Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

" Nous ne croyons pas à une guerre commerciale," dit Philippe Ithurbide (Amundi)
information fournie par Newsmanagers20/12/2018 à 16:30

(NEWSManagers.com) -

" Les scénarios de risque sont devenus plus importants que mon scénario central." Le constat émane de Philippe Ithurbide, le directeur de la recherche et de la stratégie d'Amundi, qui s'est exprimé lors de l'événement co-organisé à Paris par Luxembourg for Finance et le quotidien L'Opinion, jeudi 13 décembre.

Certes, les risques s'accumulent, mais s'il en est un que Philippe Ithurbide ne craint pas, c'est celui d'une vraie guerre commerciale. " Nous ne croyons pas du tout à une guerre commerciale. Une guerre commerciale, c'est violent, ça concerne tous les pays. Il y a des attaques et des ripostes fortes. Ce n'est pas le cas aujourd'hui," a-t-il affirmé, ajoutant que le président américain Donald Trump allait bientôt devoir renoncer à ses mesures protectionnistes, susceptibles de " mordre sur l'économie américaine" .

Pourtant le risque majeur se cache bien aux Etats-Unis selon Philippe Ithurbide, qui confie sa peur vis-à-vis de la dette américaine. " Les Etats-Unis n'ont jamais été aussi endettés qu'aujourd'hui depuis leur création," résume-t-il. Un autre gros risque d'après le directeur de la recherche d'Amundi serait celui d'une erreur de la Réserve fédérale américaine dans ses appréciations. Une Fed qu'il voit grimper ses taux à trois reprises en 2019 même si le dernier discours de Jay Powell peut laisser penser qu'une seule hausse sera effective l'an prochain.

En Europe, Philippe Ithurbide parle d'un manque de chance, la reprise de la zone euro ayant été émaillée de quelques incidents de parcours (Italie, Brexit, etc). Questionné sur un éventuel risque lié aux prochaines élections européennes, il estime que " la probabilité d'un parlement anti-européen est quasiment nulle" et que les élections ne sont pas encore un sujet. " Si les élections européennes deviennent un vote anti-Europe, ça deviendra un souci. Il y aura probablement une hausse de certains populismes," a-t-il dit. A propos du mouvement de contestation des gilets jaunes et des mesures annoncées par le président français Emmanuel Macron pour y faire face lundi dernier, Philippe Ithurbide juge " très bonne la décision d'augmenter les salaires" . " Cela doit avoir un effet bénéfique sur la croissance française," a insisté le directeur de la recherche d'Amundi, selon qui la vraie question posée par le mouvement des gilets jaunes est la suivante: la capacité de la France à réformer est-elle intacte?

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.