Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La valeur du jour à Paris - Kering intéressé par les activités du lunettier Marcolin ?
information fournie par AOF 11/03/2024 à 11:53

(AOF) - Le géant du luxe Kering (-0,41% à 415,70 euros), EssilorLuxottica, le groupe italien Safilo et l'américain Marchon seraient de potentiels candidats au rachat du lunetier italien Marcolin, selon des informations rapportées par le Financial Times samedi. Ce dernier est détenu à 83% par PAI Partners et aurait mené des discussions à ce sujet avec ces entreprises. Invest Securities souligne que "le prix demandé ferait toutefois l'objet d'un désaccord entre Marcolin et ses interlocuteurs. La semaine dernière, Reuters mentionnait un prix de 1,3 milliard d'euros".

Marcolin est un lunetier italien créé en 1961 qui produit notamment des lunettes pour les marques Tom Ford, Tod's et Zegna. Le quotidien économique et financier britannique rappelle que "le chiffre d'affaires de Marcolin a augmenté de 3% pour atteindre 421,6 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de 2023. Son bénéfice de base ajusté a augmenté de 28 % pour atteindre 64,6 millions d'euros". Le groupe italien publiera ses résultats annuels à la fin du mois.

Kering Eyewear, la division lunetière du groupe de luxe, a enregistré en 2023 un chiffre d'affaires de record à 1,5 milliard d'euros en progression de 35% en données publiées et de 10% en comparable. Elle a bénéficié de la consolidation de Maui Jim et du développement du portefeuille de marques.

Maui Jim avait été acquis en mars 2022 et Kering a acheté en mars 2023 la société française UNT, Usinage & Nouvelles Technologies, qui joue un rôle clé dans la fabrication de composants mécaniques en métal haute-précision pour tout le secteur de la lunetterie de Luxe.

Ces derniers mois, Kering a procédé à plusieurs autres acquisitions dans d'autres segments du luxe.

Fin novembre dernier, le concurrent de LVMH avait finalisé l'acquisition d'une participation de 30% dans Valentino, selon les termes communiqués le 27 juillet 2023 et après avoir obtenu l'aval des autorités de la concurrence. En juillet dernier, le groupe de luxe français avait confirmé la signature avec Mayhoola d'un accord engageant pour l'acquisition par Kering d'une participation de 30% dans Valentino pour un montant en numéraire de 1,7 milliard d'euros. Cet accord comprend une option permettant à Kering d'acquérir 100% de la Maison de Couture au plus tard en 2028.

En outre, fin juin dernier, sa filiale Kering Beauté confirmait la signature d'un accord pour l'acquisition de 100% de Creed auprès de fonds contrôlés par BlackRock Long Term Private Capital Europe et de Javier Ferrán, actuel président de l'entreprise. Kering avait ainsi réalisé une émission obligataire pour un montant total de 3,8 milliards d'euros pour financer notamment cette acquisition.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.14%
Euronext Paris -0.77%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 11/03/2024 à 11:53:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.