Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« La probabilité d'un défaut grec s'élève à 40% » (CPR AM)

Boursorama 12/06/2015 à 18:37

Les probabilités d'un nouveau défaut grec sont élevées, selon CPR Asset Management.

Plusieurs risques sont actuellement présents sur les marchés, relevait vendredi la société de gestion CPR Asset management en conférence de presse. Côté européen, la Grèce aurait une probabilité de défaut de 40% selon les estimations de la société de gestion.

Laetitia Baldeschi, stratégiste chez CPR AM, et Malik Haddouk, directeur de la gestion diversifiée chez CPR AM, revenaient vendredi matin sur les perspectives du dossier grec. Pour eux, la probabilité d’un défaut à l’été est élevée malgré quelques points positifs.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la situation des finances grecques s'améliore sur quelques points. « Le problème des rentrées fiscales s’est réduit au cours des trois derniers mois […] et la Grèce est revenue à l’excédent primaire », relève Laetitia Baldeschi, alors qu’on craignait en janvier dernier que l’élection de Syriza remette en cause les efforts de remise à flot des finances publiques précédemment réalisés. « Normalement, il y a donc ce qu’il faut pour payer les retraites et salaires », estime la stratégiste.

Probabilité d’un défaut grec : 40%

Pourtant, malgré ces premiers constats rassurants, la probabilité d’un défaut grec augmente rapidement. Avec 3 milliards d’euros à rembourser à la BCE en juillet, et 3 autres milliards au mois d’août, le pays ne pourra pas faire face à cette échéance si une renégociation des termes n’est pas menée rapidement. Or, « les négociations n’aboutissent pas », relève Laetitia Baldeschi avec euphémisme.

« C’est évident que la Grèce ne pourra pas rembourser toute sa dette, on l’a dit dès le départ », poursuit-elle. Le but des négociations actuelles ne serait donc pas d’éviter un défaut grec, qui aura lieu quoi qu’il arrive, mais de repousser au maximum la survenue de cette échéance.

« Fin mai, on se disait encore que la Grèce avait environ 20% de probabilités de faire défaut », explique Malik Haddouk, directeur de la gestion diversifiée chez CPR AM. « Aujourd’hui, on est plutôt sur une probabilité de 40% ». Cette estimation est par ailleurs fondée sur le fait que l’épargne grecque a en bonne partie quitté le territoire national. « Quand est-ce qu’on a déjà vu, par le passé, un pays où 40% de l’épargne a quitté les banques nationales ? En Argentine, peut-être », poursuit Malik Haddouk, faisant référence à la crise argentine du début des années 2000, ayant débouché sur un large défaut de l’Etat.

Malgré la probabilité non négligeable de faillite, Philippe Weber, responsable des études et de la stratégie chez CPR AM, rappelle que « rien n’interdit à la Grèce de rester dans la zone euro en cas de défaut », même si « ce serait tout de même délicat ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.63 -1.56%
0.2505 -0.20%
1.14315 -0.15%
105.7 +0.56%
1.63 +0.74%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.