Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les actifs risqués ont encore du potentiel
information fournie par Newsmanagers13/06/2018 à 10:15

(NEWSManagers.com) -

Peut-on continuer de miser sur les actifs risqués comme au tournant de l'année 2018 ? Les turbulences sur les marchés provoquées par la crise italienne et les tensions géopolitiques ne semblent pas avoir fondamentalement changé la donne. Selon Gaëlle Mallejac, responsable des investissements chez Groupama Asset Management, " l'environnement économique reste bien orienté. Nous avons une croissance solide, synchrone, et dans de nombreux secteurs. Nous sommes entrés dans une période de normalisation de l'inflation liée à l'amélioration du cycle" .

Gaëlle Mallejac souligne auprès de NewsManagers que les fondamentaux sont solides, sur le crédit par exemple concernant les entreprises européennes. " Le terrain reste donc favorable d'un point de vue fondamental pour les classes d'actifs risqués, l'évolution des primes de risque sera très dépendante des aléas politiques en zone euro dans les prochains mois " , estime-t-elle.

Concernant l'évolution des taux, " la hausse des taux devrait rester contenue. Je ne crois pas à un krach obligataire en provenance des États-Unis. Les liquidités apportées par les Banques Centrales restent abondantes, l'inflation va rester limitée" .

En revanche, la volatilité, qui avait disparu des radars l'an dernier, est bien de retour alimentée par la hausse du risque politique italien notamment. " Ce que nous prenons en compte, c'est une augmentation de la volatilité que l'on avait anticipée et que nous intégrons dans nos stratégies. Donc, avec la baisse de la liquidité et la hausse de la volatilité, nous baissons notre exposition globale sur les obligations crédit et utilisons les instruments dérivés pour ajuster notre positionnement en fonction du degré d'incertitude sur les marchés. Nous restons exposés, mais dans une moindre mesure, sur les actions et nous sous-pondérons les produits de taux. Plus précisément, " nous sommes neutres sur les taux américains et sous-exposées sur les taux européens" , indique la responsable.

Pour ce qui concerne plus spécifiquement les actions, " l'environnement reste favorable. Les croissances bénéficiaires sont de 20% aux Etats-Unis et de 10% en Europe. Les multiples ont plutôt tendance à se contracter. La phase d'expansion des multiples est derrière nous" , estime Pierre-Alexis Dumont, responsable de la gestion actions et convertibles chez Groupama Asset Management. Sur la remontée des prix pétroliers, Pierre-Alexis Dumont rappelle que Groupama AM ne fait pas de prévisions spécifiques. Toutefois, " une exposition aux valeurs pétrolières a désormais de l'intérêt. Tout d'abord, elle vous protège du risque géopolitique que l'on ne peut pas prévoir. Secundo, quand l'inflation monte, le pétrole monte. Donc, une telle exposition offre une certaine protection si on a un choc inflationniste un peu plus fort que prévu" , explique le responsable.

Par rapport aux thématiques retenues en début d'année, cycliques, fusions et acquisitions, marchés émergents, inflation, Groupama AM a procédé à quelques aménagements. " Nous étions très fortement pondérés sur les cycliques. Nous avons rééquilibré les portefeuilles et diminué notre positionnement. Nous sommes confiants sur les fusions/acquisitions. Là très clairement, le phénomène de remontée des taux et l'impasse dans certains secteurs favorisent le redémarrage des opérations en Europe" .

Cela dit, la sélection de titres est plus que jamais décisive, avec une extrême attention donnée à la pérennité des titres retenus pour éviter les " value traps" et l'identification des catalyseurs. Le marché a besoin de certitudes.

En termes géographiques, Groupama AM favorisait les Etats-Unis depuis plusieurs trimestres. " Mais là aussi, nous avons rééquilibré les expositions Europe et Etats-Unis, au profit de l'Europe. La réforme fiscale américaine a été intégrée dans les cours. La baisse de l'euro fera contrepoids aux tensions politiques en zone euro, soutenant de ce fait la progression des résultats" , explique Pierre-Alexis Dumont.

Certaines stratégies lancées récemment fonctionnent plutôt bien comme le fonds de performance absolue qui permet de faire de la performance sur les anticipations d'inflation. Ou encore le fonds total return sur le high yield européen, un fonds directionnel qui peut résister aux différentes phases de marché. Et les expertises développées par Groupama AM continuent de tirer leur épingle du jeu, comme la stratégie small & mid caps avec un " hard close" récent à 1,5 milliard d'euros sur la partie euro afin de préserver la performance.

Quoi qu'il en soit, " il faut toujours faire de la performance, offrir de la diversification et une certaine personnalisation pour les investisseurs institutionnels qui ont des besoins spécifiques" , conclut Gaëlle Malléjac.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.