Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marchés : « deux scénarios s'affrontent » (Aurel BGC)

Boursorama23/09/2015 à 10:30

Le courtier Aurel BGC analyse les deux scénarios vers lesquels les marchés boursiers pourraient se diriger dans les semaines et mois à venir.

Où vont les marchés ? Pour certains, la baisse des cours depuis cet été est conjoncturelle et représente une opportunité pour acheter à bon compte. Pour d’autres, plusieurs signaux confirment une dégradation ou une stagnation durable de l’économie mondiale. Aurel BGC analyse ces deux scénarios.

Aucun doute que les craintes de l’été ne sont pas encore digérées par les investisseurs. La forte baisse du mardi 22 septembre sur les marchés européens a traduit la nervosité qui agite toujours les opérateurs. Ceux-ci avaient déjà mal réagi en fin de semaine dernière après l’annonce du statu quo de la Fed sur ses taux d’intérêt, le CAC40 ayant clôturé la séance de vendredi sur une baisse de 2,5%.

On a déjà trop répété que les doutes de cet été étaient dus à une accentuation des incertitudes sur la croissance chinoise. Pourtant, les banques centrales européenne et américaine ont montré la semaine dernière qu’elles restent prêtes à agir face aux nouveaux risques de ralentissement du cycle économique.

« L’élément nouveau est la récente déclaration des banquiers centraux. Le Fed, mais aussi la BCE, perçoivent ces risques et ont adopté un discours nettement plus accommodant ces derniers mois. La BCE pourrait prolonger son programme d’achats d’obligations, et le FOMC [en charge de la politique monétaire américaine] a choisi un statu quo pour étudier les prochaines statistiques et "y voir plus clair" », rappelle le courtier Aurel BGC.

Pour autant, cette sensibilité des banques centrales face aux risques de ralentissement économique a davantage nourri les inquiétudes que la confiance des investisseurs. Aurel BGC note que ces derniers « ont recommencé à s’inquiéter de la faiblesse de la croissance économique mondiale. Dernièrement, après une nouvelle révision à la baisse, l’OCDE a confirmé que l’activité économique mondiale devrait ralentir cette année. Les marchés semblent aujourd’hui craindre une "spirale" très négative pour la croissance globale ».

Pour le courtier, « le retour de la volatilité sur les marchés traduit clairement un "conflit" entre plusieurs scénarios ».

Première possibilité : le « scénario noir »

Impossible de ne pas envisager, dans le contexte actuel, l’éventualité d’un « scénario noir », dans lequel les craintes actuelles sur la Chine et sur la croissance mondiale seraient confirmées.

Dans ce scénario, « la baisse des devises des pays émergents face au dollar induit des pressions inflationnistes dans certains pays émergents, imposant des politiques monétaires plus restrictives et pesant sur le pouvoir d’achat des ménages. Le ralentissement économique dans les pays émergents induit un ralentissement du commerce mondial. Les prix des matières premières industrielles et énergétiques pèsent sur les perspectives économiques de nombreux pays émergents et induit un mouvement de déflation dans les pays développés », entrevoit Aurel BGC.

Or, « les perspectives de croissance molle et de pressions déflationnistes ne sont pas positives pour la valorisation des bourses des pays développés », poursuit le courtier sous forme de litote.

Dans ce cadre, « les investisseurs doivent choisir les valeurs défensives et offrant un rendement important comme les secteurs des télécoms, des utilities ou de l’immobilier », explique le courtier.

Seconde possibilité : le « scénario gris »

« Un autre scénario est toutefois envisageable », dans lequel « la situation [ne serait] pas aussi grave que l’estiment aujourd’hui les marchés. Ce n’est pas un "scénario rose" mais plutôt "gris" », affirme le courtier.

En Chine, « il faut tenir compte aussi de la forte croissance dans les secteurs non-manufacturiers », même si celle-ci reste difficile à estimer avec exactitude. Relire à ce sujet : Peut-on connaître la véritable croissance de la Chine ? (Aurel BGC).

Le courtier poursuit : « un léger regain de confiance dans la croissance en Chine induirait un "cercle vertueux". Les cours des matières premières pourraient rebondir. Ce mouvement serait rassurant pour de nombreux pays producteurs de matières premières. Ce retour de la confiance dans les émergents réduirait les risques sur la croissance des pays développés et les pressions déflationnistes […]. La banque centrale américaine aura peu de motif pour ne pas remonter ses taux directeurs avant la fin d’année, car le recul de l’inflation sera réellement temporaire ». À noter que même dans ce scénario, la remontée des taux américains limiterait l’ampleur d’un éventuel rebond boursier.

Quoi qu’il en soit, dans un tel scénario, les investisseurs devraient « revenir sur les valeurs qui ont le plus souffert de la thématique chinoise comme les matières premières, le luxe ou les biens de consommation non-cycliques, ainsi que l’automobile. Par contre, les valeurs de rendement seront délaissées », explique le courtier. Les opérateurs les plus opportunistes et adeptes des prises de risques seront tentés d’agir dès maintenant, sachant que d’importantes pertes pourraient en découler.

Entre « scénario noir » et « scénario gris », l’optimisme ne semble pas débordant chez Aurel BGC. Sur la question de la Chine, les investisseurs ont été attentifs mercredi matin à la publication du PMI manufacturier chinois (à dominante industrielle), calculé sur le mois de septembre. L’indicateur est ressorti inférieur aux attentes (47,0 au lieu de 47,5 attendu), mais la faible marge d'erreur entre les prévisions et la publication n'a pas provoqué l'éventuel regain de prudence que l'on pouvait craindre.

On notera également que l’analyse d’Aurel BGC rejoint en partie le principe du « tout ou rien » sur les marchés, cher à Eric Galiègue (Cercle des analystes indépendants).

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.