1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Belgique, premier pays à s'emparer du Pacte Finance Climat
Novethic22/05/2019 à 10:55

La Belgique, premier pays à s'emparer du Pacte Finance Climat

Plusieurs personnalités politiques belges se sont saisi des idées du Pacte finance climat. Poussées par les manifestations très suivies des lycéens et des citoyens du début de l'année, elles veulent notamment porter au niveau européen la création d'une banque pour le climat. Les élections européennes et législatives belges du 26 mai seront décisives pour savoir si la dynamique engagée depuis le début de l'année se poursuivra.

Le Pacte Finance Climat fait son chemin en Europe. Particulièrement en Belgique, où le programme initié par l'économiste Pierre Larrouturou, membre de la liste Envie d'Europe (Parti Socialiste, Place Publique, etc.) pour les élections européennes, et le climatologue Jean Jouzel, a trouvé un écho favorable auprès de la classe publique.

La convergence des mouvements lycéens et citoyens, qui ont réuni jusqu'à 70 000 personnes dans les rues, a poussé les dirigeants belges à l'action. "Suite aux grandes manifestations sur le climat fin janvier, toute la classe politique wallonne s'est mise à réfléchir sur le sujet, explique Pierre Larrouturou. Cela démontre que la pression des citoyens, cela marche !"

L'économiste a été sollicité par des femmes et hommes politiques de tous bords pour expliquer comment le Pacte Finance Climat pourrait financer la transition écologique. Le pacte prévoit notamment la mise en place d'une banque pour le climat financée par la création monétaire de la Banque centrale européenne, et d'un budget climat européen abondé par un impôt sur le bénéfice des entreprises.

Une proposition de loi rejetée

Plusieurs personnalités politiques belges se sont saisies du sujet, avec pour ambition de donner au plat pays un rôle moteur dans la finance climatique au niveau européen. Vanessa Matz, députée du parti centriste Centre démocrate humaniste (CDH) et tête de liste pour les élections européennes, a été la première à agir. Dès le début février, elle a déposé une proposition de loi devant la Chambre des représentants de Belgique pour demander au gouvernement fédéral de "promouvoir l'adoption au niveau européen d'un Pacte finance climat".

"Nous avons déjà rédigé le texte du Traité européen, il est prêt, il faut simplement qu'un ou plusieurs pays le mettent sur la table des négociations", explique Pierre Larrouturou. La proposition de loi de Vanessa Matz a finalement été rejetée par les parlementaires le 19 mars, notamment parce que le premier ministre belge Charles Michel ne soutient pas l'idée d'un budget européen du climat et d'un impôt supplémentaire.

Mais les Belges restent mobilisés. Jean-Luc Crucke, le ministre wallon du budget, des finances, de l'énergie, du climat et des aéroports a également rencontré Pierre Larrouturou. Mais pas avant d'avoir travaillé son sujet. Il a lu les livres écrits par Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou (notamment le dernier "Finance, climat, réveillez-vous !", éditions Indigène) en une nuit, d'une seule traite. "J'ai vu les pages annotées, donc il dit vrai !", s'amuse Pierre Larrouturou. Jean-Luc Crucke, figure du Mouvement Réformateur (MR, droite), a aussi vérifié les hypothèses émises par les trois auteurs. "Il m'a dit qu'il pensait que nos chiffres étaient faux, il a donc demandé à ses services de vérifier et tout est vrai", reprend l'auteur.

Adoption par le gouvernement wallon

La stratégie du ministre wallon diffère de celle de la députée Vanessa Matz. Le gouvernement wallon a adopté le 14 mars une note relative au financement de la transition énergétique et climatique soutenant le Pacte finance climat. Cette note mentionne l'idée d'une banque climat et veut agir au niveau fédéral pour définir une position belge commune et ensuite agir au niveau européen.

Les résultats des élections du dimanche 26 mai en Belgique seront décisifs pour la suite du pacte. D'autant que les belges voteront à la fois pour renouveler les députés européens mais également pour les élections législatives et régionales. Selon un article du Monde, le parti écologiste belge est bien positionné dans la bataille.

La Belgique pourrait toutefois ne pas faire cavalier seul au niveau de l'Union européenne, un deuxième pays s'intéresse aux propositions du Pacte finance climat. Pierre Larrouturou a rencontré Josep Borrel, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération, le mardi 21 mai pour en discuter. Pedro Sànchez, le président du gouvernement espagnol, a déjà exprimé son soutien au pacte finance climat. "Il vient juste d'être conforté par les élections, rappelle Pierre Larrouturou. Donc on espère vraiment que cela fonctionnera."

Arnaud Dumas @ADumas5

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ptrevill
    22 mai11:53

    Au secours!!!!! Encore une invention pour pomper l'argent des contribuables.........

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer