1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prodways, la française qui veut conquérir le marché de l'imprimante 3D
Boursorama05/05/2017 à 10:02

Prodways Group, entreprise française spécialisée dans l'imprimante 3D va faire son entrée en Bourse - Crédit photo : Prodways.com

C’est l’une des petites dernières du groupe Gorgé mais, pourtant l’entreprise Prodways joue déjà dans la cours des grands. Spécialisée dans l’impression 3D, la jeune entreprise va rentrer en bourse pour étendre son capital en levant 39 à 52 millions d’euros.

Créée il y a 10 ans par André-Luc Allanic, la société Phildias Technologie, spécialisée dans l’impression 3D  n’a eu de cesse de grandir et d’évoluer. Rachetée par Groupe Gorgé en 2013, elle est devenue par la même occasion Prodways Group. Depuis, la société est passée d’un chiffre d’affaires de 100.000 euros, à plus de 25 millions d’euros en 2017. Une  croissance explosive, notamment due à une stratégie payante. Les dirigeants de la jeune société se sont concentrés sur la production d’imprimantes pour les professionnels et les industriels, délaissant un marché pour les particuliers encore très incertain.

Mais c’est principalement grâce à sa technologie Movinglight, inventée par le fondateur de la société que la filiale du groupe Gorgé se démarque. Elle est plus rapide et plus précise que ses concurrents. Une technologie qui a séduit une soixantaine de clients pour la division SYSTEMS actuellement et plus de 1 200 clients pour la division PRODUCTS.

Conquérante et ambitieuse, Prodways s’apprête à lancer une nouvelle gamme d’appareils à moins de 100.000 euros, le prix le plus bas de son catalogue était jusqu’ici compris entre 200.000 et 500.000 euros. Elle investit aussi dans la distribution de pièces et de matériaux destinés aux imprimantes 3D. Enfin, elle diversifie également ses activités, proposant à ses clients la production en direct de pièces à la demande dans le secteur médical.

Se diversifier pour grandir plus vite

Dans ce souci de diversification, et pour financer son pôle de recherche et de développement, l’entrée en bourse de Prodways était inévitable. Elle doit lui permettre d’augmenter son capital initial d’au moins 39 millions d’euros. Parmi les principaux intéressés, Safran, nouveau partenaire de la filiale du groupe Gorgé. L’entreprise d’aéronautique investit dans le capital de Prodways à hauteur de 2,2% via Safran Corporate Ventures, tout en signant un partenariat technologique courant sur les cinq prochaines années. BPI France, Fimalac Développement et Financière Arbevel se sont également engagés à souscrire à l’opération.

L’objectif de Prodways, à terme, est de venir prendre une place de leader sur le marché de l’impression 3D. La société espère notamment surperformer de 4 points un marché global attendu en croissance moyenne annuelle de 31% d’ici 2021. Elle veut atteindre son seuil de rentabilité en 2018 et une marge brute d’exploitation à deux chiffres à l’horizon 2019. Une progression ambitieuse dans un secteur en plein développement.

Un secteur concurrentiel

Face à la détonante filiale du groupe Gorgé, 3DSystems, et Stratasys étaient à la peine en 2016 après avoir misé sur l’essor des imprimantes 3D destinées aux particuliers. Une fausse bonne-idée qui leur coûte cher. Stratasys enregistrait ainsi une perte de 77,2 millions d’euros en 2016. Les deux ténors ont donc choisi de recentrer leur production sur le B2B, concurrençant ainsi la petite française. D’autant que d’autres entreprises comme HP ou General Electrics investissent massivement sur le marché de l’impression 3D. Des concurrents encombrants qui n’inquiètent pas les investisseurs. A quelques jours de la clôture de l’OPO, la fourchette de prix s’est resserrée entre 4,30 et 4,80 euros. Le titre est par ailleurs éligible au PEA PME.  

Bastien Gauriau

Valeurs associées

Euronext Paris +1.65%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer