Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi s'intéresser au crowdfunding ? Quels rendements en attendre ? Comment les gains sont-ils imposés ?

Boursorama20/05/2016 à 10:00

Le financement participatif à but d'investissement gagne en notoriété depuis quelques mois en France.

Depuis quelques mois, le financement participatif à but d'investissement (crowdfunding / crowdlending) suscite l’intérêt croissant des particuliers. Pour y voir plus clair vis-à-vis de ce nouveau type de placement financier, nous nous entretenons cette semaine avec Cyril Benchimol, fondateur d’Immovesting, nouvelle plate-forme française de crowdfunding immobilier.

Imaginons que je suis un particulier jusqu’ici habitué à investir mon épargne en actions, ou en Sicav/FCP, ou simplement sur un PEL. Pour quelles raisons devrais-je m’intéresser au crowdfunding ? De quoi s’agit-il ?

Cyril Benchimol : Le crowdfunding (ou financement participatif en français) est aujourd’hui un terme très large qui désigne le fait d’associer un grand nombre de personnes qui investissent collectivement. Cet investissement peut se faire sans contrepartie (don à une association ou un artiste par exemple) ou avec contrepartie financière (prêt, investissement en capital).

L’univers du crowdfunding avec contrepartie financière connaît actuellement un très fort développement auprès des particuliers. Et ce pour une raison simple : en supprimant les intermédiaires traditionnels (banques, établissements de crédits) il permet de bénéficier de rendements plus avantageux que ceux proposés par des placements plus traditionnels.

Certaines plates-formes sont spécialisées dans le prêt aux entreprises ou aux particuliers, d’autres dans l’investissement en immobilier, et encore d’autres dans l’investissement en startup. Comment puis-je m’y retrouver en tant qu’investisseur ?

Comme je vous le disais, le terme « crowdfunding » est aujourd’hui très large et les offres sur ce marché sont désormais nombreuses. Et c’est une bonne nouvelle pour les particuliers ! Cela leur donne accès à des investissements variés. Pour faire simple, il existe aujourd’hui deux grandes familles de placements dans le crowdfunding : le prêt ou l’investissement en capital. Dans le cas du prêt, vous prêtez une somme à un particulier ou à une entreprise en contrepartie d’un taux d’intérêt donné. Pour l’investissement en capital, il s’agit de devenir actionnaire d’une entreprise qu’il s’agisse d’une startup, d’une PME ou d’une société qui réalise une opération immobilière, et ainsi de bénéficier intégralement du succès du projet.

Ces placements présentent donc naturellement des risques différents et il convient donc de se poser la question du niveau de risque qu’on est prêt à prendre. Ainsi un investissement dans une jeune startup présentera un risque plus important que l’investissement dans un actif immobilier et offrira en contrepartie un potentiel probablement plus élevé.

Enfin, au sein même de chaque famille, il est important d’étudier en détail les opérations proposées : certaines opérations immobilières sont plus risquées que d’autres et certains prêteurs sont plus sujets à ne pas honorer leurs remboursements que d’autres. Comme pour tout investissement, il faut prendre le temps de lire les documentations mises à disposition par les plateformes.

Quels sont les rendements auxquels les investisseurs peuvent s’attendre via les plateformes de crowdfunding immobilier ? Pour quelles durées ? L’argent est-il totalement bloqué pendant cette période d’investissement ?

Dans le cas d’un investissement sur une plateforme de crowdfunding immobilier, les rendements peuvent aller de 5% pour les opérations les moins risquées à environ 12% pour des opérations de promotion immobilière.

Les durées vont quant à elle de 18 mois à 5 ans en fonction de la stratégie proposée : une opération de promotion immobilière est un investissement plutôt court terme qui ne dépassera généralement pas 24 mois tandis qu’une opération de marchand de bien peut aller jusqu’à 4-5 ans environ. Dans la très grande majorité des cas, votre argent sera bloqué pendant toute la durée de l’opération.

Comment l’investisseur récupère-t-il l’argent et les gains de son investissement ? La plus-value et le principal sont-ils reversés à la fin de la durée de l’investissement, ou l’investisseur perçoit-il des rentes régulières ?

Encore une fois, cela va dépendre du type du placement retenu.

Dans le cas d’un investissement en crowdfunding immobilier, la mise de départ et les gains de l’investissement sont généralement perçus à l’issue de l’opération. Dans le cas d’une opération immobilière cela se produit lorsque le programme est commercialisé à 100% (promotion) ou que l’actif est revendu (marchand de bien).

Pour un investissement dans une startup ou une PME, cela intervient lorsque l’entreprise paie des dividendes à ses actionnaires où qu’elle est cédée à d’autres actionnaires.

Enfin, pour les investissements sous forme de prêt, les remboursements se font généralement tout au long de la durée de vie de l’investissement et la plupart du temps sur une base mensuelle.

Comment sont imposés en France les gains générés par le crowdfunding (du point de vue des investisseurs) ?

Lorsque l’investissement se fait en capital, les gains générés sont soit des dividendes soit une plus-value sur titres. Ces gains sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu (avec un abattement de 40 % à 50%) et à des prélèvements sociaux (15,5%). A noter que chez Immovesting, certaines opérations sont éligibles au PEA et permettent ainsi de bénéficier d’une exonération totale de l’impôt sur le revenu.

En ce qui concerne les prêts ou les obligations, les intérêts sont des produits de placement à revenu fixe et sont donc également soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu et à des prélèvements sociaux (15,5%).

Propos recueillis par Xavier Bargue


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.