Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Market Flash du 22 juin : les impacts du coronavirus sur les marchés
information fournie par Boursorama CP22/06/2020 à 11:03

Que s'est-il passé ?

  • Malgré la peur d'une résurgence des cas dans certains États américains et à Pékin, les marchés ont tenu bon et ont réussi à afficher des gains au cours de la semaine dernière. Le S&P500 a augmenté de ~1% et le Stoxx50 de ~4%. Ce matin, les futures sont mitigés.
  • Nous pensons que les craintes d'une deuxième vague sont exagérées car il s'agit toujours d'une première vague, car la hausse des chiffres est localisée et due à des situations spécifiques, et parce que nous ne pensons pas que de nouveaux confinements généralisés soient probables. Nous continuons à surveiller les hospitalisations pour nous assurer que toute augmentation des cas est gérable pour nos systèmes de santé, mais nous ne pensons pas que cela fera dérailler la reprise naissante.
  • Les données économiques aux États-Unis ont montré des signes supplémentaires d'amélioration en mai, avec un bond record des ventes au détail – même si elles restent négatives d'une année sur l'autre – et une modeste augmentation de la production industrielle. La confiance des constructeurs de maisons s'est accrue avec la hausse des permis de construire, ce qui laisse penser que le marché du logement devrait continuer à s'améliorer. Les indicateurs de sentiment étaient également en hausse aux États-Unis en mai, et l'indice Zew allemand des prévisions de croissance a fortement augmenté. Toutefois, le nombre de demandes initiales de prestations de chômage aux États-Unis est resté aux alentours de 1,5 million et le nombre de demandes continues est toujours au-dessus de 20 millions, ce qui montre que le marché du travail pourrait être plus lent à se redresser.
  • La Réserve fédérale a annoncé qu'elle allait acheter des obligations d'entreprises individuelles et pas seulement des ETFs. Bien que cela ne change rien aux montants à court terme, cette annonce a été bien accueillie par les marchés car, avec le Main Street Lending Program, les achats de dettes d'entreprises pourraient être importants.
  • Les rendements souverains ont grimpé en début de semaine avant de se replier à nouveau pour finir la semaine près du point de départ, avec le rendement du Trésor américain à 10 ans à 0,69% ce matin et le rendement allemand à 10 ans à -0,42%. Les spreads de crédit se sont resserrés au cours de la semaine grâce au soutien de la banque centrale, avec un IG américain à 146 pb, un IG européen à 148 pb, un HY américain à 578 pb et un HY européen à 519 pb. Les spreads italiens sur l'Allemagne continuent de se resserrer, terminant la semaine à 178 pb.
  • Les prix du pétrole se sont redressés grâce à la baisse des stocks après le record de la semaine précédente, même s'ils restent en dessous des récents sommets. Le WTI a grimpé à 39 dollars le baril et le Brent à 42 dollars le baril. L'or s'est redressé en fin de semaine et tôt ce matin, atteignant 1 751 dollars, tandis que le dollar américain s'est redressé en fin de semaine.
  • Nous continuons à penser que le risque baissier est devenu plus limité, compte tenu d'un consensus toujours négatif, de niveaux de liquidités élevés et d'un rallye qui s'élargit. Néanmoins, des corrections et des périodes de consolidation sont probables et nous ne devenons trop agressifs dans nos portefeuilles pour l'instant. Nous cherchons à établir des positions pour le long terme au cours des prochains mois.

Ce qu'on regarde

  • Nous regardons les données à haute fréquence pour voir si la réouverture se traduit par une reprise de la croissance. Et nous gardons un œil sur les décès et les cas en unité de soins intensifs pour nous assurer que le virus reste contenu au fur et à mesure de la réouverture. En Europe et en Asie, jusqu'à présent cela se passe bien.
  • Nous continuons à surveiller les faillites et les défauts, bien que la Fed en particulier fasse tout ce qui est en son pouvoir - et au-delà - pour limiter les risques de contagion.
  • Nous examinerons les estimations de bénéfices à mesure qu'elles continueront d'être révisées à la baisse. Après une forte baisse des bénéfices au premier trimestre, les prévisions pour le deuxième trimestre sont encore pires et pourraient peser sur le sentiment.
  • Nous gardons un œil sur les marchés du crédit et du financement pour voir si les mesures massives des banques centrales, tant aux États-Unis qu'en Europe, contribuent à atténuer les tensions récentes. Pour l'instant, nous pensons que les banques centrales parviendront à maintenir les risques systémiques à un faible niveau afin d'éviter une crise du crédit.

Esty Dwek

Directrice de la Stratégie de Marché de Dynamic Solutions

Natixis Investment Managers

Les analyses et les opinions mentionnées ci-dessus représentent le point de vue de l'auteur. Elles sont susceptibles d'évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document promotionnel est destiné à des Clients professionnels au sens de la directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l'autorisation préalable et écrite de Natixis Investment Managers International.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.