1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Corée du Nord va-t-elle mettre fin à la hausse des marchés américains ?

Boursorama14/08/2017 à 17:30

Alors que l'Europe marque le pas, les marchés US sont restés très bien orientés sur les trois derniers mois. (crédit : CC-Brian Glanz)

Il flotte comme un vent mauvais sur les places financières mondiales depuis quelques jours. Vendredi, le CAC 40 a signé une troisième séance à la baisse, se rapprochant du seuil psychologique des 5000 points.

Même les marchés américains, insolents de réussite, ont marqué le pas la semaine dernière, finissant toutefois sur une note positive vendredi. Le Dow Jones, qui enchainait records sur records, a ainsi reculé de 0,93% jeudi, signant une troisième séance de baisse dans de gros volumes.

La sanction a été encore plus nette sur le Nasdaq : -2,13% et des replis marqués pour les valeurs emblématiques de l'indice : Netflix (-3,78%), Apple (-3,56%), Amazon (-2,55%) ou encore Tesla (-2,2%).

Alors que la volatilité était au plus bas, l’indice VIX, surnommé l’indice de la peur a presque doublé depuis le 7 août, passant de 9,93 à 16,30 points. L’or profite logiquement de cette brusque tension ainsi que les actions du secteur : Goldcorp prenait 2,8%  et Barrick Gold 2,2%.

Escalade verbale

Cause de toute cette agitation, la crise qui oppose les Etats-Unis et la Corée du Nord. Les investisseurs prennent très au sérieux l’escalade verbale qui fait rage depuis trois jours entre Donald Trump et Kim Jong-Un.

Loin de jouer l’apaisement, le président américain en a, au contraire remis une couche en revenant sur sa formule «le feu et la fureur», estimant qu’elle n’était peut-être pas «assez dure» et d’ajouter : «S’il fait quelque chose à Guam [l’île américaine menacée de frappe nucléaire par la Corée du Nord), ce qui arrivera en Corée du Nord sera un événement jamais vu jusqu’alors.»

Pour CM-CIC, « La démonstration de force des Américains vise probablement avant tout à éviter l’irréparable, à l’image de la confrontation contre la Russie dans le passé. Il est difficile d’imaginer les pistes d’une désescalade à court terme.(...) L’imprévisibilité du président américain reste un facteur d’incertitude important».

America First ?

Toute cette agitation est donc venue remettre en cause, au moins temporairement , la course en tête des marchés US depuis trois mois. Sur la période, le Dow Jones a progressé de 4,6% et a, au passage, établi un nouveau record historique à 22.179,11 points. Même combat pour les valeurs de technologies, dont on craignait pourtant la surchauffe : l’indice Nasdaq Composite a grimpé de plus de 4,5%, décrochant même un pic récent à 6460,84 points.

Dans le même temps, l’Europe, pourtant présentée comme la zone du moment, n’en finissait pas de consolider. Le CAC 40 a perdu 6%, l’Ibex 5,27% et le Dax cède un peu plus de 5,4%. On a vu mieux.

Pour le responsable de la recherche d'une société de gestion parisienne, l'épisode nord-coréen est donc peut-être un peu surjoué : "J’ai plus l’impression que ce dossier est une sorte de prétexte utilisé par les marchés pour redonner de la volatilité et des points d’entrée. Concernant la volatilité d’ailleurs, nous étions sur des niveaux tellement bas que la moindre nouvelle un peu anxiogène la ramène à des niveaux plus élevés mais qui sont loin d’être stratosphériques. Mon sentiment est qu’on assiste à un feu de paille qui va s’éteindre aussi vite qu’il s’est déclenché. Personne n’a intérêt à s’engager dans un conflit armé, ni la Corée du Nord, ni les Etats-Unis."

Et pour le second semestre, la balle de la hausse pourrait bien être repassée du côté des places financières américaines. L'économiste poursuit : "C’est un peu frustrant. Tous les voyants sont au vert pour la zone euro et pourtant elle a vu son avance fondre comme neige au soleil sur les trois derniers mois alors que les flux ont commencé à se rabattre vers les Etats-Unis. Les résultats semestriels sont pourtant loin d’avoir déçu mais l’appréciation de la monnaie unique est venue jouer les trouble-fêtes et brider toutes les surprises positives. Il faut ajouter à cela une politique monétaire asymétrique de part et d’autre de l’Atlantique. Celle de la Fed est déjà anticipée par les investisseurs alors que le potentiel de surprise est plus élevé en Europe : Mario Draghi a déclaré qu’il donnerait plus de précisions à l’automne sur le rythme de baisse des rachats d’actifs. Ce qui pourrait favoriser une nouvelle appréciation de l’euro…"

La monnaie unique est justement repartie à la hausse depuis trois jours et s'échange actuellement à un peu plus de 1,18 dollar. Le billet vert a de nouveau du plomb dans l'aile, notamment aujourd'hui alors que les chiffres du CPI publiés en fin de semaine dernière font ressortir une inflation toujours atone (+0,1% en juillet contre +0,2% attendu).

Une pierre dans le jardin de la Fed qui aura du mal à vendre le calendrier de son reserrement monétaire. Les marchés n'anticipent d'ailleurs qu'à 34% un troisième relèvement des taux de la banque centrale américaine en décembre. Devises, politique monétaire : plus que le feuilletion coréen (sauf si celui-ci devrait dramatiquement dégénérer), ce sont ces deux facteurs qui vont déterminer l'évolution des places financières sur le second semestre et pour le moment, l'avantage est côté américain...

Laurent Grassin (redaction@boursorama.fr)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    14 août18:53

    La réponse est dans les résultats de ce soir...-)))

    Signaler un abus

  • spcmg71
    14 août11:18

    le roitelet de coree du nord a peut etre shorté les marchés.

    Signaler un abus

  • mlaure13
    14 août09:59

    Bla bla bla...et pendant ce temps là...la Méditerranée... qui a deux pas de là, joue avec les galets...( G. Bécaud)… ;-)))

    Signaler un abus

  • mxnagg
    14 août09:17

    Achat au son du canon ( et Vente au clairon, mais pour le clairon... va falloir etre Tres patient )

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5025.2 -0.17%
1.14163 +0.78%
207.6 +0.10%
86.72 -0.23%
532 -0.37%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.