Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La valeur du jour à Paris - Arkema anticipe une accélération de la croissance de ses profits
information fournie par AOF27/09/2023 à 11:59

(AOF) - Arkema gagne 1,46% à 91,44 euros après la présentation de ses objectifs 2028 dans le cadre de sa réunion investisseurs. Le groupe chimique de spécialités vise un chiffre d’affaires de 12 milliards d’euros et une marge d’Ebitda d’environ 18 % d’ici 2028. La croissance organique moyenne du chiffre d’affaires est attendue autour de 4 % par an et la croissance organique moyenne de l’Ebitda de 7 à 8 % par an entre 2024 et 2028. Arkema, qui s’est recentré sur la chimie de spécialités lors de ses précédents plans stratégiques, prévoit une accélération de la croissance de ses profits.

Selon la présentation mise en ligne par le groupe chimique, il a enregistré une croissance annuelle moyenne de 3,9% entre 2010 et 2023 contre 1,7% pour ses concurrents diversifiés. L'Ebitda a, lui, augmenté de 5,1% par an sur cette période.

Pour soutenir sa croissance, Arkema s'appuie sur des marchés porteurs, comme la mobilité électrique, l'électronique avancé, la construction énergétiquement efficiente...

Le chiffre d'affaires net visé pour 2024 est de 10 à 11 milliards contre une moyenne de 9,7 milliards de 2020 à 2023. La marge d'Ebitda devrait atteindre 17% contre 16,7% en moyenne sur les trois années précédentes.

La société a également dévoilé un plan d'économies de 250 millions d'euros, qui lui coûtera 100 millions d'euros. Arkema table par ailleurs sur une rentabilité des rentabilité des capitaux investis d'environ 10%.

Sur la période 2024-28, la génération de trésorerie devrait rester forte et le montant total des flux de trésorerie d'exploitation à allouer devrait atteindre environ 7 milliards d'euros, soit un taux de conversion de la trésorerie d'exploitation d'environ 70 %.

Sur ce montant, 30% seront alloués à la rémunération des actionnaires. Le retour aux actionnaires devrait ainsi augmenter d'environ 30 % par rapport à la période 2019-23, avec une croissance régulière du dividende et un taux de distribution proche de 40 % sur la période 2024-28, ainsi que des rachats d'actions opportunistes.

Les acquisitions nettes des cessions devraient représenter la moitié du montant dépensé au cours de la période 2019-23. Elles devraient représenter environ 15% des flux cumulés de trésorerie d'exploitation sur la période.

Les investissements devraient pour leur part d'augmenter d'environ 15 %, reflétant l'inflation, les efforts de décarbonation et les projets pour accompagner la croissance du groupe notamment dans les batteries. Ils représenteront environ 55% des flux cumulés de trésorerie d'exploitation.

Le groupe maintiendra cependant sa discipline financière stricte, avec un ratio dette nette sur Ebitda ne dépassant pas 2.

Enfin, le groupe s'appuiera sur la récente validation de sa trajectoire 1,5°C par SBTi pour renforcer encore ses initiatives en matière de décarbonation, permettant d'ouvrir la voie vers le Net-Zéro à l'horizon 2050.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Premier chimiste français et acteur majeur des matériaux de spécialités ;

- Chiffre d’affaires de 11,5 Mds€, répartie entre les adhésifs pour 25 %, les matériaux avancés pour 38 %, les solutions de revêtement pour 28 % et la chimie intermédiaire pour 9%, avec des positions de leader mondial sur les 9/10èmes du portefeuille ;

- Chiffre d’affaires équilibré entre l’Amérique du nord (35 % des ventes), l’Europe (33 %) et l’Asie (28 %) -les Etats-Unis, la Chine et l’Asie du sud-est étant les trois marchés clés du groupe ;

- Modèle d’affaires en 3 points : accélérer la croissance organique et l’innovation, renforcer les matériaux de spécialité via les acquisitions, viser l’excellence opérationnelle et commerciale ;

- Capital ouvert avec une présence forte du FSP (7,9 %des actions et 13 % des droits de vote) et des salariés (7,6 % et 11,1 %), Thierry Le Hénaff étant président-directeur général du conseil d’administration de 14 membres ;

- Bilan sain avec 2,6 Mds€ de dette nette et un effet de levier de 1,3 à fin juin.

