Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le plus puissant gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock a perdu 90 milliards de dollars en misant sur les énergies fossiles
Novethic02/08/2019 à 13:45

Le plus puissant gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock a perdu 90 milliards de dollars en misant sur les énergies fossiles

Le plus puissant gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock a perdu 90 milliards de dollars en misant sur les énergies fossiles

Trop investi dans des entreprises liées aux énergies fossiles, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, l'américain BlackRock a perdu ou à loupé des opportunités évaluées à 90 milliards de dollars ces dix dernières années, selon un institut spécialisé. Aujourd'hui, seulement 0,8 % du portefeuille de 6 500 milliards de dollars est investi dans des fonds à orientation environnementale ou sociale.

Ces dernières années, les investisseurs appellent de plus en plus les entreprises dont ils sont actionnaires à se désengager des énergies fossiles de crainte que le risque climatique ne pénalise ces actifs. L'étude de l'IEEFA (Institute for Energy Economics and Financial Analysis) a chiffré ce risque en prenant pour exemple le mastodonte BlackRock.

L'entreprise, qui gère 6 500 milliards de dollars d'actifs (l'équivalent de trois fois le PIB français), a perdu ou a subi un manque à gagner de 90 milliards d'euros depuis 10 ans. Selon le rapport de l'IEEFA, BlackRock "continue d'ignorer les graves risques financiers liés à l'investissement dans des sociétés dépendantes des combustibles fossiles" et est "toujours en retard sur le leadership en matière d'investissement durable".

L'IEEFA attribue ce manque à gagner de l'investisseur américain à cinq raisons. Premièrement, 75 % des pertes sont attribuables à l'investissement dans quatre entreprises qui ont sous-performé par rapport au marché : Exxon, Chevron, Shell et BP. Deuxièmement BlackRock a un faible contrôle sur près de 4 300 milliards de dollars d'actifs placés sur des fonds indiciels, c'est-à-dire une gestion passive basée sur l'évolution d'un indice boursier, très souvent lié au pétrole.

10 % des résolutions climat soutenues

Troisièmement l'IEEFA dénonce un conflit d'intérêts de BlackRock car six des 18 membres de son conseil de direction sont liés à des entreprises des énergies fossiles, comme Halliburton, GE ou BP. Quatrièmement, "seulement 0,8 % du portefeuille total de Blackrock est investi dans des fonds à orientation environnementale, sociale et de gouvernance (ESG)", expliquent les auteurs. Ce qui à l'échelle de BlackRock représente quand même 52 milliards de dollars.

Enfin, cinquièmement, selon des données de l'ONG Ceres, BlackRock en 2018 n'a soutenu que 10 % des résolutions liées au climat soumises au vote en Assemblées générales, sachant que le gestionnaire d'actifs est par exemple présent au capital de 40 % des entreprises américaines et chez 18 des 40 valeurs du CAC40.

BlackRock doit changer la finance

"BlackRock, le plus grand gestionnaire au monde, a une énorme influence et assume une énorme responsabilité vis-à-vis de la communauté au sens large. Il a le pouvoir de prendre les devants au niveau mondial pour lutter contre les risques climatiques, mais, à ce jour, il reste à la traîne", regrette Tim Buckley, coauteur de l'étude.

"Si le plus grand investisseur au monde indique clairement que les règles ont changé, alors d'autres investisseurs d'importance mondiale comme Fidelity, Vanguard et le fonds souverain japonais vont rapidement reproduire et renforcer ces mouvements, réduisant ainsi les risques liés aux actifs bloqués pour tous", ajoute-t-il.

Pourtant BlackRock semblait en effet avoir pris le pli d'une finance guidée par le bien du plus grand nombre. En janvier 2008, Larry Fink avait adressé une lettre à tous les patrons des entreprises dont la société est actionnaire. "Toute entreprise doit non seulement produire des résultats financiers, mais également montrer comment elle apporte une contribution positive à la société. Les entreprises doivent bénéficier à l'ensemble de leurs parties prenantes, dont les actionnaires, les salariés, les clients et les communautés dans lesquelles elles opèrent", écrivait-il alors.

Ludovic Dupin @LudovicDupin

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rose1944
    03 août09:30

    je ne vais pas verser une larme ( capitalisation des profits socialisation des pertes )

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer