1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Le Grexit plus cher que le Greste ? » par Jean-Paul Betbeze (Cercle des économistes)

Boursorama20/07/2015 à 10:04

''Payer pour que la Grèce reste (...) c'est sans doute moins cher que payer pour qu'elle sorte'', explique Jean-Paul Betbèze.

La semaine s’annonce chargée en Grèce avec deux tests majeurs : la réouverture des banques et la hausse de la TVA de 10 points. Si la sortie d’Athènes de la zone euro est écartée à court terme, l’ombre d’un Grexit continue de planer. Jean-Paul Betbeze analyse les deux options possibles.

La fuite – organisée – de l’idée de M. Shäuble, le ministre des Finances allemand, d’une sortie de la Grèce pendant cinq ans de la zone euro a surpris tout le monde, le Premier ministre grec Tsipras en tête. On a pu penser à un coup de bluff, même si le Ministre allemand paraissait très sérieux. On a pu lire aussi qu’il s’agissait de sa part d’une erreur analytique majeure. Elle affaiblirait irrémédiablement la zone, sans qu’on puisse exactement comprendre comment la Grèce reviendrait guillerette après cinq ans, ayant dévalué de 50 %, et sans bouleverser l’échiquier de la zone euro.

En monnaie unique en effet, comme la dévaluation monétaire est impossible puisque les monnaies nationales ont disparu, seules restent deux dévaluations. La dévaluation fiscale, d’abord, en haussant les impôts, notamment la TVA ou l’IRPP, ce qui est évidemment pénible. La dévaluation salariale, ensuite, en baissant salaires et retraites, ce qui est plus pénible encore. C’est alors une grave récession dont on sort économiquement par le commerce extérieur, comme l’Espagne, mais avec un risque politique élevé, comme l’Espagne, l’Italie, et bien sûr la Grèce le montrent.

Combien coûterait alors le Grexit ? Immédiatement, c’est faire une croix sur une bonne part de la dette grecque, 330 milliards d’euros, disons 150 au moins. C’est aussi mettre en péril les 80 milliards de soutien de la BCE aux  banques grecques qui seraient alors en faillite, ayant des dettes en euros – notamment par rapport à la BCE et des créances sur des entreprises grecques déjà fragilisées, avant de pouvoir bénéficier de la dévaluation. Disons 60 milliards. Ce sont les pertes des entreprises qui commercent avec la Grèce, en Allemagne, France, Italie… Elles ne pourraient se faire rembourser. Disons 60 milliards (le déficit sur Target est 100 milliards).

Alors : 300 milliards d’euros ? Au moins. Plus les risques géopolitiques de la région, et la nécessité de soutenir quand même la Grèce pour qu’elle ne soit pas la proie de violences et d’immigrations accélérées. Plus renforcer les frontières de la zone. Plus le coût porté à la monnaie unique et à sa crédibilité... C’est là la grande question. Pour les uns, faire partir la Grèce c’est bien. Cela montre la force de la zone et sa volonté de faire vraiment respecter ses règles. Donc, par exemple, celle de ne plus accorder d’années supplémentaires à la France pour se mettre en règle avec son déficit budgétaire ? Alors les taux longs baissent et les bourses aiment, quitte à ce que la croissance fléchisse un temps. Mais combien de temps ?

Pour les autres, faire partir la Grèce, c’est ouvrir la boîte de Pandore. Qui sera le suivant ? L’Espagne, avec Podemos, peut s’énerver, comme l’Italie avec Cinque Stelle en attendant la France, avec ses deux extrêmes. On peut alors penser que l’euro baisse beaucoup, que les taux longs allemands baissent eux aussi, mais surtout que les taux longs espagnols, italiens et français repartent à la hausse. La BCE, dans ce contexte, ne peut plus rien faire. La croissance baisse, le chômage remonte, les déficits se creusent. L’Allemagne bénéficie de la situation pour ses ventes hors zone euro, mais le reste souffre – moins l’Espagne. Les dévaluations salariales reprennent de plus belle, plus les coupes budgétaires…

Ceci ne coûte-t-il pas bien plus de 300 milliards d’euros, sachant que les marchés ne vont pas nécessairement aimer cette rigueur soudaine après des années de complaisance, sachant aussi que la zone euro est au cœur d’une des zones les plus fragiles du monde.

Payer pour que la Grèce reste, c’est payer pour la zone euro, donc pour nous. C’est sans doute moins cher que payer pour qu’elle sorte. Le bluff allemand est donc, outre le fait de forcer la Grèce à changer vraiment (on verra), le résultat d’un assez bon calcul… allemand. En tout cas, les marchés financiers ont aimé.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président-fondateur de Betbeze Conseil SAS (www.betbezeconseil.com) et Economic Advisor de Deloitte.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

55 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • metastok
    21 juillet10:39

    L'art de préférer la gangrène à l'amputation...

    Signaler un abus

  • M5062559
    21 juillet10:09

    Zemmour, dinero et d'autres. vous raisonnez avec du bon sens; En gestion d'entreprises on sait qu'il faut couper la filiale malade avant qu'elle n'emporte tout le groupe. c'est malheureux mais les économistes en France n'arrivent pas à prendre du recul sur l'idéologie dominante étatique, conservatrice et anti libérale inculquée à l'université. Il raisonne comme si les choses étaient immuables et non dynamiques.

    Signaler un abus

  • M5062559
    21 juillet10:03

    Pour Manu331 et M865... Débat sur les retraites. J'ai retrouvé un article intéressant sur les retraites Grecques et leur historique. A lire. Ce n’est pas tant l'âge légal qui est important ce sont toutes les dérogations et le taux de remplacement à taux plein et partiel.http://www.lesechos.fr/economie-france/social/021105929559-le-systeme-de-retraites-point-dachoppement-des-negociations-1124751.php

    Signaler un abus

  • M5062559
    21 juillet10:01

    Pour Manu331 et M865... Débat sur les retraites. J'ai retrouvé un article intéressant sur les retraites Grècques et leur historique. A lire. c' est pas tant l'âge légal qui est important ce sont toutes les dérogations et le taux de remplacement. http://www.lesechos.fr/economie-france/social/021105929559-le-systeme-de-retraites-point-dachoppement-des-negociations-1124751.php

    Signaler un abus

  • pierry5
    20 juillet22:18

    Toutes les dévaluations que l'on a connu avant l'Euro continuent inexorablement leur chemin, on peut tourner le problème comme on veut. De quelle manière, par l'augmentation importante des dettes , la baisse des salaires, l'absence d'inflation, l'augmentation du chômage etc.etc. Quelques pays semblent sortir de cette spirale mais pour combien de temps et à quel prix.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.