1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mexique-Pas d'accord avec les Etats-Unis sur l'asile-responsable
Reuters25/11/2018 à 02:40

    MEXICO, 25 novembre (Reuters) - Il n'y a aucun accord entre
le nouveau gouvernement mexicain et les Etats-Unis visant à
obliger les demandeurs d'asile à attendre au Mexique pendant que
leurs demandes sont examinées par la justice américaine, a
affirmé une responsable du nouveau gouvernement mexicain,
contrairement à ce que rapporte le Washington Post. 
    Le Washington Post a rapporté qu'un accord, intitulé "restez
au Mexique", a été élaboré la semaine dernière à Houston lors
d'une réunion entre Marcelo Ebrard, nouveau ministre mexicain
des Affaires étrangères, son homologue américain Mike Pompeo et
la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Kirstjen
Nielsen.
    Un tel accord mettrait un terme à la politique de "catch and
release" ("attraper et relâcher)" dénoncée par le président
américain, qui jusqu'à présent permettait à certains demandeurs
d'asile d'attendre sur le sol américain pendant l'examen de leur
demande. 
    "Les migrants à la frontière sud ne seront pas autorisés à
entrer sur le territoire américain tant que leur demande d'asile
aux Etats-Unis sera examinée. Nous n'autoriserons que les
personnes qui sont entrées légalement. En dehors de cela, nous
appliquerons notre politique de 'catch and detain'('attraper' et
'placer en détention')", a écrit samedi soir sur Twitter Donald
Trump, qui a également menacé de fermer la frontière si
nécessaire. 
    Olga Sanchez Cordero, qui fait partie de la nouvelle équipe
du président élu Andrés Manuel López Obrador qui doit prendre
ses fonctions le 1er décembre, a dit à Reuters que le Mexique ne
sera pas déclaré "pays tiers sûr".
    Si le Mexique devait assumer ce rôle de "pays tiers sûr",
les demandeurs d'asile seraient contraints de faire leur demande
pour le statut de réfugié au Mexique plutôt qu'aux Etats-Unis.
    Les militants des droits des réfugiés soutiennent depuis
longtemps que le Mexique n'offre pas les conditions nécessaires
à la sécurité des migrants qui fuient la violence dans leur pays
d'origine.
    Donald Trump, qui a placé la lutte contre l'immigration au
centre des élections de mi-mandat qui ont eu lieu au début du
mois, veut empêcher d'entrer aux Etats-Unis des milliers de
personnes venues de pays d'Amérique centrale qui voyagent
groupées en caravane. 
    Le président américain a fait appel à l'armée pour protéger
la frontière mexicaine et a signé après les "midterms" un décret
interdisant aux immigrés arrivés clandestinement aux Etats-Unis
d'y demander l'asile. Ce décret a été suspendu par la justice
américaine.   

 (Diego Ore, avec la contribution de Dave Graham et Delphine
Schrank à Mexico, Lucia Mutikani et David Brunnstrom à
Washington; Danielle Rouquié et Arthur Connan pour le service
français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue, veuillez réessayer ou si le problème persiste contacter le service client. [E10008]

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer