1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Standard de qualité minimum pour la finance durable : avantage à la Belgique !
Novethic12/11/2019 à 16:10

Standard de qualité minimum pour la finance durable : avantage à la Belgique !

L'homologation de plus de 300 produits financiers conformes au standard Febelfin, crée une petite révolution dans le monde de la finance durable. Elle impose de nouvelles exigences de transparence et met ainsi en pratique un concept promu par les recommandations du groupe d'experts européens pour favoriser la diffusion des fonds durables auprès des particuliers : mettre en place des standards d'exigences minimales.

[Cet article est tiré de l'Essentiel de la Finance Durable, la nouvelle publication de Novethic]

Dans le paysage atomisé des labels européens de finance durable, le petit dernier "Towards Sustainability" promu par Febelfin, l'association belge de la gestion d'actifs, change la donne. En accompagnant la publication de la liste des 311 produits financiers labellisés d'un site Internet qui détaille les processus de gestion de chacun des fonds, il offre aux clients une fiche produit qui leur permet d'en comprendre les principales caractéristiques.

Le standard de Febelfin combine trois exigences : la transparence, l'analyse ESG (environnementale, sociale et gouvernance) sur l'intégralité des portefeuilles et des exclusions avec des seuils bas, non seulement sur le charbon mais aussi sur les énergies fossiles non conventionnelles. Ce triptyque correspond à l'idée d'exigences minimum telles que les avait imaginées le rapport du groupe d'experts de haut niveau pour harmoniser l'offre de fonds durables en Europe.

Ce socle minimum est aujourd'hui plus ou moins mis en œuvre par chacun des labels européens, mais sans que les garanties qu'ils apportent soient très clairement identifiables par le client final. Novethic a réalisé un panorama des différents référentiels qui permet d'y voir plus clair et montre que la Belgique est désormais leader en Europe.

Febelfin dépasse le label ISR

En prouvant que plus de 300 produits financiers étaient d'ores et déjà compatibles avec son référentiel, Febelfin vient de facto d'imposer son standard plus largement qu'au seul marché belge. Il bouscule en particulier le label ISR français jusque-là champion du marché des fonds labellisés avec plus de 200 fonds homologués.

Son site officiel se contente de les lister sans préciser quelles en sont les caractéristiques. Seule innovation, un tableau excel avec les codes ISIN des fonds est téléchargeable depuis fin octobre. Cela permet de faciliter l'intégration des fonds labellisés dans des bases de données mais pas de mieux comprendre les caractéristiques de chaque produit.

Plusieurs sociétés de gestion françaises ont fait référencer leurs produits par Febelfin : AXA IM, BNP Paribas, la Financière de l'Échiquier, Sycomore AM, DNCA... Les absentes ont d'ores et déjà exprimé des réticences sur le nouveau standard. Certaines ont mis en avant leur excellent classement dans d'autres évaluations comme Climetrics, qui note l'impact climat des portefeuilles. D'autres ont mis l'accent sur le caractère belge de la démarche, expliquant qu'ils n'étaient pas présents sur ce marché...

Une approche nationale

Ces réactions sont une nouvelle preuve que les approches nationales continuent à dominer. Chacun essaie de convaincre que son standard est mieux que celui de son voisin. Pourtant, le plan d'action pour la finance durable de la Commission européenne suppose qu'à terme, un vrai standard européen voit le jour.

Cela supposera sans doute d'imposer des exigences minimales aux sociétés de gestion qui souhaiteraient commercialiser des fonds sous la bannière de la finance durable. Pour l'instant, les labels existants ne parviennent pas à limiter la créativité marketing des promoteurs de fonds. Les statistiques de la collecte des divers produits financiers labellisés permettront de mesurer, dans quelques mois, quelle démarche semble la plus efficace pour conquérir les clients.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer