Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour la France, les épargnants libanais pourraient ne pas récupérer tout leur argent - compte-rendu
Reuters16/09/2020 à 13:33

BEYROUTH, 16 septembre (Reuters) - Il sera peut-être difficile pour les banques du Liban de tenir leur position de principe selon laquelle leurs déposants ne doivent subir aucune perte, a déclaré le diplomate français Pierre Duquesne lors d'une récente réunion consacrée aux mesures susceptibles de sauver un secteur bancaire libanais en difficulté.

Ces propos ont été tenus lors d'une rencontre le 10 septembre à Paris entre des responsables français et une délégation de l'Association des banques du Liban (ABL). Reuters a pu consulter une copie du compte-rendu de cette réunion, classé confidentiel.

La France est à la pointe des efforts internationaux pour obtenir des dirigeants libanais la mise en oeuvre de réformes nécessaires à l'obtention d'une aide internationale alors que le Liban est plongé dans une profonde crise économique et financière ayant entraîné la paralysie de son secteur bancaire et le gel de la plus grande partie des comptes des déposants.

Si le fait que les déposants ne doivent supporter aucune perte est un sujet de principe pour l'ABL, il sera peut-être difficile de défendre cela jusqu'au bout, a dit Pierre Duquesne, selon ce compte-rendu, tout en ajoutant qu'il s'agissait d'un sujet de négociation.

Pierre Duquesne a été chargé par le président français Emmanuel Macron de coordonner les efforts internationaux pour le Liban.

La banque centrale et les établissements commerciaux du Liban cherchent à éviter une "décote" sur l'épargne des Libanais mais la crise financière a fait plonger la devise locale, la livre, arrimée au dollar pendant plus de 20 ans. Les titulaires de comptes en dollars doivent pour y avoir accès accepter de les échanger en livres à un taux de change inférieur à celui du marché.

Le ministère français des Affaires étrangères n'a pas fait de commentaire sur le sujet dans l'immédiat.

"Nous avons senti à travers nos rencontres avec de hauts responsables français chargés de l'initiative présidentielle qu'ils étaient en faveur d'un secteur bancaire prospère", a dit à Reuters un grand banquier libanais ayant participé à ces discussions.

Une source diplomatique française a dit que ces pourparlers entraient dans le cadre des efforts destinés à mettre en oeuvre la feuille de route économique pour le Liban.

Outre ses commentaires sur les dépôts, Pierre Duquesne a évoqué une série d'autres mesures telles que la mise en place rapide d'un contrôle des capitaux et d'une consolidation du secteur bancaire dans un pays comptant 64 banques contrôlées par 32 groupes.

Au sujet de la restructuration de la dette du pays, le diplomate français a là aussi réclamé un ensemble de mesures tout en jugeant qu'il n'y avait pas de solution miracle.

Les représentants de l'ABL, dont son président Salim Sfeir, ont dit que les banques libanaises étaient prêtes à se joindre à l'effort collectif pour sortir de la crise et ont notamment apporté leur soutien à un fonds permettant de mobiliser des actifs de l'Etat, selon le compte-rendu.

(Samia Nakhoul, avec John Irish version française Bertrand Boucey)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer