parti de gauche, qui demandait l'abandon ou la refonte d'un projet d'annulation de l'encadrement des loyers dans les logements nouvellement construits.

Depuis les législatives serrées de 2018, Stefan Lofven est à la tête d'un gouvernement minoritaire de centre-gauche dépendant à la fois du soutien du Parti de gauche et de celui de deux petites formations de centre-droit.

Pour imposer un vote de défiance, le Parti de gauche doit obtenir le soutien d'au moins un autre parti. Jusqu'ici, seul le parti d'extrême droite des Démocrates suédois a fait connaître son appui à ce projet, mais le Parti de gauche a déjà annoncé qu'il ne voulait pas travailler avec cette formation populiste.

Si une motion de défiance venait à être adoptée, Stefan Lofven pourrait démissionner - la tâche de former un nouveau gouvernement revenant alors au président du Riksdag, le parlement monocaméral suédois - ou convoquer des élections législatives anticipées.

La troisième option serait celle d'un gouvernement intérimaire - qui serait probablement dirigé par Stefan Lofven du fait de la fragmentation du paysage politique suédois.

(Simon Johnson et Johan Ahlander ; version française Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.