1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le secteur du tourisme en Espagne
Le Cercle des analystes indépendants03/08/2017 à 10:42

Crédit : abdallahh (flickr)

Selon la banque mondiale, l'industrie du tourisme et des voyages, considérée au sens direct et indirect avec son écosystème (transports diffus, organisation de congrès, activités induites en restauration et autres commerces de détail...) représentait en 2016 une contribution de 6 465 MdUSD, soit 8,6% du PNB mondial, généralement intensive en emplois. Cette proportion est stable depuis 1995 malgré l'envolée (un quasi triplement) du nombre de passagers transportés par avion dans le monde, stimulée par la généralisation du "low cost".

Selon les statistiques du World Travel and Tourism Council reprises par la Banque Mondiale, la contribution du tourisme et des voyages (T&T) au PNB mondial est, comme souvent, très concentrée, les 20 premiers pays au monde représentant 80% du global en 2016:

Tourism & Travel mondial : concentration par pays et poids dans les PNB

Country

% in global T&T

% of T&T in local GDP

United States

24%

8%

China

14%

8%

Japan

5%

8%

UK

5%

11%

Germany

5%

9%

France

3%

9%

Spain

3%

16%

Italy

3%

10%

Mexico

3%

15%

India

2%

6%

Australia

2%

11%

Brazil

2%

9%

Canada

1%

6%

Turkey

1%

13%

Indonesia

1%

10%

Thailand

1%

21%

Korea

1%

5%

Hong Kong

1%

20%

Russia

1%

7%

Austria

1%

17%

           Source : Banque Mondiale, World Travel and Tourism Council, compilation EQUITY GPS

Selon l'Organisation Mondiale du Tourisme, agence des Nation Unies basée à Madrid (ce qui n'est probablement pas un hasard), les arrivées de touristes internationaux dans le monde pour la période allant de janvier à avril 2017 ont augmenté de 6%, dépassant les prévisions initiales. Et les perspectives pour le quadrimestre mai-août - la haute saison touristique - se montent au niveau le plus élevé depuis 2005.

L'Europe Méditerranéenne (Espagne, Italie, Portugal, Grèce, Croatie, ...) s'est montrée la région la plus dynamique sur janvier-avril avec une croissance de +9%, probablement favorisée par la reprise économique en zone euro et les tensions géopolitiques affectant certaines gros concurrents. En particulier, il paraît clair que la Turquie, poids lourd historique qui représentait en 2015 la 6ème destination mondiale en nombre de touristes derrière la France, les Etats Unis, la Chine et l'Italie fait actuellement face à un effondrement de 30% des arrivées sur le début de l'année, ce dont l'Europe du sud ne peut que profiter.

Pour leur part, les destinations d'Amérique du Nord et Caraïbes ont progressé faiblement (de 3% et 2% respectivement), possiblement pénalisées par un dollar fort et par la dégradation de l'image des Etats-Unis, telle que capturée par leur glissement dans le palmarès mondial du "soft power".

Le dynamisme de l'activité touristique internationale reflète les grandes tendances macro économiques et sociétales du moment. Dans ce domaine aussi, la Chine est devenue un écrasant n°1 en termes de dépenses de tourisme à l'étranger (261 MdUSD en 2016), soit le double des USA (n° 2 avec 122 Mds), suivie par l'Allemagne (81), le Royaume Uni (64) et la France (41) :

La Chine de loin le premier consommateur de tourisme international

Le secteur du tourisme en Espagne

Dans ces conditions, il n'est pas étonnant d'observer depuis plusieurs années la montée d'intérêts chinois dans le capital de beaucoup de sociétés du secteur, dont NH Hoteles (cf ci-après).

Le nombre d'arrivées de touristes en Espagne a augmenté de 12% par rapport à l'année précédente pour s'établir à 7,9 millions en mai 2017. Les touristes proviennent par ordre décroissant du Royaume-Uni (+14%), d'Allemagne (-0,1%), de France (+ 0,2%), des Pays-Bas (+10%), d'Italie (+13%), des États-Unis (+43%, effet du dollar fort sans doute) et de Belgique (+13%). La Catalogne était la destination principale (24% des arrivées totales), suivie des îles Baléares (22%) et de l'Andalousie (15%).

Sur le long terme, le graphique ci-après fait apparaître la tendance structurelle à la hausse, les effets de la crise de 2008 à 2012, et le fort rebond sur les plus bas de 2010 :

Arrivées mensuelles de touristes en Espagne depuis 20 ans

Le secteur du tourisme en Espagne

Le World Economic Forum publie chaque année une analyse détaillée de la compétitivité des différents acteurs de l'industrie du tourisme et des voyages dans le monde. Pour la troisième année consécutive, l'Espagne est le n°1.

