1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La bulle restera-t-elle localisée sur les obligations ?
Le Revenu23/05/2017 à 16:51

Le prix de l'immobilier commercial est, aux Etats-Unis, de 22% supérieur en 2017 à son niveau de 2007. (© DR)

Le Quantitative Easing [programme de rachats d'actifs mené par une banque centrale] est terminé aux États-Unis, mais il se poursuit dans la zone euro, au Royaume-Uni, au Japon. La création monétaire rapide associée conduit, dans les économies contemporaines, non pas à l'inflation mais à des bulles sur les prix des actifs.

Le mécanisme est simple : la Banque Centrale achète des obligations et le vendeur des obligations reçoit de la monnaie qu'il utilise comme il le souhaite, pour acheter d'autres actifs, dans sa monnaie ou en devises. Lorsque la demande pour un actif augmente, à l'équilibre son prix augmente. Par ailleurs, dans des économies ouvertes et concurrentielles, le lien entre politique monétaire et inflation a diminué nettement.

La question est de savoir si cette bulle est cantonnée au seul marché obligataire ou si elle s'est transmise également aux actions, aux prix de l'immobilier et au taux de change (c'est-à-dire aux actifs étrangers en devises). De fait, la première situation (bulle obligataire) est nettement moins dangereuse que la seconde (bulle sur les autres classes d'actifs).

La situation obligataire

Les achats d'obligations, en particulier de dettes publiques mais aussi de dettes privées par les banques centrales, ont fait apparaître une bulle obligataire, ou dit autrement, des taux d'intérêt à long terme anormalement bas.

Aujourd'hui, le taux

Lire la suite sur le revenu.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer