1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Lourde provision en vue pour Bombardier, le Québec à l'aide

Reuters28/10/2015 à 17:02

BOMBARDIER VA INSCRIRE DANS SES COMPTES UNE LOURDE CHARGE DE DÉPRÉCIATION

WASHINGTON/MONTREAL (Reuters) - Bombardier est sur le point d'inscrire dans ses comptes une lourde charge de dépréciation au titre de son programme d'avion CSeries et d'annoncer que la province du Québec va investir dans celui-ci, a-t-on appris de plusieurs sources proches du dossier.

Le groupe canadien d'équipements de transport, dont le siège est à Montréal, va parallèlement geler son programme d'avion d'affaires Learjet 85, ont ajouté les sources.

Le développement du CSeries, un appareil de transport régional de 100 places, a subi de multiples retards et dépassements de budget depuis son lancement. Bombardier, qui étudie depuis des mois différentes options, va créer une coentreprise avec la province du Québec sur le CSeries, ont dit les sources, qui ont requis l'anonymat.

Avant la création de cette coentreprise, Bombardier va déprécier à hauteur de plusieurs milliards de dollars la valeur du CSeries dans ses comptes, ont-elles ajouté.

L'accord avec le Québec prévoirait que la province supporte à partir de maintenant la moitié des coûts de développement de l'avion, censé entrer en service l'année prochaine.

Une porte-parole de Bombardier a refusé de commenter ces informations. Une porte-parole du ministre de l'Economie du Québec n'était pas disponible dans l'immédiat pour répondre à une demande de commentaire.

Un projet d'accord entre Bombardier et Airbus Group a échoué au début du mois après des fuites dans la presse.

Dans une note à ses clients mardi, Peter Arment, analyste de Sterne Agee, estime que le coût de développement du CSeries dépasse déjà cinq milliards de dollars (4,5 milliards d'euros). Il dit s'attendre à ce qu'il faille investir deux milliards supplémentaires pour mener à bien le processus de certification de l'avion et lancer progressivement la production sur les trois ans à venir.

Un tel montant impliquerait que le Québec injecte un milliard de dollars dans le projet au minimum.

A la Bourse de Toronto, l'action Bombardier gagnait 8,28% à 1,57 dollar canadien à 15h30 GMT.

Parallèlement à l'accord avec le gouvernement québecois, Bombardier devrait officialiser le gel permanent du programme Learjet 85, dont le développement est suspendu depuis janvier, avec à la clé de nouvelles charges exceptionnelles.

Au total, les dépréciations sur le CSeries et le Learjet devraient dépasser quatre milliards de dollars, ont dit les sources.

Ces annonces devraient intervenir jeudi à l'occasion de la présentation des résultats trimestriels du groupe.

(Andrea Shalal et Allison Lampert, avec Tim Hepher à Paris, Mike Stone à New York, Euan Rocha et John Tilak à Toronto; Marc Angrand pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer