Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce priée de vite demander une prolongation de l'aide

Reuters03/12/2014 à 15:28

LA GRÈCE A REJETÉ LES DERNIÈRES CONDITIONS DE LA "TROÏKA"

par Robin Emmott et Renee Maltezou

BRUXELLES/ATHÈNES (Reuters) - La Grèce va devoir demander une prolongation de son programme d'aide internationale avant la suspension des travaux des parlements de la zone euro pour les fêtes de fin d'année car le mécanisme de soutien lui permettant d'en sortir ne sera pas prêt à temps, a déclaré mercredi un responsable de premier plan de la zone euro.

Après deux plans de sauvetage d'un montant total de 240 milliards d'euros depuis 2010 pour lui éviter de s'effondrer sous le poids de sa dette, la Grèce compte revenir au début de l'année 2015 sur les marchés pour se financer.

Une dernière tranche d'aide de 1,8 milliard d'euros est censée lui être versée d'ici la fin de l'année mais le gouvernement d'Antonis Samaras et les créanciers internationaux d'Athènes ne parviennent pas à s'entendre sur les conditions de sortie de ce programme de soutien financier.

Le programme d'aide va donc devoir techniquement être prolongé jusqu'au mois de janvier, ce qui nécessite l'accord de l'ensemble des parlements des pays de la zone euro.

Pour ce responsable de la zone euro, la Grèce doit se hâter d'obtenir ce feu vert si elle veut bénéficier du dernier versement. A ses yeux, la date butoir est le 15 décembre.

"Je suis prêt à travailler le 24 décembre mais les parlements ne seront pas là", a-t-il dit à des journalistes.

Le gouvernement grec et la "troïka" de ses créanciers internationaux (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international) ne parviennent pas à aplanir leur désaccord sur les besoins de financement du pays en 2015.

Cette divergence empêche la mise en place d'un filet de sécurité permettant à Athènes de sortir du plan d'aide à moindre risque. Ce mécanisme consisterait en une ligne de crédit qu'ouvriraient les autres pays de la zone euro au profit de la Grèce pour lui garantir un financement en cas d'urgence.

RÉUNION DE L'EUROGROUPE LUNDI

Les experts de la "troïka" doivent rendre compte de leurs discussions avec Athènes aux ministres des Finances de la zone euro lundi à Bruxelles. Cette échéance paraît donc cruciale pour Antonis Samaras s'il veut respecter son objectif affiché devant ses compatriotes d'une sortie prochaine de la Grèce du programme d'aide internationale.

Pour le responsable de la zone euro s'étant exprimé mercredi devant les journalistes, l'idéal serait que la Grèce réclame en même temps la ligne de crédit et la prolongation technique du plan d'aide.

"Est-ce que je m'attends à un accord technique (sur la ligne de crédit) lundi ? Non, ce n'est pas le cas", a-t-il toutefois déclaré.

Les experts de la troïka pensent qu'il manquera plus de deux milliards d'euros à la Grèce en 2015 si elle n'édulcore pas son projet de remboursement d'arriérés de prestations sociales à la population, durement frappée depuis 2010 par la cure d'austérité drastique qui lui a été imposée en échange de l'aide internationale, ou si elle ne le compense pas par des mesures d'économies supplémentaires.

La troïka a aussi réclamé des informations complémentaires sur le projet de réforme des retraites préparé par le gouvernement, a dit un responsable du ministère du Travail.

Antonis Samaras a exclu mardi d'alourdir les impôts ou de baisser les revenus des Grecs en 2015, jugeant que de telles mesures fragiliseraient l'ébauche de reprise économique constatée en 2014 après plusieurs années de profonde récession.

Des experts de la troïka étaient censés se rendre récemment en Grèce mais cette mission d'inspection a été annulée et aucune nouvelle date n'a été fixée pour leur venue, a déclaré Adonis Georgiadis, un responsable de Nouvelle Démocratie, le parti conservateur de Samaras, à la télévision grecque.

(Avec Lefteris Papadimas à Athènes, Juliette Rouillon pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.