Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les marchés sont entrés dans « un monde de faibles performances » (JP Morgan AM)

Boursorama04/01/2016 à 15:48

Les marchés sont entrés dans ''un monde de faibles performances'', expliquent les stratégistes de JP Morgan AM.

Pour la société de gestion JP Morgan Asset Management, les performances des actions en 2016 devraient être à l’image de celles de 2015 : faibles dans l’ensemble, avec une surperformance de l’Europe alors que les économies émergentes restent en zone trouble.

« Dans l’ensemble, les performances ont été faibles en 2015. Nous anticipons une modeste amélioration des perspectives pour 2016, tout en étant bien conscients que nous entrons désormais dans un monde de faibles performances », résument John Bilton et Diego Gilsanz, stratégistes chez JP Morgan Asset Management, dans une note de conjoncture publiée lundi 4 janvier.

Selon eux, en 2016, « la grande inconnue concernant la confiance du marché porte sur les perspectives de la croissance mondiale (…). Le problème majeur est de déterminer à quel moment le pessimisme économique pesant sur les marchés émergents va commencer à se dissiper ».

Bien que les incertitudes sur la Chine semblent encore loin d’être terminées, celles-ci ne seraient pas de nature à pénaliser en profondeur l’économie des grands pays développés, expliquent-ils avec une touche d’optimisme.

« La léthargie dont sont affectés l’activité manufacturière et le commerce mondial pourrait peser sur la croissance mondiale mais elle ne constitue pas un composant suffisamment important du PIB des États-Unis pour provoquer une sérieuse menace de récession en 2016 », affirment ainsi les deux stratégistes. Ces derniers restent par ailleurs « optimistes sur l’économie européenne en 2016 et sur le dynamisme économique du Japon à court terme ».

Toujours selon John Bilton et Diego Gilsanz, « le dollar US et le pétrole seront des déterminants cruciaux pour les marchés en 2016 ». Optimistes, les deux stratégistes s’attendent à une « détente » des craintes des opérateurs sur ces deux sujets au cours de l’année à venir.

« Le dollar U.S. s’est apprécié la plus grande partie de l’année [dernière] et s’est affirmé comme un handicap pour les actions américaines. Nous estimons qu’il est désormais pleinement valorisé et ne devrait pas progresser de nouveau significativement en 2016 », affirment-ils.

L’autre grand sujet pour 2016 sera l’évolution des politiques monétaires européennes et américaines, et leur impact sur les marchés. Depuis décembre, les deux continents s’orientent vers des politiques monétaires opposées, la Fed ayant commencé à remonter ses taux (politique restrictive) alors que la BCE a annoncé le mois dernier une prolongation jusqu’à fin 2016 de ses rachats d’actifs sur les marchés (politique accommodante).

Pour les deux stratégistes, il sera « important d’observer la divergence de politique monétaire au niveau mondial atteindre son point culminant au premier trimestre 2016 » alors que « nous devrions savoir d’ici mars prochain si la FED poursuit ou non sa stratégie de quatre hausses de taux planifiées pour 2016 ».

En somme, expliquent John Bilton et Diego Gilsanz, « Nous démarrons 2016 de façon très similaire à la manière dont nous avons terminé 2015, en étant prudemment positifs sur le risque avec une légère surpondération sur les actions et les obligations, une prédilection pour les marchés développés par rapport aux émergents, [et] une surpondération sur le crédit diversifié dans le high yield américain (U.S.) et européen », alors que le crédit aux établissements de « meilleure qualité » ne rapporte plus rien, les taux de rendement étant parfois même négatifs.

Pour la suite de l’année, les deux stratégistes insistent : « nos décisions actives d’allocation d’actifs seront pour une large part fonction de l’évolution du dollar US ».

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

27.35 -0.36%
57.5 +0.70%
17.5 +0.57%
44.6 -3.13%
11.04 -1.08%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.