Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« La Finlande, future Grèce du Nord ? » (Marc Touati)

Boursorama14/12/2015 à 17:48

La Finlande est l'un des pays de l'UE où la conjoncture économique se dégrade le plus nettement à court terme selon Eurostat.

On en parle peu, et pourtant les chiffres sont là : la Finlande connaît une conjoncture économique nettement défavorable depuis quatre ans, avec une récession qui perdure et un chômage en hausse régulière. L'économiste Marc Touati livre une courte analyse à ce sujet.

Dire qu’il y a encore trois ans, la Finlande était toujours présentée comme un modèle de développement, alliant un niveau élevé de dépenses publiques et une croissance économique soutenue. Depuis lors, la situation a bien changé. En effet, depuis 2012, le PIB finlandais n’a quasiment plus augmenté. Au cours du troisième trimestre 2015, il a même baissé de 0,6 %, son plus fort recul depuis le quatrième trimestre 2012. En 2015, la Finlande va ainsi même enregistrer sa quatrième année consécutive de recul de son PIB.

La récession perdure en Finlande.

En fait, depuis son dernier point haut du quatrième trimestre 2007, et en dépit d’un rebond appréciable en 2010, le PIB finlandais affiche un plongeon de 7,3 %. C’est certes beaucoup mieux que les -26,5 % de la Grèce et légèrement mieux que les -8,9 % italiens, mais plus grave que les -6,4 % portugais ou les -3,2 % espagnols, et a fortiori moins bien que les -0,5 % de la zone euro, les +2,5 % de la France et les +5,3 % de l’Allemagne.

La Finlande, lanterne de rouge de la croissance dans zone euro, avec l'Italie et la Grèce.

Conséquence logique de cette carence de croissance, la Finlande est le pays de la zone euro où le taux de chômage a le plus augmenté depuis un an. En l’occurrence +0,5 point, soit juste devant la France (+0,3 point) et la Belgique (+0,1 point), ces trois pays étant les seuls de la zone euro à subir une hausse annuelle de leur taux de chômage.

La Finlande, pays de la zone euro où le chômage augmente le plus.

Encore plus grave : avec un niveau de 9,5 % depuis juin dernier, le taux de chômage finlandais se situe sur un sommet depuis mars 1999. Et c’est bien là que le bât blesse. Car si la Grèce, la France ou encore l’Espagne, voire le Portugal sont malheureusement coutumiers du chômage de masse, la Finlande et les Finlandais pensaient il y a encore peu en être protégés depuis l’année 2000, qui marquait le début du miracle « finlandais ».

Seulement voilà, à force d’être sûr de disposer du meilleur modèle de développement économique, le miracle est devenu un cauchemar. Encore une preuve que trop de dépenses publiques est loin d’être un gage de croissance forte et de chômage faible, mais devient souvent, au contraire, un handicap économique. Il faut dire qu’avec un ratio dépenses publiques/PIB de 58,7 % en 2015, la Finlande va non seulement battre la France mais aussi redevenir le premier du monde développé. Un record dont les Finlandais se seraient bien abstenus…

Marc Touati, économiste et président d'ACDEFI

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • j.barbe6
    18 décembre09:23

    La dépense publique nuit gravement à la santé économique.Impossible à faire comprendre au PS-fonctionnaire et EELV- vivant de par et pour la dépense publique.

    Signaler un abus

  • dgui2
    16 décembre12:50

    mikkeala, la solution serait de TRANSFERER des tâches "non régaliennes" vers LE SECTEUR PRIVE qui est par définition meilleur gestionnaire que l'Etat. Essayez de noter ceci sur vos tablettes une bonne fois pour toutes......

    Signaler un abus

  • mikkaela
    16 décembre12:04

    La France est bien placée aussi.....Tiens j'ai cru lire que la Poste allait supprimer des emplois en 2016.....C'est comme cela qu'on lutte contre le chomage ??? Que faut il faire, supprimer les services publics ? Remarquez comme cela on paierait moins d'impôts, mais d'un autre côté sans doute que les tarifs augmenteraient ??? On n'est pas sortis de l' auberge.....

    Signaler un abus

  • fquiroga
    16 décembre12:01

    le point d'intérrogation dit tout sur la "valeur" du bla, bla....même pas sur qu'il ache ou la Finlande se situe....

    Signaler un abus

  • M4358281
    16 décembre11:42

    N'annonce que des catastrophes depuis 8 ans

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.