Classement des destinations  les plus compétitives en matière de tourisme

Le secteur du tourisme en Espagne

Les raisons de cette compétitivité ibérique sont nombreuses : climat ensoleillé, long littoral, proximité géographique avec la prospère Europe du Nord, histoire riche, culture et patrimoine préservés, infrastructures modernes, population chaleureuse et tolérante, niveau de sécurité élevé, représentent autant d'atouts naturels servis par des politiques gouvernementales au long cours et des campagnes marketings efficaces.

En conclusion, l'Espagne dispose d'une offre structurellement très attractive de voyage et de tourisme disposant d'avantages compétitifs structurel, nombreux, aux meilleurs standards internationaux et mis en valeur de façon professionnelle pour maximiser ses parts de marchés au détriment de concurrents moins bien dotés par la nature, plus négligents ou moins en recherche d'efficacité.

En termes conjoncturels, le rebond de la croissance et la baisse du chômage en Europe, les difficultés, nouvelles ou durables, d'ordre géopolitique subies par certaines destinations concurrentes (dont l'historiquement importante Turquie), et les prix espagnols inférieurs de 20% à 30% à ceux de la France, sont autant de facteurs qui pourraient sous-tendre une poursuite du rebond du secteur du Tourisme et Voyages dans ce pays.

 

FOCUS VALEURS : NH HOTEL (8,6/10) + MELIA HOTELS (8,7/10)

NH Hotel Group (8,6/10), basé à Madrid, opère 370 hôtels de tourisme d'affaire situés dans les centres villes d'Espagne (25% du CA) et d'Europe (65% du CA). Ses principaux actionnaires incluent à hauteur de 29,5% le conglomérat chinois privé Hainan Traffic Administration (410.000 salariés, transport aérien - tourisme - immobilier) et pour 14% le hedge fund anglo-maltais Oceanwood Capital Management focalisé sur les "situations spéciales présentant des catalyseurs potentiels".

Pour sa part, Melia Hotels International (8,7), contrôlée à 52% par son fondateur et pdg Gabriel Escarrer-Julia, déploie, de son bastion des îles Baléares, haut lieu du tourisme européen et mondial, son activité de tourisme en Espagne (48% du CA) et aux USA (34%).

Trait caractéristique des entreprises familiales, Melia présente un profil de gestion plus conservateur, moins endetté  et moins risqué que NH

Sur le long terme, les deux entreprises ont su se développer dans des phases macro-économiques en montagne russe. A la rapide expansion commencée en 1975, lors du retour de l'Espagne dans le concert des grandes démocraties, puis accélérée en 1986 par l'intégration dans l'UE et en 1999 dans la zone euro, ont succédé la terrible récession de 2009-2012. Comme souvent, les retournements de situations que provoquent la conjonction des retours à meilleure fortune et des gestions plus disciplinées mettent du temps à se traduire dans les chiffres et encore plus à être appréciés par les marchés, ce qui peut représenter des opportunités pour les investisseurs :

NH et Melia dans le bon cadran de la Carte des Actions

Le secteur du tourisme en Espagne


Dans le passé, un sous-score de valorisation supérieur à 5/10 a été suivi d'une performance moyenne hors dividende à 12 mois de + 33% pour Melia et de +14% pour NH :

Les volatilités à un an des titres sont modérée (24% pour Melia), ou faible (19% pour NH, cette mesure étant sans doute tirée vers le bas par les importants flux d'achats récents mentionnés ci-dessus), ce qui traduit l'amélioration de la rentabilité et de la structure financière de ces sociétés (Dette/EBITDA de 1,55x pour Melia après un pic à 5x en 2012, et 4,2x pour NH après un pic de ... 56x en 2012).

Un investisseur mondial sera naturellement porté à s'intéresser aux intersections pays/secteurs les plus porteuses d'avantages compétitifs dans la concurrence mondiale.

Ainsi, il aura tendance explorer les entreprises de nouvelles technologies en commençant par les Etats Unis, à privilégier la France ou l'Italie pour le luxe, ou encore l'Asie du nord-est et l'Allemagne pour l'automobile.

Pour ce qui concerne le secteur du tourisme ou du voyage, considérer des valeurs ayant des racines espagnoles nous paraîtrait également particulièrement justifié à l'heure actuelle.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer