1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Orban veut bâtir une grande alliance contre l'immigration

Reuters18/02/2018 à 19:30
    BUDAPEST, 18 février (Reuters) - Le Premier ministre 
hongrois Viktor Orban a souhaité la constitution d'une grande 
alliance de pays contre l'immigration, dimanche à l'occasion du 
lancement par son parti, le Fidesz, de la campagne en vue des 
élections législatives du 8 avril.  
    "La chrétienté est le dernier espoir de l'Europe", a lancé 
le dirigeant nationaliste et conservateur devant des militants 
lors de son discours annuel sur l'état de la nation. 
    Viktor Orban, qui est âgé de 54 ans, a estimé qu'une 
divergence fondamentale séparait les pays d'Europe centrale et 
l'ouest de l'Europe, devenu selon lui une "zone immigrée, un 
monde à la population mixte qui prend une direction différente 
de la nôtre". 
    Les pays de l'ouest de l'Europe, a-t-il poursuivi, cherchent 
à imposer leurs vues. "Aussi absurde que cela puisse paraître, 
le danger que nous affrontons vient de l'Ouest, de politiciens à 
Bruxelles, Berlin et Paris", a-t-il déclaré sous de bruyants 
applaudissements. "Bien sûr, nous combattrons et nous 
utiliserons tous les recours juridiques possibles. Le premier 
est notre loi 'anti-Soros'," a-t-il ajouté.  
    Depuis des années, le milliardaire américain d'origine 
hongroise George Soros est la cible de Viktor Orban, qui dénonce 
ses actions philanthropiques visant à défendre les valeurs 
libérales et l'ouverture des frontières.  
    "Partout, (Soros) veut qu'on accepte l'immigration. Ça ne 
marchera pas. Nous ne sommes pas seuls, nous combattrons 
ensemble (...) et nous vaincrons", a affirmé le Premier ministre 
hongrois.  
    "Le V4 (les pays de Visegrad: Hongrie, Slovaquie, Pologne, 
République tchèque) est ferme, la Croatie se laisse convaincre, 
l'Autriche a pris une direction patriotique et en Bavière, la 
CSU (Union chrétienne-sociale) a créé une résistance", s'est 
félicité Viktor Orban.  
    Le nouveau projet de loi baptisé "anti-Soros" prévoit que 
les ONG qui aident les migrants reversent 25% de ces fonds sous 
forme de taxe à l'Etat. 
    Elles devraient en outre obtenir une autorisation de mener 
leurs activités auprès du ministère de l'Intérieur qui pourrait 
la leur refuser pour des raisons de "sécurité nationale". Celles 
qui outrepassent ce refus pourraient être dissoutes. 
    Porté par le discours anti-immigration de son chef de file, 
renforcé par la division de l'opposition, le Fidesz est donné 
très largement favori dans les sondages en vue des élections.  
 
 (Marton Dunai 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 34flora
    19 février17:37

    bien sûr qu'il faut un référendum ! mais malheureusement, nous ne l'aurons pas... car la réponse risque de déplaire très fort au gouvernement.

    Signaler un abus

  • d.contan
    19 février15:20

    vive le groupe de visegrad...la démocratie est à l'est et le totalitarisme rampant à l'ouest?il faut un referundum d'initiative populaire sur l'immigration.nos dirigeants sont fous

    Signaler un abus

  • 445566ZM
    19 février09:26

    La Hongrie est le seul pays ayant organisé un référendum sur la question d'accueil des immigrés clandestins. Le résultat c'est plus de 90 % "contre". Notre gouvernement, pourrait-il proposer une telle consultation ? Non ? Pourquoi ? Parce que il connait le résultat ? Bon, alors.

    Signaler un abus

  • stmaster
    19 février01:27

    Que ceux qui sont séduits par les idées d'Orban le rejoignent.

    Signaler un abus

  • mcarre1
    19 février01:17

    L'ouest est influencé par les lobbies qui souhaitent une croissance démographique pour gonfler leur Chiffre d'Affaire. Plus de monde, c'est plus de caddies remplis au supermarché, plus de comptes en banque et assurances obligatoires, ...etc. Et si cela passe par l'explosion des quartiers difficiles, la chute du niveau scolaire, la perte de pouvoir d'achat des français moyens, du communautarisme qui ne s'intègre pas, et des zones de non-droit, ils s'en fichent. Seul compte leur bénéfice à eux.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer