Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Méditerranée orientale-La Grèce prête à discuter si la Turquie continue à se désengager
Reuters15/09/2020 à 17:40

* Le retrait du navire turc, "premier pas encourageant" selon Athènes

* L'Oruç Reis pourrait rester au port plus longtemps selon un responsable turc

* Les dirigeants de l'UE pourraient discuter de sanctions contre la Turquie la semaine prochaine

par Angeliki Koutantou et Orhan Coskun

ATHÈNES/ANKARA, 15 septembre (Reuters) - La Grèce s'est déclarée prête à des pourparlers avec la Turquie sur le partage des eaux en Méditerranée orientale si Ankara continue à prendre des mesures d'apaisement, après le départ d'un navire turc de prospection sismique de la zone contestée.

Le différend de longue date entre les deux pays membres de l'Otan a éclaté le mois dernier lorsque la Turquie a envoyé un navire, l'Oruç Reis, pour inspecter un secteur revendiqué par la Grèce.

Dimanche, moins de deux semaines avant le Conseil européen des 24 et 25 septembre 2020, l'Oruç Reis est rentré au port. Si la Grèce s'est félicitée de cette décision, la Turquie a minimisé l'importance de l'initiative, expliquant que le navire devait subir une opération de maintenance.

"La Turquie a encore le temps - avant et après le sommet (européen) - de poursuivre la première étape encourageante de son désengagement de cette crise", a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis après des entretiens avec le président du Conseil de l'UE, Charles Michel, à Athènes.

"Si nous avons des preuves tangibles et que ces (preuves) se poursuivent, nous sommes prêts à entamer immédiatement - et je souligne immédiatement - des pourparlers exploratoires avec la Turquie concernant notre seul différend majeur : la délimitation des zones maritimes" en mer Égée et en Méditerranée orientale, a-t-il déclaré.

Les deux pays étaient sur le point de reprendre les discussions le mois dernier après la médiation de l'Allemagne, mais la Turquie a rompu le contact après la signature d'un accord entre la Grèce et l'Egypte qui, selon Ankara, violait ses propres revendications.

Les travaux d'entretien de l'Oruç Reis pourraient être terminés en une semaine, ce qui lui permettrait de retourner dans la zone contestée, "mais il pourrait rester à quai plus longtemps pour réduire les tensions dans la région et laisser la place à la diplomatie", a déclaré un responsable turc sous le sceau de l'anonymat.

Selon lui, la Turquie veut donner l'occasion aux ministres des Affaires étrangères de l'UE qui se réunissent lundi, avant le sommet des 24 et 25 septembre, de prendre des mesures pour atténuer la crise.

Des responsables militaires grecs et turcs se sont entretenus séparément sur la "désescalade" au siège de l'Otan mardi. Cette réunion faisait partie d'une série de rencontres visant à éviter que tout incident en mer ne dégénère en conflit ouvert, mais elle ne devait pas porter sur le fond du différend.

Bien qu'elle ait rappelé l'Oruç Reis au port, la Turquie dispose toujours d'un navire de forage et d'un navire de prospection sismique dans un secteur de Méditerranée orientale revendiqué par Chypre, qui exige des sanctions de l'UE contre Ankara.

(Version française Kate Entringer, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer