Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Pourquoi les grandes enseignes de distribution ne jurent plus que par la "proximité"?
information fournie par Boursorama avec AFP 11/04/2024 à 09:21

( AFP / DENIS CHARLET )

( AFP / DENIS CHARLET )

Entre l'église et la mairie, dans les quartiers d'affaires ou au pied des pistes, sous enseigne Vival, Utile, Franprix, Intermarché Express, Diagonal ou Carrefour Express, les magasins de proximité sont incontournables.

Longtemps snobés par la grande distribution, les petits magasins de centre-ville ou de village sont au coeur de la stratégie de Carrefour et du nouveau Casino. Intermarché et Auchan lorgnent ce format très rentable plaçant les distributeurs dans le rôle avantageux de franchiseurs.

Détaillant son ambition de faire de Casino un champion en la matière, son nouveau directeur général Philippe Palazzi avait loué fin mars auprès de l'AFP et du Progrès la "valeur ajoutée dans la société" de ces petits magasins.

Moyen de "briser la solitude" dans le monde rural comme en ville, de lutter contre l'isolement, réception de colis, lieu de stockage des clés ou des valises pour les locations saisonnières... "Ce genre de services va se développer", estimait-il.

- Rentable pour les distributeurs -

La fédération du commerce et de la distribution (FCD) dénombre environ 20.000 magasins de proximité dans le pays, contre 2.300 hypermarchés.

Leurs ventes sont généralement plutôt modestes: Intermarché, qui a présenté fin mars un magasin "Express" installé dans le XIIIe arrondissement de Paris, y revendique 1.200 clients par jour, pour un ticket moyen de 23 euros, bien loin des gros pleins de course des hypermarchés de périphérie.

A l'échelle du groupe Carrefour, sur environ 43 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans 6.000 magasins en France en 2023, la proximité (et autres formats) n'a réalisé que 7,7 milliards d'euros de ventes pour plus de environ 4750 magasins.

Dit autrement, la proximité compte pour 79% du parc magasins mais pour 18% des ventes du groupe.

En revanche, la rentabilité de ces formats est, pour les distributeurs, très intéressante. Les magasins de proximité sont dans leur immense majorité exploités sous le modèle de la franchise, avec des commerçants indépendants qui paient une redevance pour utiliser le nom de l'enseigne, et qui s'approvisionnent auprès de la centrale d'achat du distributeur.

Carrefour indique dans ses comptes pour 2023 avoir perçu 420 millions d'euros de redevances de franchise et de location-gérance, contre 402 millions un an plus tôt.

Carrefour Proximité France, sa filiale en charge de la "proxi", est ultra rentable, tout le contraire de sa branche hypermarchés.

Les investissements dans les magasins ou les salaires pèsent lourd dans les comptes des magasins grands formats, alors que la gestion sous franchise les laisse à la charge des exploitants franchisés.

- "Horaires de dingue" -

Cette relation peut-elle devenir déséquilibrée? Une "association des franchisés de Carrefour", a annoncé en janvier avoir assigné le distributeur devant le tribunal de Rennes, regrettant "le déséquilibre significatif entre les droits et les obligations de chaque partie".

Carrefour de son côté note "l'attractivité" de sa franchise et le faible nombre de cas de désaccords.

Côté Casino, Philippe Palazzi souligne la nécessité de laisser "beaucoup d'autonomie" aux franchisés. "Le vrai métier, c'est d'aider ces entrepreneurs, qui se lèvent tôt, bossent souvent sept jours sur sept, avec des horaires de dingue."

L'ensemble des distributeurs concernés jurent ne pas avoir de difficultés pour recruter de candidats à la franchise.

Mais vu le nombre d'entreprises voulant développer leur réseau de proximité en franchise - Auchan aussi a confié s'y intéresser de très près -, peut-il y avoir un épuisement du vivier en la matière? "Bien sûr", a répondu Palazzi, "c'est le meilleur qui va gagner et chez Casino on n'est pas là pour participer".

Le distributeur d'origine stéphanoise a quand même noté, dans sa documentation financière sur 2023 publiée en mars, que "les éventuelles difficultés de recrutement de franchisés pourraient impacter de manière significative la stratégie de développement", le chiffre d'affaires et les résultats.

D'éventuels manquements de franchisés pourraient aussi avoir "un impact négatif" sur la précieuse image de ces acteurs économiques.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.40%
Euronext Paris -1.87%
XETRA 0.00%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.