1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les investisseurs ont privilégié l' obligataire et le monétaire en 2019
Newsmanagers09/01/2020 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Malgré la très bonne tenue des marchés boursiers en 2019, les investisseurs ont évité les fonds actions et privilégié les fonds obligataires, qui ont enregistré l' an dernier une collecte exceptionnelle, et les fonds monétaires, qui ont battu leur record de 2009.

Au terme de 52 semaines consécutives de flux nets positifs, les fonds obligataires ont engrangé l' an dernier des entrées nettes record de près de 648 milliards de dollars, après des sorties nettes de quelque 94 milliards de dollars en 2018, selon des statistiques communiquées par EPFR Global, le spécialiste de l' évolution des flux dans le monde. Les fonds spécialisés sur les obligations américaines se sont taillés la part du lion avec une collecte de plus de 445 milliards de dollars contre un peu moins de 50 milliards de dollars l' année précédente alors que les fonds d' obligations européennes attiraient 55,8 milliards de dollars après avoir subi des sorties nettes de plus de 41 milliards de dollars en 2018.

Parmi les différentes catégories de stratégies obligataires, les fonds de high yield, qui avaient affiché en 2018 des sorties nettes de 103,6 milliards de dollars, ont attiré l' an dernier 37,7 milliards de dollars. Sur ce total, les fonds d' obligations high yield américaines se sont adjugés près de 25 milliards de dollars après des sorties nettes de plus de 64 milliards de dollars en 2018.

Les investisseurs ont également mis de côté leurs réserves vis-à-vis de la dette en catégorie d' investissement (" IG " ), considérée pour certaines comme moins sûre en raison notamment de garanties moins solides pour l' investisseur et d' une bonne partie du stock notée seulement un cran au-dessus de la catégorie " junk " . Les fonds d' obligations " IG " ont ainsi engrangé près de 78 milliards de dollars après avoir affiché des rachats à hauteur de 51,4 milliards de dollars l' année précédente. Une bonne partie de ces flux a été investie dans des fonds de dette corporate européens, relève EPFR Global.

Les fonds de dette émergente dotés de mandats en devises dures ont été beaucoup plus recherchés que leurs contreparties en devises locales. Mais certains investisseurs en quête de rendement ont jeté leur dévolu sur des fonds obligataires spécialisés sur les marchés émergents et les fonds d' obligations émergentes high yield ont engrangé plus de 4 milliards de dollars. On observe par ailleurs des flux record dans les fonds d' obligations chinoises, l' inclusion de la dette chinoise dans les grands indices ayant plus que compensé la hausse du taux de défaut de la classe d' actifs.

Retour de la collecte sur les fonds actions en Europe au dernier trimestre

Mais au-delà de la recherche de rendement, c' est malgré tout la préservation du capital qui a poussé les investisseurs à donner la priorité à l' obligataire, la pression démographique faisant que de plus en plus de particuliers partent à la retraite et optent pour des placements potentiellement moins risqués. Les principaux indices américains progressaient respectivement dans une fourchette de 22% à 35% et l' Euro Stoxx 50 terminait l' année sur un gain de 26%, ce qui a semble-t-il incité les investisseurs à prendre leurs bénéfices et à investir dans des titres à revenu fixe. Les fonds actions ont ainsi enregistré des sorties nettes de 236,2 milliards de dollars après une décollecte de 84,6 milliards de dollars l' année précédente. Sur ce total, les rachats ont atteint 117,84 milliards de dollars aux Etats-Unis et 108 milliards de dollars en Europe occidentale (Royaume-Uni y compris). Mais au quatrième trimestre 2019, les flux ont emprunté des voies divergentes. Aux Etats-Unis, les fonds actions ont encore affiché des sorties nettes de 30,4 milliards de dollars alors qu' en Europe, ils terminent en territoire positif, -de seulement 146 millions de dollars, il est vrai-, grâce probablement à des entrées nettes de 5,3 milliards de dollars dans les fonds spécialisés sur les actions britanniques.

Du côté des marchés émergents, les fonds actions bouclent l' année sur des entrées nettes de seulement 4,6 milliards de dollars alors qu' ils avaient engrangé près de 69 milliards de dollars en 2018. Après un bon début d' année 2018, les fonds d' actions émergentes ont perdu la faveur des investisseurs en raison notamment des tensions commerciales sino-américaines, de la crise argentine ou encore de la situation à Hong Kong. Mais les fonds d' actions émergentes ont toutefois retrouvé de l' allant au quatrième trimestre et enregistré près de 20 milliards de dollars de souscriptions nettes.

En Asie, l' engouement des investisseurs pour les fonds d' actions japonaises s' est émoussé au fil des mois en raison de multiples facteurs dont la hausse de la TVA en octobre, l' impact sur les exportations japonaises du conflit commercial entre Etats-Unis et Chine, ou encore les préoccupations liées à l' omniprésence de la Banque du Japon sur le marché local. Résultat, les fonds d' actions japonaises ont attiré seulement 746 millions de dollars sur l' ensemble de l' année contre 65,4 milliards de dollars en 2018. Les fonds d' actions asiatiques hors Japon ne sont pas non plus à la fête, avec des sorties nettes de 5 milliards de dollars après des entrées nettes de plus de 55 milliards de dollars en 2018. Mais ils ont attiré près de 10 milliards de dollars au cours du seul quatrième trimestre alors que les fonds d' actions asiatiques affichent encore des dégagements de 1 milliard de dollars sur la même période.

L'investissement durable séduit

On observe enfin la montée en puissance spectaculaire de la finance durable durant l' année écoulée. Les investisseurs institutionnels ont une oreille de plus en plus attentive à l' investissement responsable alors que la génération des " millenials " ne cache pas sa préférence pour l' investissement utile. Les fonds actions intégrant des facteurs ESG ou affichant une stratégie responsable ont ainsi attiré près de 70 milliards de dollars sur l' ensemble de l' année après 21,2 milliards l' année précédente. Au cours du seul quatrième trimestre, la collecte s' est élevée à 27 milliards de dollars, soit davantage que le montant enregistré sur l' ensemble de 2018 !

Parallèlement à la préférence donnée à l' obligataire, les investisseurs ont également manifesté leur peu d' enthousiasme pour les actifs risqués en parquant des milliards de dollars dans des fonds monétaires. Ces havres de non-rendement ont accueilli 604,1 milliards de dollars en 2019 contre moins de 150 milliards en 2018. Sur ce total, les fonds monétaires américains ont engrangé 602,7 milliards de dollars alors que les fonds européens affichaient des sorties nettes de près de 32 milliards de dollars.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

8.57 -4.35%
5635.43 -0.78%
7.78 -7.82%
1.63 +1.24%
17.765 +0.45%

Les Risques en Bourse

Fermer