Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La Chine ouvre une enquête antidumping sur les importations de viande de porc depuis l'UE
information fournie par Reuters 17/06/2024 à 13:13

Des vendeurs de porc s'occupent des clients dans un marché à Pékin

Des vendeurs de porc s'occupent des clients dans un marché à Pékin

Le ministère chinois du Commerce a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête antidumping sur les importations de viande de porc et de ses sous-produits en provenance de l'Union européenne (UE), marquant une nouvelle aggravation des tensions commerciales entre Pékin et Bruxelles.

Cette mesure, qui pourrait déboucher sur des droits de douane, intervient quelques jours après la décision de l'UE d'imposer des tarifs douaniers supplémentaires sur les importations de véhicules électriques chinois.

La décision de l'UE avait fait craindre des mesures de représailles de la part de la Chine, notamment sur les importations de produits laitiers et de porc.

Selon le ministère chinois du Commerce, l'enquête, qui débutera le 17 juin, fait suite à une plainte déposée par l'Association chinoise de l'élevage le 6 juin.

Elle se déroulera sur un an et pourrait être prolongée de six mois si nécessaire.

Un porte parole de la Commission européenne a déclaré lundi que les Vingt-Sept n'étaient pas inquiets de l'ouverture de l'enquête, ajoutant que l'UE interviendrait de façon appropriée au cours de la procédure pour vérifier qu'elle respecte toutes les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Avec l'Espagne, la France, les Pays-Bas et le Danemark sont d'importants fournisseurs de viande de porc à la Chine, qui constitue un débouché important pour les parties du porc qui ne sont pas consommées en Europe.

L'enquête annoncée lundi par le ministère chinois du Commerce portera sur la viande de porc destinée à la consommation humaine, telle que les morceaux entiers frais, froids et congelés, ainsi que sur les intestins, les vessies et les estomacs de porc.

A Madrid, le ministre espagnol de l'Agriculture Luis Planas a appelé à des négociations afin d'éviter l'instauration de droits de douane sur les exportations de viande de porc.

"J'espère et je m'attends à ce qu'il y ait une marge de manœuvre pour la compréhension, pour la négociation et pour éviter l'imposition de droits de douane sur les produits agricoles et alimentaires", a-t-il dit devant des journalistes.

(Rédigé par Joe Cash, Albee Zhang et Ella Cao; avec Emma Pinedo à Madrid et Charlotte Van Campenhout à Bruxelles, Blandine Hénault et Augustin Turpin pour la version française)

11 commentaires

  • 17 juin 13:30

    Il faut arrêter de ce voiler la face
    L'agro-industrie détruit tout, à commencer par les forets pour faire du soja pour les vaches
    Il faut manger moins de viande d'élevage intensif, bourré d'antibiotique
    45% des terres agricoles, 90% du soja cultivé dans le monde servent à nourrir le bétail
    Stop au carnage, l'électrique ne sert à rien si nous réduisons notre conso de viande


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.