Enjeux

- Ambitions 2024 confirmées :

- élargissement des positions de leader mondial et réduction du biais cyclique,

- ventes de 10 à 11 Mds€, marge opérationnelle autour de 17 % et génération de trésorerie libre de + 40 % ;

- Stratégie d’innovation au service du développement durable avec une R&D dotée de 2,3 %des revenus et un portefeuille de + 10 500 brevets :

- 4 focus : 9 % pour les thèmes transversaux (batteries, recyclage, biomatériaux…), 40 % dans les matériaux avancés, 24 % dans les adhésifs, 21 % dans les revêtements et 6 % dans la chimie intermédiaire,

- dans les matériaux de spécialités : 1,4 Md€ de chiffre d’affaires issu de produits de moins de 5 ans ;

- structure d’incubation, laboratoire digital axé sur l’intelligence artificielle , partenariats scientifiques et industriels ;

- Stratégie environnementale 2030 aux objectifs relevés et validés par le SBTi :

- réduction de 48,5 %, vs 2019, ses émissions de CO2 dans les scopes 1 et 2 et de 54 % pour toute la chaîne de valeur, via 400 M€ d’investissements dédiés,

- montée à 65 % de l’offre durable (53 % des ventes en 2022) et à 80 % en 2025 de la part des achats durables,

- déploiement de l’économie circulaire, de la conception au recyclage des produits des clients (cible de 50 % des revenus réalisés à partir de matières recyclées vs 41 % en 2022),

- 9/10èmes des nouveaux brevets dédiés au développement durable et 5 plateformes d’innovation durable pour 1,5 Md€ de ventes additionnelles cumulées ;

- Volontarisme des investissements dans les batteries lithium-ion, les élastomères pour le sport et l’impression 3 D et nombreux projets d’expansion industrielle (polyamide 11 à Singapour, Nutrien aux Etats-Unis, PVDF en France et Chine, Pebax en France… ) qui contribueront à hauteur de 50 à 70 M€ au résultat d’exploitation 2023 ;

- Poursuite de la rotation du portefeuille pour être un pur acteur des matériaux de spécialités en 2024, contre 91 % à fin juin 2023.

Défis

- Persistance de la faiblesse de la demande, hors automobile, batteries et énergie ;

- Inflation des matières premières et pénuries dans l’activité revêtements, compensées par la hausse des prix de vente ;

- Réalisation de l’acquisition, pour 728$, de 54 % du coréen PI Advanced Material qui renforcera le pôle matériaux de spécialités (adhésifs, matériaux avancés et solutions de revêtement) dans l’électronique et les batteries ;

- Après un repli de 23 % des revenus mais une hausse de la marge opérationnelle à fin juin, anticipation 2023 d’un bénéfice brut d’exploitation en repli, entre 1,5 et 1,6 Md€.

En savoir plus sur le secteur de la chimie

Rien ne va plus pour la chimie allemande

La chimie allemande, très dépendante du gaz russe, est en difficulté. Suite à des ventes en berne dans le secteur automobile et une demande en recul dans la construction, la production est en baisse de 8,5 % en 2022, avec un chiffre d'affaires global en repli de 1,6 % à 63,1 milliards d'euros. La chimie de spécialité s'en sort mieux. En revanche le taux d'utilisation des capacités de production dans la chimie de base a nettement ralenti pour atteindre moins de 80 %. Le troisième secteur industriel allemand est tenté par la délocalisation vers les Etats-Unis, où les coûts de l'énergie sont bien moindres. Avec l'Inflation Reduction Act, les Etats-Unis ont mis en place un environnement approprié aux défis actuels.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.15%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 27/09/2023 à 11:59:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.