Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Quand les taux longs montent, que fait la bourse ? » (Cercle des Economistes)

Boursorama26/09/2016 à 10:11

« Quand les taux longs montent, que fait la bourse ? » (Cercle des Economistes)

Les taux d’intérêts restent bas mais ont tendance à remonter légèrement. Amorcé surtout aux Etats-Unis, le mouvement peut-il s’amplifier, et quelle serait alors la réaction des marchés financiers ? Jean-Paul Betbeze explique pourquoi le facteur rentabilité sera la première préoccupation des opérateurs.

Le 7 septembre de cette année, les taux d’intérêt à 10 ans de la France ont sans doute connu leur minimum à 0,03% (source : Boursorama). Depuis, ils sont remontés et s’inscrivent à 0,08% (après un saut à 0,15%). Derrière ce saut brutal puis une petite baisse, il n’y a pas les interrogations sur la future politique française, ni sur la montée des déficits budgétaires en Europe. Cette évolution provient des Etats-Unis et s’alimente à deux sources : la hausse des taux de la Fed, remise à décembre 2016 et les interrogations sur l’élection présidentielle américaine, avec la montée de Donald Trump dans les sondages.

Pour la Fed, même si elle calme le jeu en balisant sa politique de taux courts (forward guidance), les marchés se disent qu’elle fera au moins une hausse l’an prochain, sinon deux. En même temps, l’inflation remonte légèrement. Elle est à 1,1% sur un an et devrait atteindre à moyen terme l’objectif de 2% de la Fed.

Pour Donald Trump, l’incertitude est croissante. On sait qu’il juge la politique monétaire actuelle trop accommodante, pour ne pas dire favorable à Barack Obama. Elle crée, selon lui, des bulles, sur les marchés des obligations et des actions. Il a indiqué clairement qu’en cas de victoire, il ne prolongerait pas le mandat de Janet Yellen en 2018 (elle ne s’y attend d’ailleurs pas, de sa part). En même temps, cette montée de Donald Trump fait baisser le peso mexicain et, désormais, le dollar canadien, tous deux inquiets devant son projet de remise en cause du NAFTA, l’accord commercial entre Etats-Unis, Mexique et Canada.

Au Japon et en Europe, tout va être fait pour tenter de s’isoler de cette hausse des taux longs qui peut menacer les bourses, faute de croissance. Au Japon, la Banque centrale vient de se donner comme objectif la courbe des taux, avec l’idée de tenir le taux à 10 ans au voisinage durable de 0%. En même temps, elle va acheter des actions, notamment des banques, pour les soutenir et permettre ainsi des politiques de crédit.

Au Royaume-Uni, dans le contexte du Brexit, la Banque centrale a déjà baissé ses taux courts et indiqué qu’elle pourrait continuer à le faire, même s’ils sont très bas (0,25%). Elle a lancé un programme supplémentaire d’achat de bons du trésor pour 60 milliards de livres (avec une limite de 435 milliards), et d’obligations privées jusqu’à 10 milliards de livres.

La zone euro est prête à faire pareil, mettant en avant son mandat d’inflation à 2%, sachant qu’elle est actuellement à 0,2%. D’ici peu, elle va préciser sa politique d’achat de titres puisqu’elle est proche des limites qu’elle s’était fixées : mars 2017. Dans ce contexte, là aussi, tout sera fait pour « calmer » la hausse des taux longs.

Au total, même si les critiques pleuvent sur les risques liés aux taux longs trop bas trop longtemps, notamment sur l’endettement rendu trop facile des entreprises privées, sur l’affaiblissement des banques et sur l’insuffisance de réformes dans les pays de la zone euro et au Japon, tout indique que cette politique va se poursuivre, hors les Etats-Unis (mais modérément).

Alors, les bourses vont regarder l’évolution des rentabilités, sachant qu’elles fléchissent aux Etats-Unis. Partout, il s’agit de permettre et de prolonger la reprise, en faisant pression sur les taux longs, pour aider autant que possible les bourses et réduire d’autant un éventuel effet Trump. Beaucoup dépendra donc du duel avec Hillary Clinton le 26 septembre !

 

Jean-Paul Betbeze est membre du Cercle des économistes et Président-Fondateur de Betbeze Conseil SAS

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.