Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Remontée des taux américains, oui mais quand ? » par Anton Brender du Cercle des économistes

Boursorama15/06/2015 à 11:01

Les investisseurs seront particulièrement attentifs au discours de Janet Yellen mercredi 17 juin.

Pour Anton Brender, la remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis ne fait aucun doute.  Selon l’économiste, la vraie question est de savoir à partir de quand le mouvement va s’enclencher.

Le communiqué qui sera publié mercredi 17 juin 2015 à l’issue de la réunion du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale, et les déclarations de sa Présidente, devraient donner une idée plus précise du moment où la Banque centrale américaine va procéder au « lift-off » de son taux directeur. La probabilité qu’une hausse du taux des fed funds – la première depuis six ans – intervienne à l’automne devrait se trouver renforcée. Janet Yellen ne tiendra sans doute pas compte de l’appel à la prudence lancé au début de ce mois par le FMI. Tout laisse penser qu’elle a raison.

Certes, le dynamisme de l’économie américaine est loin d’être extraordinaire et l’inflation n’est pas menaçante. En outre, les traces de la crise des subprimes ne sont pas encore complètement effacées : obtenir un prêt hypothécaire reste pour beaucoup d’Américains anormalement difficile. Mais c’est précisément parce que la reprise actuelle est encore fragile qu’une hausse du taux des fed funds est maintenant nécessaire.

L’économie américaine est en effet moins sensible, il ne faut pas l’oublier, au niveau des fed funds qu’à celui des taux à long terme[1] : ce sont eux qui déterminent le coût des prêts hypothécaires. Or, si la Fed n’engage pas bientôt une remontée des taux à court terme, elle prend le risque de voir une hausse incontrôlée des taux longs mettre brutalement un terme au lent redémarrage du crédit immobilier aux ménages.

Car, si la reprise reste fragile, l’économie américaine n’en a pas moins largement avancé en direction du plein emploi : à la fin de cette année, le taux de chômage devrait être proche de 5 %, moitié moins qu’au lendemain de la crise. Pendant ces années, plus de dix millions d’emplois ont été créés. Ils ne sont pas tous de mauvaise qualité : le nombre d’emplois à temps partiel n’a pratiquement plus augmenté depuis le début de la décennie. Et si le rythme des hausses de salaires n’a pas encore franchement accéléré, des frémissements sont visibles, même dans les secteurs où les rémunérations sont les plus basses.

Des taux directeurs nuls sont-ils compatibles avec un marché du travail dans un état toujours plus « normal » ? Le marché obligataire pourrait très vite se poser la question. Et s’il se persuade que la Réserve fédérale est « en retard », il risque de pousser brutalement à la hausse les taux à long terme. Ce risque est d’autant plus réel que le niveau des fed funds n’est pas seul à être anormal : la taille du bilan de la Fed l’est tout autant.

Faire monter, dans ces conditions, les taux du marché monétaire américain est une expérience inédite. La Réserve fédérale a maintenant intérêt à ne plus trop attendre pour s’y engager. Pourvu, bien sûr, qu’elle explique auparavant que la normalisation du niveau des taux à court terme sera très progressive et adaptée au rythme de l’activité… Même si aucune décision n’est attendue, la prochaine réunion du FOMC mérite une attention particulière !

Anton Brender

 

Anton Brender est chef économiste de Candriam et professeur associé honoraire à l'Université Paris-Dauphine. Ses principaux domaines d'expertise sont la mondialisation financière et les thématiques monétaires et financières.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.


[1] Voir Monnaie, finance et économie réelle,  A. Brender, F. Pisani et E. Gagna, La Découverte, Paris, 2015

Mes listes

valeur

dernier

var.

5.33 +7.89%
CGG
2.17 +1.50%
542.2 -0.44%
14.2 0.00%
15.55 -2.14%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.