Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les investisseurs sont ''myopes'' face à certains risques (Cercle des analystes indépendants)

Boursorama17/07/2015 à 10:06

L'économiste Véronique Riches-Flores considère que certains risques importants sont mal perçus par les investisseurs.

Comme dans ses précédentes chroniques, Véronique Riches-Flores persiste dans l’idée que les marchés seraient actuellement survalorisés. L’économiste explique que certains risques ne sont pas encore correctement pris en compte par les investisseurs.

Il existe une caractéristique commune à toutes les bulles, qui se manifeste par l’incapacité à prendre la distance nécessaire pour apprécier un prix. Les actifs dont la valeur faciale escompte un rendement futur, fonction de projections sur un avenir que nul ne peut prétendre prévoir mieux que son voisin, sont assez facilement sujets à cette myopie, surtout lorsque revient le temps des « nouveaux paradigmes ».

Rappelons-nous, les nouvelles technologies de communication qui forcément préfiguraient une croissance inédite et durable des gains de productivité, ou encore, les subprimes dont l’importance n’était pas un sujet puisque, titrisées, ces créances étaient suffisamment disséminées  pour en répartir le risque…, sans parler de l’immobilier dont on nous justifiait la valorisation par le surcroît d’une demande structurellement dopée par une immigration massive en Espagne ou aux États-Unis…

L’époque actuelle est pleine de ces nouveaux paradigmes censés justifier les valorisations actuelles et davantage, étant entendu que nous serions au début d’un cycle de hausse censé durer plusieurs années encore. Revenons sur les principaux d’entre eux.

1. Les liquidités. Argument préféré depuis que la BCE a emboité le pas à la Fed et la BoJ en faveur d’une politique d’achats d’actifs, il est assez largement imparable : si argent il y a, il ira forcément se placer sur les seuls actifs qui aujourd’hui peuvent offrir du rendement, à savoir les actions.

2. Les réformes. Alors que nous n’avons jusqu’à présent rien vu des effets des Abenomics sur la croissance japonaise,  tout serait à venir, grâce en particulier aux réformes de l’agriculture et à une plus forte participation des femmes à la vie active ! Le Japon serait donc sur la bonne voie en dépit de ce que pourraient laisser penser les données économiques déplorables de ces derniers mois.

3. La transition financière. Priorité du Président Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir, la libéralisation financière de la Chine expliquerait l’arrivée massive de nouveaux acheteurs sur ce marché sur fond, qui plus est, d’assouplissement monétaire durable encore à venir.

4. Le bas niveau des taux d’intérêt américain, facteur de soutien au marché ou, à l’inverse, la remontée programmée des taux de la Fed, preuve s’il en est que l’économie américaine est sortie de l’ornière...

L'évolution de la Bourse chinoise ressemble à celle du Nasdaq il y a 15 ans, et de Shanghai il y 8 ans.

Que répondre à ces arguments, sinon :

- qu’il y a une absence flagrante de facteurs économiques susceptibles de justifier la performance des marchés dans un environnement où les perspectives mondiales n’ont de cesse d’être révisées à la baisse depuis plus de deux ans ;

- que les flux ne font pas une tendance, et que si tendance il y a malgré tout, elle correspondra vraisemblablement à un excès de valorisation compte-tenu de prix d’ores et déjà élevés au vu d’une situation économique incapable de se passer de pratiques extrêmes des banques centrales que représente le QE [« quantitative easing », plan de relance monétaire] ;

- que si nouveau paradigme il y a, c’est dans la démondialisation aujourd’hui à l’œuvre, sinon sur le plan financier du moins sur le front des échanges commerciaux,  laquelle finira tôt ou tard par trouver son écho dans la sphère financière ;

- que nul ne peut dire comment se terminera la partie qui se joue ces dernières années au cours de laquelle les bilans des banques centrales ont littéralement explosé en même temps que les dettes publiques et privées mondiales…

Il y a ainsi suffisamment de contre arguments pour imaginer qu’une petite étincelle puisse mettre le feu aux poudres d’un jour à l’autre.

Véronique Riches-Flores, économiste, présidente de RichesFlores Research et membre du Cercle des Analystes Indépendants.

Retrouvez les précédentes chroniques de Véroniques Riches-Flores sur Boursorama :

- Vers un nouveau krach aux Etats-Unis ? (11 juin 2015)

- L'embellie, jusqu'où ? (3 avril)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.