Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La valeur du jour en Europe - HSBC : perte de 1 milliard liée à la cession de sa filiale argentine
information fournie par AOF 09/04/2024 à 11:55

(AOF) - La banque britannique HSBC a annoncé la cession de ses activités en Argentine pour un montant de 550 millions de dollars. A la Bourse de Londres, le titre HSBC gagne 0,51% à 647,80 pence. "HSBC Argentine est une activité essentiellement nationale, dont les liens avec le reste de notre réseau international sont limités. En outre, compte tenu de sa taille, elle génère une forte volatilité des résultats pour le groupe lorsque ses résultats sont convertis en dollars américains", a déclaré le directeur général, Noel Quinn, pour justifier cette opération.

HSBC Argentine, qui offre des services bancaires, de l'assurance et de la gestion d'actifs, a été vendu à Galicia, le plus grand groupe financier privé d'Argentine.

A la suite de cette transaction, HSBC enregistrera dans ses comptes du premier trimestre une perte avant impôts de 1 milliard de dollars. Elle aura un impact insignifiant sur le ratio de fonds propres durs (CET1) du groupe à la finalisation de l'opération attendue dans les 12 prochains mois.

"Cette transaction constitue une nouvelle étape importante dans la mise en œuvre de notre stratégie et nous permet de concentrer nos ressources sur des opportunités à plus forte valeur ajoutée dans l'ensemble de notre réseau international" a souligné Noel Quinn.

"Nous restons engagés au Mexique et aux États-Unis, et au service de nos clients internationaux dans l'ensemble de notre réseau mondial, grâce à nos capacités de premier plan en matière de services bancaires transactionnels".

AOF - EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur Finance / Banque

En dépit des turbulences, les fintech gardent le cap

D'après le BCG, mi-2021, l'ensemble des fintech cotées dans le monde étaient valorisées en moyenne vingt fois leurs revenus, soit une valorisation d'environ 1.300 milliards de dollars. Ce chiffre avait été multiplié par plus de quatre en trois ans. Fin 2022, ce multiple était divisé par cinq, avec des valorisations moyennes limitées à quatre fois les revenus. Néanmoins, le BCG considère que le secteur devrait enregistrer un bond de sa croissance d'ici à 2030, avec une multiplication par six des revenus pour les fintech. Après les paiements, le développement devrait surtout provenir des fintech bancaires, avec l'essor services clé en mains pour les entreprises et les professionnels (" banking-as-a-service ").

Valeurs associées

4,20 EUR Euronext Paris 0,00%
688,50 GBX LSE -0,32%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 09/04/2024 à 11:55:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.