Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le futur du marché des fonds chinois commence à se dessiner
information fournie par Newsmanagers27/09/2022 à 11:45

(NEWSManagers.com) - L’image des investisseurs chinois seulement intéressés par l’immobilier est devenue cliché. Il s’agit là du constat tiré par trois spécialistes du marché des fonds chinois qui intervenaient, ce mardi, dans le cadre de la Global Distribution Conference organisée par l’association luxembourgeoise de l’industrie des fonds d’investissement (Alfi).

Le marché, sur lequel nombre de gérants dont Amundi fondent de gros espoirs de croissance future, compte déjà plus de 10.000 fonds mutuels, le double d’il y a trois ans. « Cela reste un marché très jeune comparé aux marchés occidentaux mais il croît très rapidement. En 10 ans, les encours sous gestion des fonds mutuels chinois sont passés de 2.000 milliards à 25.000 milliards de yuans (286 à 3.574 milliards d’euros) entre 2011 et 2021 », a résumé Jessie Meng, directrice d’investissement à Fidelity China, la filiale de gestion d’actifs chinoise de Fidelity International.

De son point de vue, la collecte vient à la fois des particuliers et des institutionnels chinois. Les fonds monétaires, qui constituent 40% du marché, restent leur premier choix. Les fonds actions et obligataires de long-terme forment, eux, 25% du marché tandis que le segment des fonds de fonds est en pleine progression selon les observations de Jessie Meng. Une autre tendance en train d’émerger chez les investisseurs chinois est qu’ils cherchent à se diversifier et à acheter des actifs non chinois, constate-t-elle.

Pour leur fournir cette diversification, les gestionnaires étrangers peuvent s’appuyer sur les programmes en place tels que le Qualified Domestic Limited Partner (QDLP) et le Qualified Domestic Institutional Investor (QDII). Quelques 154 milliards de dollars de quotas avaient été alloués fin 2021 à 174 institutions financières dont environ 85 milliards à des gestionnaires d’actifs dans le cadre du programme QDII.

Des parts de fonds à moins de 2 euros

Le marché de l’investisseur particulier chinois se démarque déjà comme le deuxième plus gros marché de gestion de fortune au monde et doit encore croître de 10% d’ici 2025, a relevé Ying Wang, directrice des solutions d’investissements et de gestion de fortune chez HSBC Bank (China). D’après elle, les grandes fortunes chinoises se sophistiquent de plus en plus dans leurs investissements tandis que les millennials, qui investissent eux-mêmes directement sur les marchés via des applications mobiles, sont prêts à payer pour avoir un accès unique à des conseils et services de gestion de fortune. Aussi, dit-elle, un certain nombre de particuliers chinois vont avoir besoin de conseils pour un transfert de richesses dans le cadre d’héritages.

En comparaison avec les investisseurs européens, les investisseurs chinois demeurent « moins sophistiqués », a tempéré Eleanor Wan, directrice générale de BEA Union Investment Management. Les investisseurs européens sont davantage portés sur le long-terme, pensent à leur retraite, concept peu familier pour une majorité de particuliers chinois, a-t-elle ajouté. « Les investisseurs chinois veulent des gros rendements très vite, cela représente un gros défi pour les gestionnaires d’actifs étrangers », remarque-t-elle. Eleanor Wan a aussi souligné que les jeunes chinois commencent à investir dans les fonds avec de petites sommes, ce qui a poussé sa société de gestion à commercialiser des parts de fonds à 10 yuans (1,40 euro). La raison de ces frais d’entrée hyper discount ? « La population chinoise est si grande que l’investissement collectif atteindra de très hauts montants. » Eleanor Wan a également rappelé que les investisseurs chinois avaient plutôt tendance à investir dans les entreprises locales et qu’ils étaient confiants sur le fait que les sociétés locales performaient à un haut niveau. Elle a donc conseillé aux gestionnaires étrangers de travailler à bâtir leur marque sur le marché chinois pour une meilleure visibilité.

Si la retraite n’est pas un concept encore très ancré dans les esprits en Chine, des opportunités pourraient émerger pour les gestionnaires étrangers via le troisième pilier de retraite chinois dont le cadre réglementaire a été dévoilé en avril dernier. Ce pilier va permettre aux particuliers d’investir dans des fonds mutuels et produits de gestion de fortune via des contributions tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. « Dans les 10 à 20 ans qui viennent, cela va modifier les stratégies et formes de produits qui seront accessibles sur le marché chinois » pour Jessie Meng de Fidelity China.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.