Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

REPORTAGE-Après la reprise de Rakka, viendra le défi de la reconstruction

Reuters 21/06/2017 à 17:36
    par Michael Georgy 
    RAKKA, Syrie, 21 juin (Reuters) - La reprise de Rakka, 
dernier bastion urbain de l'organisation Etat islamique (EI) en 
Syrie, n'est désormais qu'une question de temps mais ce qu'il 
adviendra après reste à définir. 
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de 
miliciens kurdes et arabes soutenue militairement par les 
Etats-Unis, poursuivent leur encerclement de la ville, 
considérée comme la capitale de Daech en Syrie.   
    Mais les FDS voient plus loin que ce siège qu'elles 
attendent victorieux. 
    En avril, elles ont mis en place une organisation, le 
Conseil civique de Rakka (CCR), qui sera chargée du maintien de 
l'ordre et de préparer la reconstruction une fois les 
djihadistes chassés hors des murs. 
    La tâche s'annonce immense. Le coût aussi. Et les donateurs 
ne sont pas nombreux à ce jour. 
    Les volontaires du CCR disent avoir expliqué aux 
responsables de la coalition sous commandement américain qu'il 
faudra environ 5,3 milliards de livres syriennes par an (environ 
9 millions d'euros) pour rétablir l'eau et l'électricité, 
réparer les routes et rebâtir les écoles. 
    Jusqu'à présent, les quelques dons privés qu'ils ont reçus 
sont bien loin d'une pareille somme. 
     
    PAS ASSEZ D'ARGENT 
    Pourtant, l'histoire récente de la région illustre 
l'importance des efforts de reconstruction après la guerre. Les 
infrastructures mais aussi la mise en place de structures 
politiques solides. 
    Ne pas l'avoir fait, ou pas suffisamment, en Irak après 
l'invasion américaine de 2003 a fait le lit des extrémismes et 
contribué à l'émergence de l'Etat islamique. 
    Les Etats-Unis le savent et de source américaine on se dit 
prêt à financer le CCR "à condition qu'ils se montrent ouverts à 
tous et représentent les communautés qu'ils gouvernent". 
    A l'heure actuelle, le CCR est la diversité même. Ses deux 
dirigeants sont Cheikh Mahmoud Chawakh al Boursan, un chef 
tribal arabe qui porte la robe traditionnelle de sa tribu, et 
Leïla Moustafa, une Kurde spécialiste en génie civil qui préfère 
jeans et chemise verte. 
    "C'est un pas historique pour Rakka", explique-t-elle dans 
le village d'Aïn Issa, à 50 km au nord de Rakka, là où le CCR 
est basé. 
    Elle parle de la période intérimaire durant laquelle le CCR 
sera aux commandes jusqu'à la tenue d'élections. Et insiste sur 
la nécessaire réparation de toute l'infrastructure de la ville 
qui a été détruite. 
    "Il faut rouvrir les écoles. Et il faut de l'argent pour 
remettre en marche les stations de pompage d'eau et les 
centrales électriques", dit-elle. 
    Mais l'absence de réel financement à ce jour inquiète les 
quelque 70 membres du CCR, des ingénieurs, des enseignants, des 
médecins ou encore des avocats. 
    Eux savent bien qu'il sera difficile de répondre aux 
demandes des habitants de Rakka, quand ils pourront ou voudront 
rentrer chez eux à mesure de l'avancée des troupes des FDS. 
     
    LA QUESTION KURDE 
    Et puis il faudra maintenir l'ordre, et éviter les 
vengeances visant ceux qui ont collaboré avec les djihadistes. 
    Abdoul Aziz al Amir, l'un des vingt représentants des tribus 
locales à siéger au CCR, est pourtant confiant.  
    "Les gens qui avaient des différends venaient toujours nous 
en parler. On a la confiance des gens. On peut contribuer à 
apporter la stabilité", dit-il. 
    Tout le monde ne partage pas cet avis. Notamment le puissant 
voisin turc, qui s'inquiète de la présence de miliciens kurdes 
dans les rangs des FDS et donc dans le CCR. 
    Ankara considère ces miliciens kurdes, les Unités de 
protection du peuple (YPG), comme l'émanation du Parti des 
travailleurs du Kurdistan (PKK), l'organisation séparatiste 
kurde en lutte depuis trente ans contre le pouvoir central. 
    Certaines des inquiétudes émises par la Turquie trouvent une 
oreille attentive à Washington et auprès de l'Union européenne, 
où l'on insiste sur le fait que le CCR doit être indépendant des 
milices kurdes présentes à Rakka. 
    Un diplomate européen résume la situation actuelle en ces 
termes : "Les Etats-Unis pour le moment nous disent, on mène 
notre guerre et on verra après". 
    En attendant, le CCR ne peut compter pour agir que sur de 
faibles dons, parfois individuels. "Une jeune fille nous a 
envoyé 30 euros par Western Union", raconte Omar Aloush, un 
volontaire du CCR. "Bien sûr, on l'a remerciée." 
    "Mais réparer les dégâts commis à Rakka coûtera des millions 
et des millions de dollars", dit-il. "On n'a à l'heure actuelle 
même pas assez d'argent pour un projet qui coûterait, disons, 
15.000 dollars." 
    On estime à 200.000 le nombre d'habitants de la ville que 
les combats ont contraints à fuir. Pour la plupart d'entre eux, 
il s'agira de repartir de zéro.  
 
 (Avec Tom Perry à Beyrouth, Tulay Karadeniz et Dominic Evans à 
Ankara, Gilles Trequesser pour le service français, édité par 
Tangi Salaün) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

26.15 0.00%
61428.18 -6.08%
72.34 +0.25%
35.545 -0.86%
161.5 +0.31%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.