Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« La croissance française sera inférieure à 1% en 2016 » (Marc Touati)

Boursorama15/01/2016 à 16:40

La croissance française en 2016 devrait être bien inférieure aux estimations du gouvernement, estime l'économiste Marc Touati.

Pour l’économiste Marc Touati, les prévisions de croissance 2016 du gouvernement français sont actuellement trop optimistes. La France a connu une croissance d’environ 1% en 2015 grâce à une reprise économique progressive en zone euro. Mais l’année 2016 ne s’annonce pas simple.

En dépit des nuages qui s’amoncellent, le gouvernement s’obstine à annoncer une croissance française de 1,5 % en 2016, qui permettrait de faire (enfin !) baisser le chômage et de remplir les objectifs de réduction des déficits publics.

Soyons clairs et directs : non seulement, cette prévision ne sera pas atteinte, mais, qui plus est, la croissance du PIB français en 2016 sera, selon nos estimations, de 0,7%. Nous sommes donc au regret d’annoncer que, compte tenu de cette faiblesse de l’activité, le chômage réel continuera d’augmenter.

Le seul moyen de contenir cette progression résidera dans la création de 500.000 postes de « stagiaires en formation » qui consistera simplement à faire passer les chômeurs de la catégorie A à la catégorie D. Mais, ne nous leurrons pas : le nombre de chômeurs toutes catégories, qui s’approche déjà des 6,5 millions de personnes, continuera d’augmenter.

Certes, la baisse des cours du pétrole et des matières premières, la faiblesse de l’euro/dollar et la « planche à billets » de la BCE limiteront les dégâts. Pour autant, ces éléments demeurent des facteurs nécessaires mais pas suffisants pour engendrer une croissance forte. D’ailleurs, en 2015, ces évolutions, déjà à l’œuvre, auraient dû consacrer une croissance française proche de 3%. Or, cette dernière n’a été que de 1%. Et ce tout simplement parce que les structures archaïques et trop rigides de l’économie hexagonale ne permettent pas de transformer cet « alignement des planètes » en croissance soutenue.

De plus, si la reprise économique n’a pas eu lieu l’an passé lorsque le baril est passé de 110 à 50 dollars et que l’euro s’est déprécié de 1,30 à 1,10 dollar, ce n’est pas aujourd’hui, avec une moindre baisse de ces deux variables que l’activité nationale va pouvoir rebondir.

Enfin et surtout, l’économie française va fortement pâtir du ralentissement de la croissance mondiale qui a déjà commencé et qui va malheureusement s’aggraver en 2016. Autrement dit, si de 2008 à 2015, avec une croissance mondiale moyenne de 3,1%, celle de la France n’a été que de 0,3%, que va-t-elle devenir avec une progression du PIB mondial d’au mieux 2,4% en 2016 ? À la rigueur, il ne s’agit plus d’économie, mais de mathématique, ou encore de bon sens.

De plus, compte tenu d’une variation nulle, voire légèrement négative du PIB français au quatrième trimestre 2015, celui-ci va commencer l’année avec un acquis de croissance proche de 0%. Ce qui signifie que, même avec une progression trimestrielle moyenne du PIB de 0,25% en 2016 (hypothèse assez optimiste), la croissance annuelle atteindra 0,7% sur l’ensemble de 2016.

Dans ce cadre, le taux de chômage devrait encore se rapprocher des 11% en catégorie A et des 23% toutes catégories confondues. Dès lors, même si le gouvernement augmente encore les dépenses publiques, soi-disant pour des questions sécuritaires, mais surtout pour des motifs électoralistes, les revenus et la consommation des ménages resteront moribonds.

Parallèlement, compte tenu du dérapage des dépenses publiques et des moindres recettes fiscales liées à l’état décevant de la croissance, de l’investissement et de la consommation, le déficit public devrait rester proche des 4% du PIB et la dette publique avoisiner les 100%.

En d’autres termes, et même si nous aimerions sincèrement annoncer le contraire, l’économie française se portera moins bien en 2016 qu’en 2015. Et il ne s’agit évidemment pas là de « french bashing », mais simplement de réalisme économique.

Marc Touati, président fondateur du cabinet ACDEFI

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.567 -0.35%
2.74 -0.36%
5372.31 -0.34%
5379.5 -0.58%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.