Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Stock picking : ou comment bien sélectionner ses actions

Boursorama30/01/2018 à 08:50

Comment sélectionner minitieusement ses actions? Tour d'horizon des différents outils à disposition pour s'initier au stock picking. (Adobe Stock)

En bon français, le « stock picking » désigne une sélection minutieuse de titres où l'on va choisir ses actions, une par une, sur la base d'une série de critères. Parce que le stock-picking est avant tout une philosophie de gestion basée sur la conviction, c'est à vous seul qu'il convient de définir ces critères. Mais pour dénicher les meilleures opportunités, il y a tout de même quelques règles de base à suivre : l'analyse fondamentale et technique peuvent par exemple être complétées par une analyse extra financière. L'étude des ratios de valorisation d'une société sont quant à eux indispensables pour juger de la cherté d'un titre. Tour d'horizon des différents outils à disposition pour s'initier au stock picking.

La règle d'or du stock picking : N'investissez que dans ce que vous connaissez.

Ce conseil nous vient tout droit de Warren Buffet. Certes, le risque en suivant cette règle très simple est de passer à côté de jolis coups boursiers. Le sage d'Omaha n'a par exemple jamais investi dans le secteur high tech, non pas parce qu'il pense que le secteur n'a pas de potentiel, mais tout simplement parce qu'il estimait ne pas avoir les connaissances nécessaires pour investir dans ce secteur. Toutefois, en investissant avec conviction dans des entreprises que l'on connait et dont on comprend le business model, on évite surtout de fortes déconvenues à long terme.

Adoptez un style de gestion « bottom-up »

Ce mode de gestion de portefeuille dite « du bas vers le haut » privilégie les caractéristiques intrinsèques d'un titre avant celles du secteur de la société ou même de la conjoncture économique. Cette méthode consiste à investir dans une action que l'on estime sous-valorisée par le marché, indépendamment de son secteur d'activité. L'investisseur est alors convaincu que le cours du titre présente un fort potentiel d'appréciation.

Combinez différentes approches : « value » versus « growth »

L'approche « value » permet d'évaluer les entreprises sur la base de la valeur actuelle et non pas sur leur croissance future. Il s'agit de repérer dans un secteur, les entreprises qui sont sous-valorisées, c'est-à-dire dont le cours de bourse est trop faible comparé à la valeur intrinsèque d'une entreprise. L'investisseur va donc se concentrer sur les fondamentaux de l'entreprises pour acheter une action dont le chiffre d'affaires et les bénéfices croissent régulièrement dans le temps.
Comme son nom l'indique, l'approche « growth » va quant à elle privilégier les valeurs de croissance. Pour se faire, l'investisseur s'intéresse aux prévisions de croissance de la société afin d'anticiper la valorisation future de son cours de bourse. Ce type d'approche permet de sélectionner les valeurs qui offrent les meilleures perspectives de croissance des bénéfices au cours des années futures.          

L'analyse fondamentale à travers l'étude de 3 ratios boursiers

Vous l'aurez compris, l'analyse fondamentale, ou tout simplement connaitre l'entreprise dans laquelle on investit est absolument fondamentale pour pratiquer le stock picking.  Pour savoir si une action est sous-évaluée par le marché, l'étude des ratios boursiers est donc essentielle. Mais quels ratios étudier pour juger du potentiel d'un titre? 

L'incontournable PER (Price-to-Earnings Ratio)

L'indicateur le plus utilisé est de loin le PER. Il s'agit du cours de bourse rapporté au bénéfice net par action  (ou bpa) anticipé. Mais attention car celui-ci peut être trompeur. Le PER n'a de sens que si on le compare qu'avec des entreprises d'un même secteur.  Il sera ainsi plus élevé dans les secteurs qui dégagent de fortes marges, comme le luxe, à l'instar de LVMH qui se paye 22,1 fois les bénéfices estimés en 2018, tandis qu'une entreprise comme Peugeot n'aura un PER  « que » de  8 pour 2018,  la marge nette du constructeur automobile étant 4 fois plus faible que dans le secteur du luxe.

Valoriser la croissance future d'une entreprise avec le PEG (Price Earnings Growth)

Autre ratio intéressant à regarder, le PEG valorise le taux de croissance moyen des bénéfices à long terme en plus de la capacité bénéficiaire de l'entreprise. Il est très utilisé pour évaluer des entreprises à forte croissance dans le cadre d'une approche « growth ».  Pour se faire une idée de la cherté d'un titre par rapport à son potentiel de croissance, voici quelques repères : Plus le PEG est faible, plus l'action est sous valorisée.  S'il est supérieur à 2, cela signifie à l'inverse que l'action est sur valorisée.

Prendre en compte la dette avec le ratio : valeur entreprise sur Ebitda

Plus précis que la capitalisation boursière, la valeur entreprise prend en compte la dette financière en plus de la capitalisation. A ce titre, elle est souvent considérée comme un indicateur pertinent pour évaluer la valeur réelle d'une entreprise cotée en bourse. Prenez Altice qui a réalisé un chiffre d'affaire de 23,4 milliards d'euros en 2017 et dont la capitalisation boursière s'élève à 16,4 milliards.  L'action vaut donc moins en bourse que son chiffre d'affaires, signe que l'action est peut-être sous-évaluée. Mais avec une dette de 50 milliards d'euros, et donc une valeur entreprise qui grimpe à 66,4 milliards, la perspective est différente. Pour utiliser judicieusement la valeur entreprise, on la compare souvent à l'Ebitda, l'excédent brut d'exploitation. Ce ratio boursier (VE/Ebitda) permet de valoriser le cycle opérationnel ou économique de l'entreprise. Plus le ratio est faible, plus l'action de l'entreprise est jugée attractive comparé au reste du marché.

L'analyse extra financière

Si vous ne souhaitez pas investir dans des entreprises qui ont recourt au travail d'enfants, qui polluent, ou tout simplement dont la gouvernance laisse à désirer, sachez qu'il existe un indicateur pour évaluer le degré d'«éthique » d'une entreprise. Il s'agit de l'investissement socialement responsable (ISR), une méthode de gestion en vogue auprès des sociétés de gestion. Connu sous le signe ESG, qui désigne les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance, ce score vous permet de noter des entreprises en fonction de l'impact de leurs activités sur l'environnement, la société et d'évaluer leur gouvernance d'entreprise. Ce style de gestion a le vent en poupe auprès des sociétés de gestion qui mette de plus en plus avant le score ESG dans leurs présentations commerciales. Et preuve que les investisseurs sont de plus en plus sensibles à l'éthique et demandent plus de transparence, Morningstar a lancé les premières notes ESG sur une centaine de fonds d'investissement.

L'analyse technique

L'analyse technique s'appuie sur l'analyse des graphiques des cours boursiers. Cette approche repose sur l'étude historique d'un actif financier ainsi que sur les volumes échangés.  L'analyse technique est particulièrement utilisée pour dégager des tendances qui sont censées anticiper l'évolution future d'une action. L'étude historique des cours permet surtout d'identifier le bon timing pour acheter l'action convoitée.

Analyse fondamentale et étude des ratios boursiers sont les fondements du stock picking. Il ne reste plus qu'à compléter cette liste avec vos propres critères pour se forger son intime conviction et investir dans une pépite qui serait passée inaperçue sur le marché. Et si malgré tout vous hésitez encore à franchir le pas, sachez que certains gérants tels que Alken, Metropole Gestion, Federal Finance ou encore Martin Maurel se sont spécialisés dans cette thématique.

F.L (redaction@boursorama.fr)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.