Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le chômage repart à la hausse en septembre

Reuters24/10/2014 à 20:48

HAUSSE DE 0,6% DU CHÔMAGE EN SEPTEMBRE

PARIS (Reuters) - Le chômage a augmenté de 0,6% en septembre en France dans la catégorie la plus observée par rapport au mois précédent, après une baisse de 0,3% en août, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) a crû de 19.200 personnes en France métropolitaine, pour atteindre le chiffre record de 3.432.500. Sur un an, il augmente de 4,3%.

En ajoutant les catégories B et C (personnes ayant exercé une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi a augmenté de 50.200 (+1,0%), pour atteindre à 5.128.200 en métropole et 5.431.500 en incluant les départements d'Outre-mer.

Sur un an, le chômage croît de 5,7% pour les catégories A, B et C en France métropolitaine.

En septembre, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a augmenté de 0,4% pour les moins de 25 ans (-1,2% sur un an), de 0,5% dans la tranche 25-49 ans (+3,3% sur un an), et de 1,0% pour les 50 ans et plus (+11,1% sur un an).

En catégories A, B et C, la variation est de +0,7% pour les moins de 25 ans (+1,0% sur un an), +1,0% pour les 25-49 ans (+5,1% sur un an) et +1,1% pour les 50 ans et plus (+11,2% sur un an).

La publication de ces chiffres intervient au moment où le débat renaît en France sur une éventuelle réforme de l'assurance chômage et l'idée d'un contrat de travail unique, évoquée par le Premier ministre Manuel Valls.

Interrogé à Bruxelles, à l'issue du Conseil européen, François Hollande a esquivé le sujet du contrat unique en affirmant que rien de durable ne se ferait contre le chômage "si la croissance ne repart pas en Europe".

"Il faut utiliser tous les instruments qui existent, notamment les emplois d'avenir", a déclaré le chef de l'Etat. "Mais (...) c'est la croissance qui fait l'emploi."

REBSAMEN DEMANDE DU TEMPS

Il est possible d'accompagner celle-ci par de "nouveaux instruments" et des réformes structurelles, dont celles qui sont négociées par les partenaires sociaux, a-t-il cependant ajouté.

François Hollande a ainsi mentionné les discussions en cours sur la modernisation du dialogue social, la représentation des salariés et la question des seuils sociaux.

"Ce n'est qu'ensuite qu'on peut éventuellement ouvrir d'autres négociations, qui relèvent des partenaires sociaux", a ajouté le chef de l'Etat.

De son côté, le ministre du Travail a fait valoir dans un communiqué que la progression moyenne du chômage avait ralenti à 11.400 par mois au troisième trimestre (elle était de 14.000 par mois au premier trimestre et de 16.300 au deuxième). Mais ce ralentissement est dû à la baisse enregistrée en août.

François Rebsamen admet que la progression du nombre de chômeurs de moins de 25 ans nécessite de "soutenir l'effort en faveur de l'insertion des jeunes".

"Les réformes ont besoin de temps pour produire leurs effets", souligne le ministre, qui rappelle également qu'il a réuni cette semaine les partenaires sociaux "pour définir de nouvelles actions contre le chômage de longue durée".

Selon le ministère du Travail, le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée, inscrits depuis un an ou plus à Pôle emploi dans les catégories A, B et C, a crû de 1,5% en septembre en France métropolitaine (+10% sur un an).

Les entrées à Pôle emploi (catégories A, B et C) en métropole ont augmenté de 1,6% (-1,6%% sur un an) et les sorties ont diminué de 9,6% (-0,2% sur un an).

Les offres d'emploi collectées par Pôle emploi ont diminué de 6,9% le mois dernier en métropole (-4,9% sur un an).

(Emmanuel Jarry, avec Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)


Mes listes

valeur

dernier

var.

5.105 -7.52%
0.652 +1.56%
0.938 +2.01%
13.745 +1.18%
24.74 -0.08%
64.52 -1.04%
11.64 -13.78%
45.935 +0.75%
68.05 -6.59%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.