Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les stratégies des sociétés de gestion américaines pour 2019…
information fournie par H24 Finance pour Boursorama12/12/2018 à 16:15

Quatre des grandes sociétés de gestion américaines implantées en France se sont réunies afin de présenter leur stratégie pour 2019.

Quatre des grandes sociétés de gestion américaines implantées en France se sont réunies afin de présenter leur stratégie pour 2019.

Quatre des grandes sociétés de gestion américaines implantées en France se sont réunies afin de présenter leur stratégie pour 2019.

Elsa Goldberg, gérante et spécialiste produit dans l'équipe obligataire de Franklin Templeton, était entourée de Vincent Juvyns, Executive Director - Global Market Strategist chez JPMorgan AM, Charles-Henri Kerkhove, Directeur des Investissements de l'équipe multi Asset de Fidelity International, et Henri Chabadel, Responsable des investissements pour la France, la Belgique et le Luxembourg chez BlackRock.

Avec le retrait global des liquidités par les Banques Centrales l'an prochain, la principale question était de déterminer les conséquences pour les marchés et dans l'allocation d'actifs.

Des marchés obligataires sous pression

Franklin Templeton et JP Morgan AM sont les plus haussiers sur les taux du  T-Bonds 10 ans, le premier anticipant un pic en 2019 autour de 4-4,5% et le second tablant sur 3,5-4%. « Rien ne manque au tableau pour entretenir les secousses en 2019 » selon Vincent Juvyns : échéance du Brexit à la mi-décembre, budget Italien, reprises des négociations commerciales Europe-Etats-Unis ou encore les élections européennes au printemps prochain.

Elsa Goldberg apporte des arguments quantifiés à sa vision fermement haussière des taux longs. Les Etats-Unis ont besoin de financer 7% du PIB, un niveau similaire à celui rencontré en 2009-2011 avec des différences notables. A l'époque, la Fed finançait 25% des émissions du Trésor, la Chine avait un compte courant excédentaire de 9% du PIB et les pays producteurs de pétrole recyclaient les dollars du baril de pétrole qui cotait 150$. Ces acheteurs étaient insensibles au prix : ils n'avaient pas d'autres choix que d'acheter les émissions du Trésor américain. Aujourd'hui, l'excédent des comptes courants chinois est réduit à 1,5% et l'Arabie Saoudite émet de la dette pour la première fois. Les investisseurs domestiques américains sont appelés à doubler, voire tripler, les achats de T-Bonds pour combler les besoins du trésor Américain. Ces acheteurs sont très regardants sur la rémunération.

Fidelity International tempère la trajectoire haussière des taux longs considérant que les T-Bonds serviront encore de valeur refuge l'an prochain avec la volatilité qui devrait persister. BlackRock recommande de « ne pas exagérer les effets de la hausse des taux ». La croissance reste élevée et les liquidités abondantes, offrant un bon environnement pour les actions.

Des opportunités dans les émergents

Pour l'ensemble du panel, la dette émergente présente des opportunités de façon sélective, en particulier quand les devises sont très sous évaluées.

Franklin Templeton concentre ses gestions vers les pays offrant un rendement élevé, ceux qui contrôlent l'inflation et bénéficient d'excédents de la balance courante. Le Brésil et l'Argentine sont privilégiés, tandis que sont évités Pologne, Hongrie, Corée, Turquie et Malaisie.

Positionnement des portefeuilles pour un mandat équilibré 50% actions / 50% obligations


•    Fidelity : 40% actions (sous-pondéré Etats-Unis à cause des valorisations, sauf sélectivement des MLP et Partenariats Publics Privés), 30% obligations (dette émergente en devises locales, pas de haut rendement), 26% en actifs diversifiant peu corrélés (exemple infrastructures) et 4% en Or.

•    JP Morgan AM : 47,5% actions (surpondération Etats-Unis, sous-pondération Europe) ; 47,5% obligations, 5% liquidités

•    BlackRock : 55% actions (+Etats-Unis, +émergents,  =Europe), 45% obligations (Investment Grade et dettes émergentes en devises locales)

•    Franklin Templeton (vues obligataires et devises uniquement) : Long US dollar, dettes émergentes notamment en Amérique Latine ainsi que Ghana et Egypte. Short Euro et Yen.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.