1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mode: Le marché français replonge, les "Gilets jaunes" vont peser

Reuters06/12/2018 à 16:11

MODE: LE MARCHÉ FRANÇAIS REPLONGE, LES "GILETS JAUNES" VONT PESER

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le marché français de la mode devrait replonger dans le rouge en 2018 après une brève embellie en 2017, selon les estimations de l'Institut français de la mode (IFM) qui n'a pas encore chiffré l'impact négatif du mouvement des "Gilets jaunes" sur le secteur.

Le marché devrait accuser un recul sévère de 2,9% cette année, à 28 milliards d'euros - hors impact des "Gilets jaunes" - après une progression de 0,6% en 2017, renouant avec une tendance baissière ininterrompue depuis la crise de 2008.

La dynamique des ventes en ligne (+5,3% sur les 10 premiers mois de l'année) ne permettra pas de compenser la chute des ventes dans les magasins (-4,3%).

"Le marché s'installe durablement dans un nouveau modèle, celui d'une nouvelle norme de consommation", a déclaré jeudi Gildas Minvielle, directeur de l'observatoire économique de l'IFM lors de la présentation des perspectives 2019 de l'Institut.

Avec les blocages d'entrepôts et les fermetures de magasins liées aux violences qui ont éclaté lors des manifestations des "Gilets jaunes" en France, "il y aura forcément un impact", a-t-il dit.

Les chutes de chiffre d'affaires ont atteint 10% à 70% selon les régions samedi 1er décembre, a déclaré à Reuters Pierre-François Le Louët, président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

"Paris et Toulouse ont été les plus touchées", a-t-il dit.

Les manifestations du 1er décembre ont été marquées par de graves violences dans la capitale, où nombre de commerces ont fermé, notamment les grands magasins du boulevard Haussmann.

Le mouvement devrait aussi lourdement impacter la rentabilité des marques, les ventes du crucial mois de décembre se faisant sans rabais ni promotions.

AMAZON "GRAND GAGNANT" DES BLOCAGES

Selon Denis Ferrand, directeur général de l'institut Coe-Rexecode, "il y aura, en raison des blocages, des reports de ventes sur internet et Amazon sera probablement le grand gagnant de ce qui se passe en ce moment".

Globalement, le marché français de la mode souffre des arbitrages budgétaire des ménages mais commence aussi à être touché par l'émergence d'une nouvelle tendance à la "déconsommation".

Des considérations écologiques ou éthiques gagnent les clients qui disent vouloir acheter autrement, moins et mieux.

"Ils arrivent au bout d'une forme de surconsommation, ils sont à la recherche de sens, de protection de l'environnement, de chasse au gaspillage", a souligné Thomas Delattre, chef de projet à l'IFM, citant une enquête réalisée auprès de consommateurs.

Cette tendance profite au marché de l'occasion, qui a atteint aujourd'hui 1,0 milliard d'euros, grâce notamment aux plates-formes de ventes entre particuliers.

Depuis 10 ans, le recul du marché de la mode atteint 15% en France, plombé par une chute annuelle moyenne de 5% dans le segment moyen de gamme, qui représente la majorité de l'offre (40% des magasins en France), tandis que les premiers prix et le haut de gamme ont grappillé 1% respectivement et que le luxe a grimpé de 7%.

Les tendances de marché sont également mal orientées en Europe en 2018, avec des baisses de chiffre d'affaires de 1,4% en Espagne, de 3,0% en Allemagne et de 3,9% en Italie. Seul le Royaume-Uni tire son épingle du jeu (+2,1%) par un effet de rattrapage après une très forte baisse en 2016.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4630859
    06 décembre17:10

    on ne parle pas ici de LVMH, mais de la halle, kiabi ... qui vont devoir fermer des magasins dans les villes moyennes en 2019, comme ça, il faudra faire 40km pour acheter des chaussettes.

    Signaler un abus

  • M1084720
    06 décembre16:40

    A ma connaissance, la fille du fondateur d'HOUWEI (pardon pour l'orthographe) même si elle est "jaune", ne porte pas de gilet jaune...parce que la chute, c'est les conséquences de son arrestation!

    Signaler un abus

  • UBOAT
    06 décembre16:39

    C'est la faute des gilets jaunes si toutes ses boites ne valent plus rien ???? Tiens donc !!!!! Rien à voir avec le pouvoir d'achat, la dette, une politique nationale, européenne et mondiale DÉSASTREUSE !!!!! et le mot est faible.

    Signaler un abus

  • trhorius
    06 décembre16:37

    lol un comble, gilet jaune à 0.5€ vs mode inatteignable par 95% des français, on va pas les plaindres...

    Signaler un abus

  • JPANTO
    06 décembre16:37

    La mode est désormais au gilet jaune. Merci Macron!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

41.595 -1.41%
3.355 -12.86%
4853.7 -0.88%
1.13075 0.00%
60.3 -2.28%

Les Risques en Bourse

Fermer