Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

SMCP : recul de 5% des ventes au premier trimestre
information fournie par AOF 25/04/2024 à 10:41

(AOF) - SMCP a généré un chiffre d’affaires de 287 millions d'euros au premier trimestre 2024, en recul de 5% en organique par rapport au premier trimestre 2023. En France, les ventes atteignent 98 millions d'euros, soit un repli de 7% en organique. La tendance du premier trimestre 2024 est restée très comparable à celle du dernier trimestre 2023, avec toutefois une amélioration après la fin des soldes pour Sandro, Maje et Fursac, grâce à un bon accueil de la collection printemps/été.

En France, les ventes dans les magasins physiques sont restées résilientes, avec un "like-for-like" presque stable pour Sandro et Maje, tandis que les ventes digitales ont enregistré une baisse, en particulier pour Claudie Pierlot.

En Asie Pacifique, les ventes du trimestre (57 millions d'euros) sont en repli de 16% en organique par rapport à 2023, avec une situation très polarisée. Alors qu'en Chine, l'activité continue d'être fortement affectée par la baisse du trafic dans les malls, les ventes dans le Sud-Est de l'Asie signent une performance très satisfaisante, notamment en croissance à deux chiffres à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande et au Vietnam.

En revanche, avec un chiffre d'affaires de 42 millions d'euros en croissance organique de 9% par rapport à 2023, l'Amérique est la région qui enregistre la plus forte croissance du groupe. Les Etats-Unis et le Mexique affichent une très bonne performance pour les deux marques Sandro et Maje.

Après une année 2023 marquée par un contexte macroéconomique particulièrement difficile, et un premier trimestre 2024 dans la même tendance, SMCP détaille son plan d'actions à moyen terme, qui s'articule autour de quatre priorités : relancer la croissance et gagner des parts de marché; profiter à plein d'une empreinte géographiques mondiale, équilibrée et diversifiée ; gagner en agilité et tirer profit des dernières innovations pour améliorer l'efficacité au service de la rentabilité ; gestion disciplinée au service d'une rentabilité accrue et d'une structure financière solide.

Ce plan d'actions doit lui permettre d'améliorer progressivement l'EBIT de 25 millions d'euros d'ici 2026 grâce à des économies qui monteront en puissance et toucheront toutes les catégories de dépenses.

L'objectif du groupe reste d'atteindre environ 12% de marge d'EBIT d'ici cinq ans et de repasser à une marge d'EBIT d'environ 10% en 2026.

La priorité est donnée aux investissements les plus productifs afin d'optimiser la génération de free-cash-flow, afin d'atteindre 50 millions d'euros en 2026, et d'accélérer la diminution de la dette nette.

AOF - EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur luxe et cosmétiques

Des performances contrastées dans la beauté

Pénalisé par le marché chinois, Estée Lauder a subi une chute de ses ventes de 10% à 15,9 milliards de dollars sur son exercice annuel 2022-2023, clos fin juin. Le bénéfice net du groupe américain a même baissé de 58% sur un an à 1,01 milliard de dollars. Sur un marché mondial de la beauté dynamique, le groupe affiche donc une contre-performance, alors que son rival, Coty, a publié de très bons résultats. Pour l'année 2022-2023, clôturée fin juin, ses ventes ont bondi de 12%, à 5,55 milliards d'euros, dépassant les prévisions des analystes. Son bénéfice d'exploitation a plus que doublé et son bénéfice ajusté a augmenté de 20%. Le groupe entend poursuivre sa montée en gamme pour dépasser les 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2026. Quant à L'Oréal, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 20,6 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 12% sur un an. Son bénéfice net a progressé de 4% à 3,35 milliards d'euros. Toutefois au troisième trimestre la croissance d'activité du géant mondial des cosmétiques a ralenti (+4,5% sur un an), pénalisée par ses ventes en Chine. Ces acteurs bénéficient d'un marché de la beauté qui devrait croître annuellement de 6% en moyenne d'ici 2028 selon McKinsey,

Valeurs associées

2,10 EUR Euronext Paris -3,00%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.