Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La Financière Pouyanne dévoile un FPCI sur les produits du terroir
information fournie par Newsmanagers25/07/2019 à 11:30

(NEWSManagers.com) - Bonne nouvelle pour les amateurs du terroir du Sud-Ouest, la Financière Pouyanne lance la commercialisation d'un FPCI dédié aux produits de la région. Vins, armagnac et autres jambons de porcs noirs de Bigorre seront à l'actifs de ce fonds qui s'adresse aux amoureux de la gastronomie du Béarn, à condition qu'ils soient des investisseurs professionnels.

La société de gestion lancée en février 2018 avec le soutien capitalistique de la famille Pouyanne via la Banque Pouyanne et le groupe immobilier Essor (détenu par David Pouyanne), avait initialement prévu de proposer ce fonds baptisé " Impact Territorial 1 " entre mi 2018 et début 2019. Cependant, devant la difficulté de trouver des produits d'investissement intéressants, la société de gestion a dû repousser un peu la période de commercialisation.

Elle a présenté à Paris la nouvelle mouture de ce projet renommé : Impact Territorial 1 " Valeurs des terroirs " .

" Notre but est de proposer à des producteurs un portage de leurs actifs" , a expliqué Jean Philippe, président de la Financière de Pouyanne. En d'autres termes, la société propose aux producteurs de leur acheter une partie de leur production en primeur, de les " porter" pendant une période donnée, puis de leur revendre, avec intérêt, avant la commercialisation.

" L'intérêt pour le producteur est triple. Il permet tout d'abord d'augmenter sa production sans avoir à assurer une contrepartie capitalistique. Il offre ensuite une liquidité au début de la chaîne de la production avec la vente initiale. Et enfin, il ne supprime pas la marge de commercialisation puisque nous revendons la production à termes" , a détaillé Jean Philippe. Ce dernier a d' ailleurs expliqué que la logique financière de cette transaction avait tout de suite été compris par les producteurs de vins et de spiritueux, habitués à ce genre de procédés, mais que les producteurs de salaisons ou de fromage avaient été plus difficiles à convaincre.

Ainsi, contrairement à d'autres produits de capital-investissement, aucune prise de participation dans les sociétés productrices n'est effectuée. Il s'agit d'une détention d'actifs réels sur des périodes courtes allant d'un à cinq ans selon le type de produits.

" Nous souhaitons créer un outil patrimonial éco-responsable en exerçant une influence positive sur l'environnement et le développement économique local" , a résumé Patrick Touton, directeur général de la Financière Pouyanne. Pour cela, plusieurs caractéristiques extra-financière seront systématiquement analysés avant un investissement pour mesurer l' impact environnemental, social, sociétal, territorial et les progrès en matière de RSE.

" Notre équipe est constituée de cinq personnes. Chaque investissement donne lieu à un vote qui doit obtenir l'unanimité avant d'être réalisé" , a précisé Jean Philippe.

Côté chiffres, le ticket d'entrée est de 100.000 euros. La période de souscription, qui vient de démarrer, devrait prendre fin au dernier trimestre 2020. " La période d'investissement commencera à la rentrée et nous espérons collecter 7 millions d'euros sur cette stratégie" , a indiqué Patrick Touton.

Le portefeuille prévisionnel est composé à 38 % de vins, 12 % d'armagnac, 24 % de salaisons, 8 % de fromages et 18 % d'autres produits régionaux. Il devrait au final être composé de 8 à 15 lignes d'actifs sous-jacents.

La durée de vie initiale du fonds a été fixée à 5 ans à partir de la clôture des souscriptions. L'objectif de rendement est de 5 % nets de frais.

Interrogé sur les risques de perte ou de détérioration gustative des produits, le président de la Financière de Pouyanne s'est voulu rassurant. " Nous avons sélectionné des producteurs reconnus. Ce sont eux qui assureront le stockage des denrées, leur affinage et même leur commercialisation à termes, ils ont donc tout intérêt à en prendre grand soin." , a-t-il insisté.

Malgré tout, le risque zéro n'existant évidemment pas, des précautions assurantielles ont été prises de chaque côté pour assurer la valeur liquidative du FPCI en cas de sinistre.

1 commentaire

  • 25 juillet12:03

    Très belle initiative avec un acteur financier qui respecte les entreprises et ne vient pas au capital pour faire une culbute financière pure. Un montage véritablement au service de l'économie réelle au regard des éléments et non une stratégie financio-financière telle que réalisée par les acteurs de private equity. Bravo et merci de rassurer quant à l'existence d'une finance "saine".


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.