Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Ryanair-Bénéfice annuel au plus bas de 4 ans, pas mieux en 2019
information fournie par Reuters20/05/2019 à 11:09

 (Actualisé avec détails, commentaires, réaction en Bourse)
    DUBLIN, 20 mai (Reuters) - Ryanair  RYA.I  a publié lundi
son bénéfice annuel le plus faible de ces quatre dernières
années et a estimé qu'il pourrait encore diminuer en 2019, le
secteur aérien subissant en Europe "une guerre des prix usante"
selon son directeur général Michael O'Leary.
    En Bourse à Dublin, le titre de la plus grande compagnie
aérienne à bas coûts d'Europe, chutait de près de 5% en fin de
matinée après ces résultats inférieurs aux attentes du marché.
    Ryanair, qui avait averti à deux reprises sur son bénéfice
2018-2019, clos fin mars, a annoncé un bénéfice après impôts de
1,02 milliard d’euros, contre 1,45 milliard en 2017-2018.
    Pour l'exercice qui sera clos fin mars 2020 et comprendra
pour la première fois Laudamotion récemment acquis et
déficitaire, Ryanair prévoit un bénéfice entre 750 millions et
950 millions d’euros, contre 880 millions pro forma réalisés en
2018-2019 et un consensus qui tablait sur 977 millions.
    Gerald Khoo, analyste chez Liberum, a qualifié de
"décevantes" la prévision de bénéfice et celle d'une hausse des
coûts de 2% hors carburant - liée aux problèmes du 737 MAX de
Boeing  BA.N . La société de courtage Davy Stockbrokers a dit
qu'elle réduirait ses prévisions de 9% tout en estimant que le
point bas avait probablement été atteint.
    Plusieurs autres compagnies aériennes ont mis en garde
contre la dégradation de l'environnement commercial, notamment à
cause des surcapacités et du fait que les voyageurs européens
hésitent à réserver leurs vacances d'été avec les incertitudes
entourant le Brexit. 
    Michael O'Leary a déclaré que la faiblesse des tarifs
pourrait s'atténuer en hiver mais a prévenu les investisseurs
que le secteur du transport aérien européen connaissait une
baisse cyclique de rentabilité.
    "Franchement, si nous sommes bien dans une période où il va
y avoir une guerre des prix usante, les bénéfices vont en
souffrir pendant un ou deux ans et je pense que c'est ce à quoi
les actionnaires devraient s'attendre", a-t-il dit dans une
présentation vidéo.
    "Cependant, il est clair dans mon esprit qu'au cours des
quatre ou cinq prochaines années, quatre ou cinq grands groupes
aériens européens émergeront (...) avec une plus grande
discipline en matière de capacités (...) et une pression à la
hausse sur les prix."
    En moyenne, les tarifs pour l'exercice en cours, seront
probablement entre 2% plus bas et 1% plus élevés que l'année
dernière, a-t-il ajouté.
    Ryanair a également été victime de retards dans la livraison
des 737 MAX, interdits de vol depuis mars à la suite de deux
catastrophes aériennes en moins de six mois. Il a commandé 135
exemplaires du 737 MAX 200 et dispose d’options sur 75 autres.
Il s’attendait à recevoir ses cinq premiers avions entre avril
et juin mais table  désormais sur novembre.
    Les problèmes du 737 MAX ont contraint Ryanair à supprimer
environ un million de sièges d’ici à mars 2020. La compagnie
prévoit toujours d’acheminer 153 millions de passagers pendant
l'exercice à fin mars 2020, contre 139 millions en 2018-2019.
    Ryanair entamera un rachat d'actions de 700 millions d'euros
dans les prochains jours, ce que son directeur général a
qualifié de vote de confiance de la part du conseil
d'administration.

 (Conor Humphries, Dominique Rodriguez pour le service français,
édité par Jean-Michel Bélot)
 

Valeurs associées

LSE +0.45%
NYSE -0.80%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.