Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La consolidation du private equity français avance à pas comptés
information fournie par Newsmanagers29/09/2021 à 10:30

(NEWSManagers.com) - Dopé par un afflux croissant de capitaux, le marché du private equity français grandit. Entre 2016 et 2020, le nombre de sociétés de gestion officiant dans l' Hexagone a augmenté de près de 25%, pour atteindre 115, selon l' association France Invest. Une tendance expansionniste qui s' accompagne néanmoins de rapprochements stratégiques visant à proposer aux " limited partners" des plateformes d' investissement toujours plus étoffées. Eurazeo fait partie de ses consolidateurs. La société d' investissement cotée est à l' origine du plus vaste rapprochement en France, avec la prise de contrôle d' Idinvest Partners (ex-AGF Private Equity) en 2018. L' investissement – à l' époque chiffré à 230 millions d' euros pour 70% du capital – lui avait permis de créer une plateforme de plus de 15 milliards d' euros d' actifs et de prendre pied dans le marché de la dette privée. Dans la corbeille de la mariée figurait aussi une participation de 40% dans Kurma Partners, la société de gestion spécialisée dans les biotechnologies et l' innovation médicale.

Trois ans plus tard, Eurazeo – aujourd' hui à la tête de 25,6 milliards d' euros d' actifs – a décidé de renforcer ses liens avec cette dernière en augmentant sa participation à 70,6%. " A travers cette acquisition stratégique, Eurazeo réaffirme son ambition d' être l' un des leaders européens du financement des acteurs de la santé, à tous les stades de leur développement" , commente Virginie Morgon, présidente du directoire d' Eurazeo. Kurma Partners gère près de 500 millions d' euros d' actifs et a réalisé une petite cinquantaine d' investissements depuis sa création en 2009, grâce à ses fonds Kurma Biofund et Kurma Diagnostics. Avec cette union, la structure va lancer une troisième stratégie d' investissement, visant à financer les sociétés plus matures dans les derniers stades de leur développement. Elle devrait obtenir près de 100 millions d' euros d' Eurazeo dans ses prochains fonds.

L' an dernier, la société d' investissement cotée avait déjà franchi un cap dans le secteur de la santé, en se voyant confier le fonds Nov Santé par la Fédération française d' Assurance et la Caisse des Dépôts, comme l' avait révélé L' Agefi.

Difficile passation chez Omnes

Sur le marché français du capital-investissement, quelques rares autres sociétés de gestion sont actuellement en vente, à l' instar d' Omnes. Connue sous le nom de Crédit Agricole Private Equity jusqu' à sa prise d' indépendance, la structure pilotée par Fabien Prevost aurait mandaté UBS pour se trouver un partenaire. Mais le processus dure depuis plus d' un an et les différents échanges avec des acquéreurs potentiels n' ont pour l' instant pas porté leurs fruits. Affichant une forte complémentarité avec Omnes, Capza avait notamment entamé des discussions en vue d' un rapprochement, avant de refermer le dossier. " Omnes affiche aujourd' hui près de 5 milliards d' actifs sous gestion mais est en difficulté sur plusieurs de ses métiers. C' est notamment le cas sur les fonds LBO smid-cap" , confie une source. Plusieurs départs de gérants sont aussi intervenus ces dernières années, à l' instar d' Eric Rey (recruté par Meridiam), de Philippe Zurawski, de Bertrand Tissot et de Mikaël Schaller (partis fonder B& Capital en 2018). Une instabilité de l' équipe potentiellement inquiétante pour les investisseurs. A l' inverse, l' activité d' investissement sur les énergies renouvelables, animée par l' associé Serge Savasta, est la pépite d' Omnes. Le fonds millésimé 2010 affichait un TRI net de 15% et les levées successives n' ont aucune peine à convaincre les LP. Le dernier né, Capenergie 4, a été contraint de relever son hard cap pour amasser un total de 660 millions d' euros (contre 245 millions d' euros pour le précédent, levé en 2017). Contacté, les dirigeants d' Omnes n' ont pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Enfin, les regards se portent aussi sur LBO France. Pour plusieurs observateurs, le fonds dirigé par l' ancien haut fonctionnaire au ministère des Finances Robert Daussun, aujourd' hui âgé de 68 ans, réfléchirait à passer le relais. La structure a levé 6,3 milliards d' euros depuis sa création en 1993 et s' est lancée au printemps dernier dans une nouvelle activité dédiée à l' investissement coté. Il y a cinq ans, il avait lui-même contribué à la consolidation dans le secteur en rachetant Innovation Capital, pour se doter d' une équipe venture.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.