Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La directive AIFM est un nouveau relais de croissance

Newsmanagers21/07/2014 à 12:15

(NEWSManagers.com) - Pour Julien Cuminet, responsable des services aux fonds France chez BNP Paribas Securities Services, le chantier de la mise en œuvre de la directive AIFM est bien avancé. Mais il est loin d'être terminé.et toutes les équipes de la banque restent mobilisées. Avec en ligne de mire la date butoir du 22 juillet prochain et des nouvelles exigences qui s'y attachent.

" Globalement, nous avons là une réforme intelligente car elle instaure un cadre qui rassure les investisseurs. Grâce à cette réforme, la gestion alternative va rester en Europe. Elle va aussi faciliter l'ouverture des FIA (Ndlr : fonds d'investissement alternatifs) à une clientèle plus large. Et nous pensons aussi que les fonds AIFM peuvent devenir une référence internationale au même titre que les fonds Ucits" " , a indiqué à Newsmanagers Julien Cuminet.

Mais avant d'en arriver là, le prestataire de services aux fonds accompagne depuis plusieurs mois les sociétés de gestion dans la phase de transition, après avoir depuis longtemps préparé le terrain.. " Il y a environ trois ans, nous avons aussi procédé à une réorganisation des équipes qui pouvaient à l'époque intervenir sur toutes les classes d'actifs. Nous avons désormais des spécialistes par sous-jacent : fonds classiques, private equity, immobilier, titrisation. Une initiative dont nous félicitons aujourd'hui et qui nous permet de mieux accompagner les sociétés de gestion" , relève Julien Cuminet.

Les impacts de la directive peuvent être regroupés autour de quatre grandes têtes de chapitre: le reporting, la tenue de position, le cash monitoring et le contrôle des sous-dépositaires La directive introduit notamment des reportings périodiques qui sont déterminés en fonction de la taille de la société de gestion. Selon les encours affichés, la société de gestion sera invitée à produire des reportings trimestriels, semestriels ou annuels, avec plus ou moins de détails sur la composition des actifs, les marchés couverts, les instruments négociés, la liquidité des positions ou encore l'effet de levier. Pour les plus gros acteurs, l'AMF attend un premier reporting le 30 septembre qui portera sur l'année proforma à fin 2013.

Deuxième tête de chapitre, la tenue de position. A savoir que la société de gestion doit connaître tous les titres de propriété pour pouvoir faire face à une demande de restitution des actifs. " Dans le cas d'une SCPI par exemple, il nous faut reconstituer les titres de propriété jusqu'en bout de chaîne, ce qui n'est pas forcément évident puisqu'une SCPI peut investir dans une autre SCPI..." , relève Julien Cuminet. " Pour réduire les contraintes liées à cette exigence, nous avons mis en place des plateformes d'échange d'informations" , précise Julien Cuminet.

Troisième défi, le cash monitoring qui comporte deux grands volets. Tout d'abord, le dépositaire est tenu de suivre tous les mouvements espèces d'un fonds, consolider l'ensemble des mouvements et les réconcilier avec la comptabilité du fonds. Par ailleurs, le dépositaire doit contrôler les mouvements anormalement élevés. La directive parle en fait de mouvements " significatifs" . " Le dépositaire doit déterminer le niveau de ces mouvements en fonction de la cartographie des flux, suivant la règle du 80/20" , explique Julien Cuminet. " Il n'existe pas de reporting sur ces mouvements mais nous avons un devoir d'alerte. La trace de tous ces flux est conservée afin de pouvoir répondre à une demande éventuelle du superviser" , remarque Julien Cuminet. " Nous avons mis en place une équipe spécialisée d'une dizaine de personnes qui est opérationnelle depuis février dernier.

Cette équipe intervient sur toute l'Europe et mobilise bien entendu les ressources du groupe" , explique-t-il.

Quatrième point, le contrôle des sous-dépositaires. Cet exercice implique d'évaluer la solidité financière de ces acteurs jusqu'ici négligés, avec à la clé la nécessité de mener un due diligence et d'en restituer les résultats auprès de la société de gestion. " Une fois l'alerte éventuelle donnée, c'est la société de gestion qui est responsable, pas le dépositaire" , insiste Julien Cuminet. " Pour faire face à cette nouvelle mission, nous avons installé une équipe dédiée au Luxembourg. Il faut souligner que notre réseau de sous-dépositaires est très large, ce qui nous facilite la tâche. Car la dissémination des sous-dépositaires est un facteur de risque" , indique Julien Cuminet.

" Nous avons restructuré nos services pour accompagner les sociétés de gestion dans ce nouvel environnement, pour que la transition ne soit pas trop violente. C'est aussi un défi pour nous, mais également une opportunité. Nous avons répondu à de nombreux appels d'offres. Le 22 juillet est une étape très importante mais nous avons encore du pain sur la planche. Je dirais que les lignes n'ont pas fondamentalement changé mais il n'est pas exclu que les frontières évoluent dans les mois qui viennent..." La bataille des parts de marché continue...

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.656 -0.56%
DBT
2.615 -0.76%
67.4 +0.15%
84.12 +1.13%
1961.63 +0.06%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.